Le parfum

SUSKIND, PATRICK

EDITEUR : FAYARD
DATE DE PARUTION : 13/09/06
LES NOTES :

à partir de
5,99 €
EXISTE EN
Ebook

SYNOPSIS :

Le 14 septembre prochain, un film à très gros budget, adapté du célèbre roman de Patrick Süskind (plus de 12 millions d'exemplaires vendus en 41 langues, 1,5 million en français, près de 100.000 exemplaires par an au Livre de Poche) sera distribué
dans les salles de cinéma du monde entier.Ce sera l'événement cinématographique de la rentrée. A cette occasion, nous remettrons en place l'édition courante du roman revêtu d'un couverture nouvelle, proposant une image du film en pleine page.
31 personnes en parlent

"Le parfum" est le récit d'un parcours initiatique, c'est l'histoire d'une quête, la quête de son identité par le “héros”, Jean-Baptiste Grenouille, le dément, terrifiant, abominable, pitoyable et touchant nabot Grenouille...Grenouille est né dans la puanteur du quartier le plus nauséabond de Paris, dans «son haleine mauvaise, immense et aux milles nuances». Il est né sans parents, ni amour, ni odeur, mais avec un don hors norme : un odorat extraordinairement fin. Grenouille perçoit le monde uniquement avec son nez, qui est sa seule source de jouissance. Son nez absolu lui permet de saisir les exhalaisons les plus imperceptibles et sans distinction hiérarchique, il se pénètre de la moindre senteur. Tout d'abord frénétiquement, puis avec méthode, il capte les odeurs, les reconnaît, les mémorise, les classifie, les emmagasine et les assemble mentalement. A la recherche d'un moyen pour exister aux yeux des autres, mais aussi à ses propres yeux, il voue sa vie à un projet démiurgique : créer LE parfum unique, le principe supérieur d'un parfum apothéotique, car «qui maîtrisait les odeurs maîtrisait le cœur des hommes». Et pour trouver la source odoriférante du parfum absolu qu'il veut créer, le monstre Grenouille ne connaît aucune limite, quitte à tuer pour capter et s'approprier le doux parfum des jeunes filles.L'auteur nous plonge dans un monde inattendu, à la fois grotesque et magique, poétique et morbide, et surtout captivant. Chaque page de ce roman exhale une odeur particulière, chaque page est saturée de senteurs : essences raffinées de fleurs, puanteur de Paris, délicate fragrance de jeunes filles, tout est mêlé, avec une extraordinaire virtuosité. Les pages de ce roman défilent en une cascade olfactive jusqu'à l'ultime expérimentation quasi-mystique de Grenouille, un final déroutant et surréaliste.

Kara
14/01/09
 

Un livre incroyable ! Un récit initiatique - mais oui ! - mettant en scène un personnage, Jean-Baptiste Grenouille, qui naît à une époque et dans un endroit parmi les plus puants de l'histoire,... mais qui n'a pas d'odeur ! ... et qui va chercher à réaliser le parfum de l'amour absolu... L'auteur révèle ici une profonde connaissance de l'olfaction et de ses mystères, ainsi que du monde des symboles.

Sidharmund
05/12/08

Certes, le concept est original mais je ne saurais trop définir cette histoire. Ce génie olfactif est un personnage à part dans la littérature de part même son statut.Rejeté par la société, "invisible" aux yeux des autres, le héros va jusqu'au bout de sa passion en tuant ses victimes pour obtenir LE parfum, le seul, l'unique au monde, celui qui le rendra irrésistible ! L'ultime séquence est à la hauteur du roman, aussi glauque et irréversible.Livre à part et à découvrir.

Puppy
12/02/11
 

Il y a des livres que l'on vit, certains qui nous émeuvent, d'autres qui nous plongent dans la méditation ou la réflexion mais rare ceux que l'on respire.J'ai adoréVous aussi j'en suis sure,A (re) sentir d'urgence

Ninie
17/02/09

Aventure odorante Personnage rejeté qui s'accroche à la vie depuis le jour de sa naissance, Grenouille déteste l'humanité. Il possède néanmoins l'extraordinaire faculté de sentir toutes les odeurs sans jamais les oublier. Dans son monde, les senteurs sont omniprésentes. Sa quête aux odeurs le poussera à la recherche du parfum ultime : le Parfum absolu. Un roman qui marque pour longtemps...

Je me rappelle avoir lu et étudier ce livre à l'école, et j'ai directement accroché. Le thème n'est pas ordinaire : un jeune homme qui n'a pas d'odeur propre et qui part à la recherche d'odeurs qu'il veut capturer , quitte à commettre des crimes. A chaque page que je tournais , j'avais l'impression de sentir les odeurs décrites : un plaisir.

camilleross
26/01/16
 

En bref, j'ai aimé redécouvrir l'histoire du meurtrier artisan-parfumeur malgré un milieu de roman ainsi qu'une conclusion qui m'ont ennuyé voire carrément déplu. L'édition parle de roman philosophique à la Voltaire, je suis sans doute passée à côté de cette notion.

RizDeuxZzZ
27/04/15
 

Enfant bâtard né d’une mère infanticide, au XVIIIème siècle, dans un Paris sale et nauséabond, le jeune Jean-Baptiste Grenouille grandit dans des conditions abominables et ne doit sa survie qu’à son odorat d’exception alors que, bizarrement, lui-même ne possède pas la moindre odeur. De même, il ne ressent aucun état d’âme ou sentiment humain. Sa raison d’être se résume alors aux odeurs qui l’entourent et qu’il veut recréer, et cela, jusqu’à l’obsession et au meurtre. Le Parfum est un livre très spécial et qui détonne fortement dans l’univers des classiques. Tous les sens du lecteur sont mis à contribution pour imaginer, visualiser et surtout sentir l’histoire écrite par Patrick Süskind.Le personnage de Grenouille m’a laissée un peu perplexe au début de l’intrigue. J’éprouvais davantage de pitié que d’horreur pour lui. En effet, celui-ci ne partait pas vraiment gagnant dans la vie : une mère infanticide, un physique plutôt ingrat et une enfance difficile pour ne pas dire horrible. Bref, Grenouille n’a pas eu le meilleur départ qui soit.Pourtant, au fil des pages, la noirceur de sa personnalité va peu à peu se révéler. En effet, Jean-Baptiste est un être arrogant, méprisant et perfide, qui voue une haine féroce aux hommes mais cherche cependant à s’en faire accepter et adorer. D’ailleurs, un destin pour le moins tragique et/ou funeste attend les personnages qui côtoient Grenouille de trop près comme le parfumeur Baldini. A la fois drôle et pathétique, terrifiant et pitoyable, fascinant et dérangeant, Jean-Baptiste Grenouille, dans sa quête de l’odeur parfaite, nous entraine dans un sillage d’odeurs inconnues à la fois nauséabondes et sublimes. Le style d’écriture de Patrick Süskind n’est pas des plus simples au premier abord. Je ne m’y suis habituée qu’après une cinquantaine de pages que j’ai trouvé assez ennuyeuses. Pourtant, j’ai trouvé la suite de ce roman passionnante, les événements s’enchaînant alors à toute vitesse sans que l’on puisse pour autant parler de rebondissements. Grâce à une écriture originale et des descriptions très poussées, on arrive presque à ressentir les odeurs que l’auteur nous décrit dans cette France que Grenouille va parcourir durant sa quête. Après un début un peu long, l’histoire étrange et effroyable de Jean-Baptiste Grenouille a fini par me captiver. L’auteur, grâce à un style très particulier, arrive à nous faire sentir et ressentir toute l’horreur des actions de Grenouille dans sa quête des odeurs mais également une pointe de pitié. N'hésitez pas à venir nous rendre une petite visite sur notre blog : http://drunkennessbooks.blogspot.fr

ManonMarie
02/07/14
 

J'avais entendu parler de ce roman depuis longtemps mais je n'avais pas eu le temps de le lire. C'est chose faite à présent mais je dois avouer que je suis un peu déçu. Si le côté un peu drolatique de certaines descriptions et introspections de personnages m'a plu, cette abondance, voire cette surabondance de détails olfactifs m'a submergé ; il en avait trop, jusqu'à un seuil désagréable. Cela m'a quelque peu gâché le plaisir de lecture. Après, les péripéties sont intéressantes et le final à la hauteur de mes espérances, mais j'aurais préféré un style moins exubérant.

Shirayukihime
28/03/14
 

Même si ce roman ne m'a pas complètement captivé, je suis bien content de l'avoir lu. Et je comprend son succès. C'est un livre surprenant et Süskind décrit formidablement bien les odeurs (que le traducteur à bien retranscrit, je trouve) qu'on a l'impression de sentir tous les parfums qui s'en dégagent.

Will2106
06/03/14
 

Ce roman est le récit d'une quête, celle de Jean-Baptiste Grenouille : sentir toutes les odeurs, pouvoir avoir une odeur propre et surtout maîtriser le cœur des hommes par leur nez. Il s'évertue à maîtriser l'ensemble des connaissances sur le sujet, apprend la confection des parfums, la distillation (il va jusqu'à distiller des pierres ou de la terre). Tous ses actes, bénéficiant de son absence de sentiment, tendent vers ce but ultime. Cela va jusqu'à le pousser au meurtre, comme pour cette jeune femme rousse aperçue dans une cour de Paris. Il est d'ailleurs assez intéressant de noter que le titre allemand de l’œuvre indique que Grenouille est un meurtrier, ce que l'édition ne précise qu'en sous-titre à l'intérieur de l'ouvrage. Patrick Süskind arrive à rendre cette histoire très prenante en introduisant à diverses reprises des passages étonnants. Ainsi, tout au long du roman, les personnes qui côtoient Grenouille de près meurent toutes d'une façon très subite (noyade pour Grimal, le tanneur ; effondrement de sa maison pour Baldini ; disparition sur le Canigou pour le marquis de Taillade-Espinasse). Le tout dans des scènes à la fois ramassées et très évocatrices. Cette étrangeté apparait aussi dans le comportement des habitants de Grasse le jour de la condamnation de Grenouille : alors que ce jour doit être celui de la mort du meurtrier, tout cela se transforme en orgie sexuelle dont personne n'aura aucun souvenir. Puis il y a les pouvoirs olfactifs de Grenouille, sans quoi le roman ne pourrait pas être crédible.Enfin, il y a le magnifique pouvoir d'évocation de Süskind. Outre les scènes déjà citées ou la scène finale, assez abjecte, il y a dans toutes les pages la présence du parfum. Les odeurs se mêlent, agréables (rose, fleur d'oranger), entêtantes (camphre, encens) ou détestables (crotte, fromage pourri). C'est ce rapport à l'odeur, très difficile à rendre en littérature, qui est vraiment au cœur de ce roman qui mérite, avec sa construction atypique (une intrigue policière qui n'arrive qu'au deux-tiers du roman, un meurtrier vite identifié), le succès qu'il a reçu.

Yohan59
17/01/14
 

L'histoire abominable et drolatique de Jean-Baptiste Grenouille, né dans la puanteur la plus infâme de Paris. Oui mais lui ne dégage aucune odeur, mais lui perçoit toutes les senteurs avec une précision hors du commun. Il va alors essayer de fabriquer le plus merveilleux des parfums mais à quel prix...

poivredekayenne
16/10/13
 

Je ne m'attendais pas du tout à ça, à vrai dire. Je pensais qu'il s'agissait d'un roman glauque et parfois même gore et en fait pas du tout. Âmes sensibles, la voie est libre !A part le fait que l'auteur répète sans cesse que Grenouille est un être cruel et mauvais, je trouve que ça ne se ressent pas vraiment. Au contraire, il m'a plutôt fait pitié du début à la fin : il est rejeté depuis sa naissance, personne n'en veut car il n'est pas comme les autres, car il "sent" les choses. Pas étonnant qu'il se soit renfermé sur lui-même, et je trouve qu'il aurait pu être bien pire, dans de telles conditions de vie. Le fait que le narrateur soit omniscient, qu'il décrive exactement ce que ressent Grenouille donne envie de le comprendre. Il est certes mégalomane, misanthrope et même psychopathe puisqu'il ne ressent aucune émotion, mais cela n'en est pas moins compréhensible pour autant quand on connaît son but ultime qui est des plus intéressants. On ne s'attend pas du tout à la fin, mais elle est cohérente aussi.En revanche, j'ai trouvé sa capacité d'adaptation et son accrochement à la vie plutôt spectaculaires (je pense entre autres à la caverne d'Auvergne) voire presque impossibles.Le style de l'auteur m'a parfois un peu dérangée : beaucoup, beaucoup d'énumérations, c'était parfois un peu longuet, donnant envie de sauter ce paragraphe de juxtapositions qui ne faisaient pas avancer le récit. Mais j'ai trouvé l'histoire très intéressante et j'ai aimé me plonger dans ce monde des odeurs (monde que je ne connais pas très bien, d'ailleurs, puisque je dispose d'un odorat médiocre).Je serais curieuse de lire des livres similaires sur les autres sens.

Myaou
21/05/13
 

Il m'aura fallu du temps pour me décider à lire ce fameux livre que toute la planète connait semble-t-il déjà mais comme on dit : "mieux vaut tard que jamais !!"L'histoire se passe au XVIII siècle en France. Grenouille naît dans les bas fonds parisiens sous un étal à poissons parmi les cadavres de ces animaux qui jonchent le sol. Tout de suite retiré à sa mère, il va aller de nourrice en nourrice rejeté par tous car n'ayant pas d'odeur. Or à défaut d'odeur corporelle Grenouille possède un don et notamment un nez qui lui fait percevoir les odeurs les plus fines qui soient. Il en fait sa raison de vivre, laissant se développer en lui le monstre qui l'habite et réalisant ses rêves de toute puissance.Autant dire qu'une fois entre mes mains je n'ai plus reposé ce livre et je comprends plus facilement pourquoi il est devenu un best-seller aussi rapidement. Il est tout simplement prenant et je reste horrifié par une fin à laquelle je ne m'attendais pas mais qui à coup sûr ne peut laisser indifférent. Je note également la grande originalité à construire un livre autour des odeurs ainsi que les formidables connaissances de l'écrivain dans ce domaine, Patrick Süskind, un auteur allemand dont c'est le premier livre. Cristie

cristie
21/04/13
 

Terminer ce livre a été un parcours du combattant. Je me suis profondément ennuyée à être baignée dans toutes ces descriptions longues aux effluves omniprésentes et qui pour certaines me sont parfaitement inconnues.D'ailleurs, le premier crime perpétré par Grenouille est passé totalement inaperçu pour moi dans tous ces nuages d'odeurs, je me suis même demandée si je ne l'avais pas rêvé pour avoir un peu d'action.L'unique point positif est le titre qui prend tout son sens avec le dénouement qui est surprenant mais tellement improbable. L'idée en soi n'est pas mauvaise car elle donne au titre une réelle valeur mais c'est barré quand même.Le personnage de Grenouille, je ne l'ai absolument pas compris, il est très loin de nous autres humains, il semble ne pas appartenir à notre condition, il est détestable, énervant, épuisant et insaisissable.Une scène avec un chiot a été particulièrement dure émotionnellement pour moi.Un classique à lire, bon ben moi c'est fait, bonne chance à vous.Trop de parfum tue le parfum...

bookworm02
29/03/13
 

Une fois encore il s'agit pour moi d'une très ancienne lecture mais ce livre m'avait secouée. Grenouille était-il un monstre cruel ou la victime d'une maladie psychiatrique. Son projet semble diabolique et le conduit à tuer des jeunes filles pour capter leur parfum. pour rencontrer un autre nez beaucoup plus normal, je conseille la lecture du Journal d'un parfumeur; chez Sabine Wespieser berthe

afbf
09/12/12
 

Jean-Baptiste Grenouille, est promis à une triste destinée : abandonné par sa mère,sera (décapitée pour infanticide), il sera confié à plusieurs nourrices . C'est chez l'insensible Mme Gaillard qu'il va finalement passer le plus clair de son enfance et aussi se découvrir une violente passion pour les parfums. Alors, il n'aura plus de répit que de parcourir Paris dans ses moindres recoins, à la recherche des odeurs les plus extraordinaires. Un beau jour, il est irrésistiblement attiré par un parfum qu'il juge instinctivement exquis et qui lui était jusqu'alors inconnu. c'est celui d'une jeune fille, d'une grande beauté, qu'il n'aura alors de cesse de suivre pour finalement l'assassiner pour mieux lui ravir son odeur.Le Parfum est un livre à part, ,un livre où se mêlent plus de descriptions olfactives que simplement visuelles. Les personnages se résument à des odeurs, et les paysages, à des palettes d'odeurs hétéroclites. Grenouille est certes 'un assassin qui ne se soucie pas de tuer pour arriver à ses fins, mais aussi d'un être qui a souffert et qui cherche à tout prix à s'intégrer au sein d'une communauté qui ne cesse de le rejeter.En ce sens, c'est une quête initiatique sur l'identité.

dvan
08/12/12
 

Il y a d'abord l'histoire d'un enfant qui traverse des drames terribles, (sa mère accusée d'infanticide est condamnée à mort, ses nourrices le rejettent, il tombe malade..) , comment va-t-il survivre à tout cela, comment va-t-il se construire, comment va-t-il sombrer à son tour... Violence, folie... on suit le héros dans sa métamorphose en monstre...Il y a la plongée dans une époque ensuite, avec cette merveilleuse entrée que sont les odeurs... Mieux qu'un cours d'histoire, nous voilà tout à coup dans les rues, les marchés d'un XVIII ème siècle que l'on redécouvre sous un jour nouveau... L'écriture est tellement précise que l'on a véritablement l'impression de sentir les odeurs décrites, jusqu'à l’écœurement.

eimelle
17/10/12
 

Voilà plus d'une semaine que j'ai terminé cette lecture et je suis encore sous le charme de la plume de l'auteur et sous l'emprise de Jean-Baptiste Grenouille.Jean-Baptiste Grenouille est né le 17 juillet 1738 sur la place du marché de la rue aux Fers, là où se trouvait avant le cimetière des Innocents (ou les paroisses environnantes et l'Hôtel-Dieu ont déposé là, pendant huit cent ans, des cadavres dans des fosses communes). Dès sa première respiration Grenouille a vu son destin scellé. Sa mère a voulu se débarasser de lui et, sera dont pendu en place public pour ce crime et les précédents (la mère de Grenouille avait laissé ainsi mourir plusieurs nouveaux nés, sous son étal de poissons). Dès sa première minutes dans un monde enpuantit de manière horrible, Jean-Baptiste Grenouille vit part et pour les odeurs, les parfums. Au fil des années, du foyer de la mère Gaillard à la tannerie de Grimmal, puis de la parfumerie de Baldini, Jean-Baptiste Grenouille collectera des milliers d'odeurs, devenant une véritable encyclopédie. Il apprendra, chez Baldini, à créer réellement des parfums (avant, il ne créait des senteurs que dans son esprit), à extraire, de manière différentes, les huiles des plantes permettant ainsi de créer les meilleurs parfum. Il poursuit son chemin, désirant encore plus collecter toutes les odeurs (plantes, nourritures, objets divers... tout) afin de devenir un Dieu tout puissant. Grenouille se sert de son don, pour agir comme un monstre et faire des choses impardonnable, le menant à l'extrême... Jean-Baptiste Grenouille est un genre de monstre, meurtrie certes, mais sa vie tragique, n'excuse en rien ses gestes...Ce roman m'a charmé et m'a même ensorcelé. Impossible pour moi de lâcher ce bouquin et de refermer ses pages. Non, impossible. Ce livre est puissant, terrible et il m'a laissé à bout de souffle.J'ai voulu lire ce roman par curiosité, au début. Je me demandais comment l'auteur allait pouvoir parler de parfum, d'odeurs pendant plus de 260 pages. Comment allait-il charmé son lecteur ? Et franchement, Patrick Süskind a réussit son pari, puisqu'à aucun moment le récit ne m'a ennuyer. La plume de l'auteur est belle, poétique aussi, sensible, puissante et très odorante ! Le début du roman, où l'auteur parle de la puanteur de la France et plus particulièrement de Paris m'a laissé à bout de souffle, à la limite de l'écoeurement. J'avais la nausé. Les odeurs parvenait véritablement à mon nez, me retournant le coeur. Quand je vous dis que ce roman est puissant, ce n'est pas un mensonge. Mais bien au-delà de ce début malodorant, l'auteur a sû me faire aimer Grenouille, mais aussi le détester. J'avais de la pitié pour lui (surtout au début), je comprenais son univers, son monde mais, au fur et à mesure que le récit avance et qu'on découvre la vraie nature de Grenouille (c'est un véritable fou, sadique), j'ai ressentie de l'aversion pour ce jeune homme terrifiant. Honnêtement, je n'aurais pas voulu le croiser, ni être sa proie. Le passé, la vie de Jean-Baptiste, aussi difficile qu'elle soit, n'excuse aucunement ses crimes, sa violence.Je vous assure que ce roman est vraiment intense, oppressant. Par moment, je manquais de souffle, je vivais réellement ce récit, comme si j'y étais.En conclusion, je vous supplie de lire ce roman, si ce n'est pas déjà fait. Le parfum est pour moi un énorme coup de coeur et je sais, que ce récit restera longtemps gravé en moi. Ce livre vaut le coup, tant pour le récit lui-même, que pour la plume de l'auteur.

malorie
24/07/12
 

Si je devais décrire ce roman en deux mots, ce serait « quelle surprise ! ». C'est la première chose qui me vient à l'esprit lorsque je veux en parler. Ayant beaucoup de temps libre, je voulais en profiter pour me cultiver et lire cette œuvre. Je n'avais aucune idée de ce qui m'attendait, je savais uniquement que Jean-Baptiste Grenouille, le personnage principal, avait un odorat hors du commun et tuait des jeunes filles pour leur odeur.L'histoire débute dans les années 1700, dans un Paris des plus fétides. De par mes cours d'histoire, j'étais consciente que l'odeur qui régnait à cette époque était immonde, Patrick Süskind m'a fait réaliser que c'était bien pire en réalité. Les immenses soucis d'hygiène, les maladies, la crasse sont des choses dépeintes avec excellentes, j'avais l'impression d'y être, non pas sans un certain dégoût. Grenouille naît parmi de vieux poissons en décomposition, sous un étal de marché que tenait sa mère. Il va être trimballé dans des foyers et rejeté la plupart du temps. Il possède deux grandes caractéristiques : son odorat surnaturel qui lui octroie de grandes qualités dans le monde de la parfumerie. La seconde est son absence d'odeur corporelle, cela fait qu'on ne le remarque pas vraiment dans la rue ou qu'on le voit et qu'on l'oublie aussitôt.Grenouille n'a que faire du monde qui l'entoure. Les violences, la haine qu'il peut susciter, rien ne l'atteint. Il est obsédé par les odeurs et c'est comme si rien n'existait autour de lui. Il ne parle que par nécessité, n'a de lien avec le monde que de par l'odorat. Le but de sa vie est de créer LE parfum afin de maîtriser le cœur des hommes. Il va de fil en aiguille devenir meurtrier (je ne dirai pas pourquoi pour ne pas gâcher votre plaisir à la lecture). Pourtant, cela ne fait pas froid dans le dos, il n'y prend aucun plaisir. Ce personnage principal m'a fascinée (une fascination plutôt morbide je l'avoue).Tout dans ce livre m'a plu. Le style de Patrick Süskind, ses idées, ce personnage unique... J'ai appris beaucoup sur l'histoire de France au XVIIIème siècle, sur les techniques d'extraction en parfumerie (sans que ça ne soit ennuyant). La fin ne plaira pas à tout le monde mais moi elle m'a satisfaite. Elle nous coupe l'herbe sous le pied, tout simplement. Ce livre est pour moi une référence et je crois que je ne l'oublierai jamais. Un roman culte à ne pas manquer !

Tchoups
11/07/12
 

J'ai été très déçue par ce roman, que je n'ai pas terminé du reste. Alléchée par le résumé que l'on peut voir sur différents sites et par les commentaires figurant sur la quatrième de couverture, je me suis lancée... Si le début était assez intéressant, malgré des phrases un peu longues à mon goût rendant la lecture assez laborieuse, plus j'avançais et plus je ne voyais pas l'intérêt de cette histoire. Peut-être mon manque d'intérêt est-il dû à mon insensibilité au monde du parfum!! Car, l'auteur fait de très, très longues descriptions des odeurs, ce qui peut certainement être apprécié par les amateurs de parfums mais c'est loin d'être mon cas. En tous cas, l'auteur n'a pas su m'embarquer dans le monde du héros, Grenouille, un jeune homme au nez hyper sensible, capable de sentir n'importe quelle odeur à des kilomètres et qui ne cesse, tout au long du roman (pour ce que j'en ai lu c'est à dire 250 des 368 pages) de vouloir emprisonner toutes les odeurs grace aux techniques des parfumeurs. Bref, je n'ai pas du tout accroché. Ceci n'est que mon humble avis et la lecture étant une question de ressenti personnel, si vous qui me lisez avez aimé ce roman, n'hésitez pas à faire des commentaires. Tigrou4145

Tigrou4145
11/09/11
 

Grenouille est un enfant qui est né sans odeur, mais doté d'un sens olfactif super développé. le personnage se débat pour exister dans une société qui par indifférence créé son rejet. Alors qu'on est en train de lire ce livre dans le tram on se dit qu'on aurait peut être eu envie de l'avoir comme voisin en ce moment même... Mais je m'égare Un livre passionnant dans le monde de la parfurmerie, et de l'olfactif. Les descriptions des odeurs sont tellement bien exécutées qu'on les ressent en vrai, l'écriture est fluide et on en vient même à pardonner les actes du personnage qui pourtant est dénué de tout scrupule. Pour ma part ce livre m'a donné envie de découvrir les collines de Grasse.

laeticha
08/09/11
 

J'avais tellement entendu dire de ce roman qu'il était ennuyeux et sans grand intérêt que c'est sans grande conviction que je l'ai emprunté à la médiathèque. En effet, avec la sortie de cette oeuvre au cinéma, on en a tous beaucoup entendu parlé j'ai quand même voulu me plonger dedans pour découvrir l'ambiance de cette histoire.. Et je ne suis absolument pas déçue. Il s'agit là d'une histoire superbement bien écrite, avec un personnage affreux et attirant à la fois. Patrick Süskind arrive à nous submerger d'émotions à travers un univers glauque et magnifique à la fois. Et le tout avec une fin indescriptible à laquelle on ne m'attend absolument pas. Un véritable chef-d'oeuvre.

Livre4Ever
17/06/11
 

Un livre étonnant. On ressort de cette lecture comme transformé et le nez au vent afin de tenter de capter quelques odeurs si bien décrite dans ce roman. L'histoire est absolument passionnante et l'auteur parvient à faire entrer son lecteur dans l'esprit de Grenouille, personnage malade et torturé. C'est étrange de comprendre les raisons de plusieurs meurtres et c'est à cette compréhension que nous amène progressivement l'auteur au fil des pages. On a pitié de Grenouille, le meurtrier, alors que c'est un personnage cruel et dénué d'émotions. Cependant (oui, j'aime les "mais"), je suis légèrement déçue. Pourquoi ? Je pensais que l'histoire serait plus... plus, quoi ! Après le tapage médiatique autour de l'oeuvre de Süskind et autour du film de Tykwer, je m'attendais simplement à plus... Mais sans idée de départ, le livre reste vraiment passionnant.

DameMeli
15/05/11
 

Wahoo ! C’est à peu près ce que j’ai dit en refermant le livre. J’avais juste aucun mot, pour exprimer ce que je ressentais. Je n’ai jamais rien lu de tel. C’est tellement étrange, mais plus que ça, c’est unique en son genre je veux dire.C’est glauque, franchement malsain, mais terriblement poétique et absolument génial. C’est bizarre à dire, mais j’ai trouvé beaucoup de beauté dans ce livre. Un bouquin très prenant, que j’ai lu quasiment d’une traite.J’ai beaucoup aimé, mais si vous n’aimez pas les détails sordides, passez votre chemin.Rien que pour la description de Paris et de Grasse au XVIII, ce livre vaut le détour, les descriptions sont tellement réalistes, que je voyais, je sentais tout comme si j’y étais (certes je visualise souvent le décor des histoires que je lis, mais là, y’avait vraiment aucun effort à faire, j’étais comme absorbée par les pages, un peu comme dans une Pensine, dans le sens où je voyais totu se dérouler autour de moi, comme si j'étais au milieu des personnages.

un flyer
10/05/11

Biographie de Grenouille, un serial-killer à la recherche de l'odeur parfaite, celle qui fera aimer de tous la personne qui la porte. On suit son évolution, sa naissance dans une poubelle, ne portant aucune odeur sur lui ce qui le rend insaisissable, sa vie au milieu des grands parfumeurs, dans une époque infestée de puanteur et de déjections, ses crimes et son modus operandi ...jusqu'au final époustouflant. Une grande réussite que ce livre, absolument justifiée et non surfaite.

Cave
29/04/11
 

Que dire ? Le parfum est un roman bien particulier. On peut affirmer que le héros, ou anti-heros, est un personnage pour le moins original. Dans les premières pages, il nous fait à peu de choses près la même impression qu'au père Terrier : un sentiment de répulsion. L'auteur a su décrire cette façon de renifler telle qu'elle nous donne l'impression d'être à la place du Père. Pourtant, on en viendra au fil des pages, et malgré un sentiment réprobateur face aux actes de Grenouille, a éprouver pour lui une sorte de compassion : c'est un être solitaire qui n'a jamais aimé, ni été aimé et qui n'aimera jamais. Bien sûr, il me faut aborder ces descriptions odorantes. En dehors de tout style d'écriture qui pourrait comporter des envolées lyriques et emphatiques, l'auteur reste simple dans ses mots. Il nous fait pourtant redécouvrir à travers son personnage une farandole de senteurs. De la puanteur des faubourgs, des rues et des hommes de l'époque aux odeurs plus agréables, plus fraiches, plus raffinées. C'est certain en lisant ces pages, on conçoit très bien les odeurs qui sont derrière. D'ailleurs, comme Grenouille, on en vient à remarquer la pauvreté du langage face à la description de ces odeurs : l'absence d'un mot particulier pour chaque senteur possible. Autrement, c'est un livre où il ne se passe pas grand chose. On évoque dans le sous-titre, l'histoire d'un meurtrier, et c'est bien son histoire qui compte. Pas ses actes. Ce n'est pas un livre policier à franchement parler comme certains l'ont décrit. Je dirais même que c'est un livre historique avant d'être cela. L'histoire de Grenouille est le coeur du livre, ses errances, ses projets, ses réflexions... Je dirais par d'ailleurs que le passage de la grotte - où il se réfugie dans l'absence de vie humaine - est un tantinet longuet. Bien que ses pensées suivent le fil conducteur qui l'a mené jusque là, j'avoue avoir relâcher quelque peu mon attention sur ces pages, (qui marquent de fait une pause dans le récit). Enfin, j'en arrive à des remarques purement historiques. L'auteur a placé son histoire en plein XVIIIe siècle. Et on peut dire qu'il a le mérite de bien la cadrer et d'éviter tout écueil historique. Du moins, rien de flagrant. Il évoque des faits réels (à l'exemple du transport des enfants abandonnés emmenés vers les nourices dans de simples hottes où ils sont entassés). Une véracité qui n'est pas forcemment étonnante : l'auteur a fait des études d'histoire. Elle rend le livre encore plus agréable et intéressant à lire. Pour ce qui est de la fin, je m'en tiendrais à ce seul mot : horrible

Lunasirius
05/02/11
 

L'odeur lui a tourné la tête?"Lui" c'est l'auteur. Le roman, traduction d'une belle réussite littéraire, nous propose d'escorter le jeune puis moins jeune Grenouille presque à travers son ombre si bien que le sentiment ressenti est fonction de ce qu'il vit. Or tout n'est que noirceur hormis en matière d'odeurs. Car l'odeur est, pour le protagoniste, le contre-poids du misérable de sa vie. Aussi, sa force intérieure nous serait presque une leçon de vie si la fin de l'ouvrage n'était pas si décevante. C'est pourquoi il semblerait que la tête ait tourné à l'auteur dans la conclusion. Sans cette fiction imprévisiblement grossière, le livre aurait été une jolie exploration de la compréhension du génie. http://delphiine.hautetfort.com

funforfools
06/10/10
 

Impossible de décrire l'odeur que dégage ce roman.En effet il ne s'agit pas seulement d'une histoire, mais d'un univers olfactif complexe.Un livre culte, mais qu'il ne faut pas laisser parmi ceux qu'on se promet de lire un jour !

AliceVn
23/08/10
 

Ce livre est époustouflant, il m'a fait voyager du début à la fin.Pas voyager de pays en pays, mais vraiment d'odeurs en odeurs.Ce personnage si atypique et pourtant si attachant nous emmène avec lui dans ses perceptions dont le rendu est incroyable.Il est vraiment difficile de le lâcher une fois qu'on l'a entamer.Et une fois la dernière page lue, c'est avec regret que l'on referme cet écrin de senteurs et d'émotions toutes si précieuses. http://archessia.skyrock.com/

Archessia
27/04/10
 

Ce roman "olfactif" nous plonge dans le Paris du 18ème siècle avec sa puanteur et ses parfums. Grenouille, héros pouilleux sans odeur mais à l'odorat hors du commun, prend sa revanche sur ce monde cruel et glauque qui l'a vu voir le jour. Süskind nous entraîne dans un voyage horrible et fascinant au coeur des bas-fonds parisiens de l'époque. Nous tenons là le tueur en série le plus génial et le plus étonnant de tous les temps. Attention aux mauvaises odeurs!

Alcapone
17/02/09
 

Format

  • Hauteur : 23.50 cm
  • Largeur : 15.30 cm
  • Poids : 0.56 kg
  • Langage original : ALLEMAND

Mes garanties furet.com

5% sur tous les livres, Paiement Sécurisé, Réservation gratuite, Satisfait ou remboursé, Débit carte bancaire à l'expédition