Le pigeon

SUSKIND, PATRICK

EDITEUR : FAYARD
DATE DE PARUTION : 18/03/87
LES NOTES :

à partir de
3,49 €
EXISTE EN
Ebook

SYNOPSIS :

" Lorsque lui arriva cette histoire de pigeon qui, du jour au lendemain, bouleversa son existence, Jonathan Noël avait déjà dépassé la cinquantaine, il avait derrière lui une période d'une bonne vingtaine d'années qui n'avait pas été marquée par le moindre événement, et jamais il n'aurait escompté que pût encore lui arriver rien de notable, sauf de mourir un jour. Et cela lui convenait tout à fait. Car il n'aimait pas les événements, et il avait une véritable horreur de ceux qui ébranlaient son équilibre intérieur et chamboulaient
l'ordonnance de sa vie. " Qu'est-ce qu'un événementoe Que se passe-t-il, en somme, quand il se passe quelque chose dans la vie d'un hommeoe Tel est au fond le sujet, étonnamment simple et profond, de ce nouveau conte philosophique et cocasse de l'auteur du Parfum. Patrick Süskind est né en 1949 à Ambach, en Bavière. Il a fait des études littéraires à Munich et à Aix-en-Provence et exerce le métier de scénariste. Outre le Parfum, best-seller mondial, il a écrit une pièce de théâtre à un personnage, la Contrebasse.
6 personnes en parlent

Jonathan Noël s’est construit une vie parfaitement rangée, tellement réglée qu’elle pourrait paraître banale, voire même ennuyeuse. Mais pour Jonathan qui est solitaire et obsessionnel, ces repères rassurants lui apportent une sérénité sans prix. Il a connu de bien dramatiques événements dans sa jeunesse, et lorsqu’il est un jour entré dans le confort douillet d’une routine millimétrée, nous pouvons dire sans exagérer qu’il s’y est lové comme dans un fin bonheur.Il est aujourd’hui proche de la retraite. Il occupe depuis des années un poste de vigile dans une banque et vit toujours dans une modeste chambre de bonne au dernier étage d’un immeuble bourgeois.Les jours se suivent et se ressemblent jusqu’à ce vendredi matin où, en sortant de son logement pour aller aux toilettes, Jonathan est pris d’effroi devant un pigeon tranquillement posté sur le palier. Il évite de justesse la crise d’angoisse en multipliant les plans B, imagine sa vie dégringolant de façon vertigineuse et décide finalement de prendre ses cliques et claques et de fuir, quitter son appartement, du moins le temps que le pigeon daigne s’en aller.Dans ce très court roman, Patrick Süskind aborde avec finesse la phobie, la peur irrationnelle. Il interroge la limite franchie, le basculement, la perte de repères. Le rythme est relativement lent, l’ensemble de l’action se passant sur une journée, mais le texte est riche, dense. On assiste presque en temps réel à la descente aux enfers d’un homme qui voit sa vie basculer en un instant, aux prises avec une angoisse dévorante.Moins connu que Le parfum, ce récit qui a tout d’une grande nouvelle mérite franchement que l’on s’y attarde un moment.

AliceAGH
20/01/16
 

Jamais plus je n'ai regardé un pigeon comme avant la lecture de ce livre! Il y a des gens qui adorent les pigeons et dont la passion est de les nourrir malgré les interdictions...mais la haine de ce volatile est plus rare; ici il s'agit plutôt d'une phobie qui va transformer la vie si réglée d'un pauvre type berthe

afbf
20/01/16
 

Excellent roman. L'idée de Suskind est brillante : comment, tout à coup, un simple pigeon peut provoquer la changement d'une vie bien carrée ?... Une fois, avoir débuté la lecture du pigeon, on ne peut plus s’arrêter avant de connaitre la fin. Génial ! Caro59

Caro59
21/03/15
 

L’imprévu n’a pas de place dans la vie de Jonathan Noël. Les ennuis, il connait, il a déjà donné : des parents déportés, une épouse qui l’a quitté, alors, maintenant à la veille de la retraite il n’aspire qu’à une chose : la tranquillité.Cette tranquillité sera mise à mal par l’intrusion d’un pigeon sur le palier de notre ami.Pris de panique, il s’enfuie.J’ai lu avec un grand plaisir ce court roman de Patrick Suskind, avant tout pour la qualité de l’écriture. L’auteur réussi à travers un fait anodin à faire monter l’angoisse de son personnage.De plus, j’ai ri lors de cette lecture car je me suis souvenue qu’il y a quelques années, je m’étais enfui en courant du studio que j’occupais en vacance sur la Côte d’Azur en découvrant qu’un lézard avait osé s’y inviter ! Je n’y suis revenu que quelques heures plus tard, tremblante, à la recherche de l’intrus qui Dieu merci avait eu le temps de prendre la fuite.Bref, les phobies peuvent être perturbantes et fortement déstabilisantes parfois ce que parvient parfaitement à démontrer Patrick Suskind.

isabelleisapure
02/11/14
 

Jonathan Noël, quinquagénaire, est un vieux garçon qui vit seul. Traumatisé par les persécutions nazies et le départ de sa maman pendant la guerre, il vit dans la routine du quotidien. Sa chambre de bonne est un îlot de sécurité.Le quinquagénaire occulte ce passé douloureux en prenant un soin extrême à ce que rien ne vienne perturber un quotidien organisé avec la précision du métronome. «De toutes ces péripéties, Jonathan Noël tira la conclusion qu’on ne pouvait se fier aux humains et qu’on ne saurait vivre en paix qu’en les tenant à l’écart.» Il se sent protégé par ce mode de vie. Il redoute les changements.Il ne quitte ce havre douillet que pour aller travailler en tant que vigile sur le parvis d’une banque.Pourtant, un beau matin, un évènement banal va bouleverser son quotidien. Alors qu'il quitte sa chambre,il tombe inopinèment sur un pigeon dans le hall de son immeuble. Cette rencontre va perturber sa vision du réel.«Lorsque lui arriva cette histoire de pigeon qui, du jour au lendemain, bouleversa son existence, Jonathan Noël avait déjà dépassé la cinquantaine, il avait derrière lui une période d'une bonne vingtaine d'années qui n'avait pas été marquée par le moindre événement, et jamais il n'aurait escompté que pût encore lui arriver rien de notable, sauf de mourir un jour. Et cela lui convenait tout à fait. Car il n'aimait pas les événements, et il avait une véritable horreur de ceux qui ébranlaient son équilibre intérieur et chamboulaient l'ordonnance de sa vie.» Dès lors, on va suivre les délires paranoïaques de Jonathan tout au long d'une journée. J'ai repéré ce roman chez Emilie, étudiante en psychologie. J'ai lu Le Parfum dont j'ai peu de souvenirs mais je trouve que l'intérêt de ce court roman réside dans la tension dramatique parfaitement mise en scène par l'auteur.Le malaise va grandissant et l'attitude de fuite est remarquable. Patrick Süskind montre combien un évènement peut ranimer la douleur des souvenirs. La rencontre avec le pigeon rappelle celle des champs de bataille, du soldat face à l'ennemi .«Il était posé devant sa porte, à moins de vingt centimètres du seuil, dans la lueur blafarde du petit matin qui filtrait par la fenêtre. Il avait ses pattes rouges et crochues plantées dans le carrelage sang de boeuf du couloir, et son plumage lisse était d'un gris de plomb: le pigeon. Il avait penché sa tête de côté et fixait Jonathan de son oeil gauche. Cet oeil, un petit disque rond, brun avec un point noir au centre, était effrayant à voir. Il était fixé comme un bouton cousu sur le plumage de la tête, il était dépourvu de cils et de sourcils, il était tout nu et impudemment tourné vers l'extérieur, et monstrueusement ouvert; mais en même temps il y avait là, dans cet oeil, une sorte de sournoiserie retenue; et, en même temps encore, il ne semblait être ni sournois, ni ouvert, mais tout simplement sans vie, comme l'objectif d'une caméra qui avale toute la lumière extérieure et ne laisse passer aucun rayon en provenance de son intérieur. Il n'y avait pas d'éclat, pas de lueur dans cet oeil, pas la moindre étincelle de vie. C'était un oeil sans regard. Et il fixait Jonathan.» L'oeil du pigeon incarne toutes les peurs humaines . Certains passages sont jubilatoires dans la tension que met en scène l'auteur pour décrire des petites choses en apparence anodines mais dramatiques pour notre vieil homme.Un bon livre sur le sentiment de peur qui tétanise nos vies et une possibilité d'en rire.

Mirontaine
12/04/12
 

Jonathan est un homme qui suite à des traumatismes remontant à son enfance se construit une carapace grâce à sa vie routinière. Ces journées sont terriblement monotones et c'est ce qu'il aime, c'est ce qui le rassure. Ce roman très court raconte une journée , une simple journée dans la vie de Jonathan. Mais cette journée est exceptionnelle dans la vie de notre vigile car un pigeon a décidé de tout chambouler en restant devant la porte de l'homme. Ce dernier ressent de la répulsion pour ce pigeon . Cet incident va le miner toute la journée. Le coté passif de son travail va l'amener à réflechir, trop réflechir. Il est arrivé à tout le monde de laisser une broutille entrainer des réactions disproportionnées et c'est ce qui va arriver à Jonathan. En exagérant à l'excès, l'auteur nous donne une leçon sur la vision différente que nous pouvons avoir sur un fait tel Jonathan qui concidère comme intolérable la présence de ce pigeon

milca
21/09/10
 

Format

  • Poids : 0.16 kg

Mes garanties furet.com

5% sur tous les livres, Paiement Sécurisé, Réservation gratuite, Satisfait ou remboursé, Débit carte bancaire à l'expédition