Le petit sauvage

JARDIN, ALEXANDRE

livre le petit sauvage
EDITEUR : GALLIMARD
DATE DE PARUTION : 27/08/92
LES NOTES :

à partir de
19,90 €

SYNOPSIS :

Gustave Eiffel avait fait une tour. Son descendant, Alexandre Eiffel, trente-huit ans, industriel, fabrique plus modestement des clés. Bien installé dans la vie, il est marié. Sa femme, Elke, lui sert de bouillotte et de somnifère. Mais un jour, il est rattrapé par son enfance, par ce petit garçon à qui son papa disait : " Le Petit Sauvage, tu es un fou. ". Le Petit Sauvage part retrouver la Société des Crusoé, l'île des Pommiers, la Mandragore et surtout Fanny, son bateau
bleu et ses lèvres inoubliables. Mais les ans ont passé et le retour aux amours enfantines ne pourra se faire que grâce à Manon, la contrôleuse de volcans, qui fait l'amour dans les branches d'un séquoia. L'aventure se poursuit jusqu'au bout du monde, jusqu'au bout de la vie. Adulte qui joue à l'enfant, enfant qui joue à l'adulte, Alexandre est la création la plus originale de l'auteur du Zèbre. Qui d'autre sait, comme lui, retrouver l'exacte senteur de l'enfance ?.
2 personnes en parlent

le petit sauvage d'alexandre Jardin un chef d'oeuvre original que j'ai lu plusieurs fois depuis l'âge de 15 ans un livre bousculant

beraud@archimed.fr
13/12/15
 

Maxime du blog L'épopée littéraire a décidé de faire voyager l'un de ses livres à travers la France, auprès de blogueurs(euses) qui, ensuite, devront écrire un billet. Je suis au début de cette aventure et viens de finir ce roman d'Alexandre Jardin. Je n'ai lu cet auteur que très récemment et n'ai actuellement à mon actif que son dernier livre Des gens très bien, qui a défrayé un peu la chronique lors de sa sortie. Dans Le Petit Sauvage, point de règlements de compte avec sa famille, mais plutôt avec lui-même en tant qu'adulte. Alors, toute la suite du roman consiste pour Alexandre à retrouver son âme et son esprit d'enfant, à la fois insouciant et cruel. Parce que c'est bien connu que les enfants, dans leurs jeux, dans la volonté d'assouvir leurs désirs sont égoïstes et donc cruels. Plutôt une bonne surprise cette lecture d'un écrivain, que je croyais, dans ses premiers romans cantonné aux bluettes et autres mièvreries. Le roman est rapide, enjoué mais aussi empli de réflexions sur l'enfance, sur le fait de devenir adulte et sur ce qu'on abandonne en passant d'un état à l'autre. Très bien écrit, Alexandre Jardin surjoue ses personnages en permanence, autant dans le malheur que dans la joie. Quelque peu caricaturaux, ils font néanmoins avancer le lecteur de page en page sans déplaisir, avec le désir de faire ce bout de chemin avec eux. Le désir, ce pourrait être le maître mot de ce roman. Le désir de redevenir enfant. Le désir sexuel également. Le désir de vivre tout simplement. L'auteur joue également avec les codes de la mise en page, ajoute des illustrations, des formes peu usitées dans le roman, tout pour ne pas lasser le lecteur. Comme si Alexandre Jardin avait peur de s'ennuyer sur la longueur et pensait que, comme les enfants, son lectorat avait besoin de renouvellement pour se bien concentrer sur le fond. Vraiment intéressant ce roman qui me permet de réviser mon jugement sur A. Jardin -un peu à l'emporte-pièce, je dois bien l'avouer, et pire que tout, sans l'avoir jamais lu ! Merci Maxime et pour être totalement informés, retrouvez autres aventuriers de cette épopée littéraire sur le blog l'épopée littéraire. Yv

Lyvres
01/02/13
 

Format

  • Hauteur : 20.50 cm
  • Largeur : 14.00 cm
  • Poids : 0.32 kg