Le petit philosophe

JOUGLA, STEPHANE

livre le petit philosophe
EDITEUR : SEUIL
DATE DE PARUTION : 12/03/09
LES NOTES :

à partir de
15,20 €

SYNOPSIS :

Un texte bref et fort sur une initiation sentimentale. Louis et « ses mille frères » vivent avec leur mère, sans père, jusqu'à l'apparition de Denis, un étudiant qui va partager leur vie. Louis, surnommé « le petit philosophe » par sa mère est d'abord jaloux de l'intrus, puis intrigué et en effet fasciné par Denis qui noue avec lui des liens privilégiés. Une attirance naît entre eux. Elle n'est pas ouvertement sexuelle, mais elle est trouble :
Louis épie son jeune « beau-père », imite ses lectures, ses gestes, cherche à établir une intimité, respire ses sous-vêtements, le regarde dormir. Le jeune homme d'abord défiant cède progressivement à cette fascination réciproque, puis disparaît de la vie de la mère. L'enfant espère maintenir le lien. Mais, même si Denis accepte de revoir Louis, on ne sait pas quelle forme aura leur rapport, dont la mère a perçu le danger, sans le condamner.
1 personne en parle

Louis partage avec sa mère une relation fusionnelle et passionnelle, dans laquelle se glisse un électron libre, l'amant. Denis est blond, beau, intellectuel. Il lit des livres et partage avec Louis cette passion. Entre eux, c'est un doux mélange de jalousie et de fascination qui s'installe. Louis est ébloui, il se glisse la nuit au pied du lit et sent des envies lui nouer l'estomac. L'été, en partant chez son père, Louis prend conscience de l'absence, du poids de ses désirs et de la sensualité qui éclot en lui. Louis, le petit voleur, cherche dans les livres de Denis ce qui a retenu son attention, il scrute, épie et copie. Il cherche des indications, il a besoin d'air et de liberté. Qu'on le pousse et le glisse dans un train pour grandir. Ce troisième roman de Stéphane Jougla, après L'Idée et Portrait d'une absente, est merveilleusement écrit mais pas du tout abordable. Il est court, seulement 120 pages, et pourtant cela m'a pris du temps avant de cerner qui était Louis, et je ne suis pas sûre d'avoir tout bien saisi (les 40 premières pages, par exemple, sont à se taper la tête contre un mur). C'est dommage, car j'ai senti qu'au moment où le roman touche à sa fin l'histoire est à l'aube de s'épanouir et d'entamer un franc sujet débordant de délicatesse, où la sexualité de l'enfant est au coeur du problème, et où on touche à la question de l'identité sexuelle. Cela aurait pu être un sujet passionnant, du moins intéressant, mais le résultat me laisse perplexe. Le livre est brillant d'une érudition exemplaire, d'une grande élégance et d'un soin particulier à employer l'art suggestif. On sent le souffle érotique, le vent de changement, l'oeil acéré de la femme qui juge mais se tait. Et pourtant le résultat me laisse dubitative. De lire l'éveil amoureux ou le trouble adolescent avec ses fantasmes ne me gêne pas particulièrement, mais certains passages, comme ceux avec la petite main ou le slip, peuvent être glissants. Je ne sais pas.

Clarabel
29/03/09
 

Format

  • Hauteur : 18.50 cm
  • Largeur : 13.00 cm
  • Poids : 0.15 kg

Mes garanties furet.com

5% sur tous les livres, Paiement Sécurisé, Réservation gratuite, Satisfait ou remboursé, Débit carte bancaire à l'expédition