Le pingouin

KOURKOV, ANDREI

EDITEUR : POINTS
DATE DE PARUTION : 16/03/01
LES NOTES :

à partir de
7,20 €
EXISTE EN
Ebook

SYNOPSIS :

Victor Zolotarev a recueilli chez lui un pingouin que le zoo de Kiev, au bord de la faillite, n'avait plus les moyens de nourrir. Micha est comme tous les animaux grégaires : sans ses congénères, il est perdu, désorienté et plonge dans la neurasthénie. Dépressif, Victor l'est aussi. Journaliste au chômage, c'est à peine s'il a de quoi survivre. Et nourrir deux personnes n'est pas une mince affaire dans un pays déboulonné. Lorsqu'un patron de presse lui propose d'écrire des « petites croix », des nécrologies pour des personnalités pourtant encore
en vie, Victor ne se pose aucune question et fonce. C'est un boulot tranquille et lucratif. Il rédige avec fougue des notices fleuries, jusqu'au jour où les « petites croix » se mettent à mourir, de plus en plus nombreuses. S'agit-il de crimes mafieux, de règlements de comptes politiques ? Malgré les ballets de limousines, les visites nocturnes dans son appartement, les enterrements somptueux où Micha parade, Victor reste témoin passif d'un monde déboussolé et sans règles, où domine la loi du plus fort, métaphore de l'ex-Union soviétique.
8 personnes en parlent

Le zoo de Kiev ayant fait faillite, Victor Zolotarev, un écrivain en panne d'inspiration, adopte Micha, un pingouin dépressif (qui se ressemble s'assemble). Mais suite à des problèmes d'argent, Victor accepte la proposition du rédacteur en chef d'un grand quotidien : il doit rédiger avec humour des annonces nécrologiques de personnes encore en vie, un travail "tranquille et lucratif" semble-t-il. Fataliste, Victor se rend pourtant compte qu'il est manipulé par des gens puissants et influents qui règlent leurs comptes lorsque les sujets de ses petites chroniques meurent vraiment ainsi que certains de ses amis. Il recueille Sonia, une orpheline, dont s'occupe bien Nina, sa petite amie. Victor devra alors dépasser son rôle de spectateur pour protéger ceux qu'il aime et se soustraire aux combines mafieuses de ceux qui tirent les ficelles à son insu.[...] Catherine de La culture se partage

Catherine2
15/04/11
 

Voilà un excellent choix. je me suis régalé dans se roman ukrainien. Quelle angoisse par moment car il décrit des choses qui semblent tellement réelles... mais ont rit parfois !Un humour assez particulier. Une ambiance très russe...je conseille ce roman ! http://ramettes.canalblog

ramettes
27/11/13
 

Entre étonnement, suspens et humour ! Victor est un personnage solitaire plutôt étrange. D'abord, il adopte Micha, un pingouin un brin dépressif, ancien locataire du zoo de Kiev. Puis d' écrivain il passe au journalisme. En effet, on lui propose d'écrire des notices nécrologiques"d'avance" pour un grand journal quotidien. Il accepte surtout pour palier à ses problèmes financiers. Tout se déroule pas trop mal, jusqu'à ce que Victor se rende compte que ses petites chroniques nécrologiques coïncident étrangement avec la mort des personnages biographiés...

un flyer
11/11/12

Depuis quelques temps, Victor vit en "colocation" avec Micha, manchot royal de son état, qu'il a adopté suite à une liquidation massive du zoo voisin. En fait, ces deux personnages se sont bien trouvés: "Micha a apporté sa propre solitude, et désormais les deux ne font que se compléter, créant une situation de dépendance réciproque plus que d'amitié". Le pingouin erre dans l'appartement, se baigne dans la baignoire remplie d'eau glacée et attend, statique, que le temps passe.Depuis l'indépendance de l'Ukraine, le système D fait partie du quotidien. Ecrivain "de formation", Victor trouve un petit boulot dans un journal: "créer de toutes pièces un registre de petites croix ), bref écrire la nécrologie de gens connus dont la particularité est de na pas être encore morts!Or, comme la pige paye bien, Victor évite de se poser trop de questions: "tourner le dos à tout ce qui arrivait, pour que cela lui lui demeure inconnu, en dehors de sa vie, hors de lui-même." Son tempérament et l'instabilité de la société le pousse à être indifférent ou plutôt neutre aux événements qui se déroulent autour de lui. Alors quand il se retrouve tuteur officieux de la petite Sonia, quand ses "petites croix" deviennent des bons de commande à de futurs meurtres, ou quand on lui demande de louer son pingouin à des enterrements, Victor ne semble pas choqué, tout au plus "ll songea que c'était une drôle d'époque pour un enfant, un drôle de pays, une drôle d'existence, qu'on n'avait même pas envie de chercher à comprendre, juste survivre, pas plus..."Bizarre, bizarre, cette étrange relation entre le héros et le manchot, mais finalement, à lire le déroulement des événements, elle s'avère bien normale. Kourkov dépeint une société corrompue, où à force de débrouilles et de "s'occuper de ses affaires", on trempe sans le vouloir dans le grand banditisme. Les règles ont changé, la vie est un perpétuel jeu de pistes dont une partie reste une énigme. Les personnages gravitant autour de Victor apparaissent et disparaissent à leur gré sans que ce phénomène perturbe le protagoniste. Est-ce de l'indifférence ou une carapace de protection?Finalement, il suffit de choisir sa propre ligne de conduite et s'y conformer coûte que coûte: "l'existence est une route, et si on prend la tangente, elle est longue. Et là, le processus compte plus que le résultat, puisque l'aboutissement est toujours le même: la mort." Métaphoriquement parlant, nous sommes tous des pingouins! vivi

vivicroqueusedelivres
30/05/12
 

Je suis assez partagé sur ce livre. J'ai lu ce livre dans le cadre de lopération Libfly "Un Poche, un(e) Mordu(e), une critique ! Avec les éditions Points" et j'ai donc bénéficié de la lecture de ce livre objet que j'ai trouvé très agréable : pages fines en papier bible agréables au toucher et surtout format qui tient vraiment dans une poche, ce qui en fait vraiment un livre pour nomades. Et très solide de surcroît. Ma note tient compte donc de l'apport réel de l'édition pour ce livre.Maintenant en ce qui concerne le livre lui-même, je n'ai pas été emballé. Pour l"histoire avait tout pour m'emballer : un écrivain un peu miteux, qui héberge un pingouin donné par un zoo qui ne pouvait plus l'entretenir, se voit engagé pour écrire des "petites croix", des nécrologies de personnes pas encore mortes. Je suis plutôt friands de pitchs assez farfelus comme celui là mais ça ne décolle pas pour moi, ça reste très lent et introspectif. L'histoire, surtout sur la fin, se tient, c'est même plutôt bien vu, les personnages sont vraiment pas mal, mais il manque pour un lecteur comme moi (c'est à dire pas très fan de littérature "classique") un supplément de rythme pour me tenir en haleine, quelque chose que j'ai envie d'en lire plus alors qu'il est tard et que je devrais poser le livre. Ça m'arrive pour beaucoup de livres, pas pour celui là. Ça reste un bon livre je pense, mais pas pour le genre de lecteur que je suis.

fzilbermann
07/12/11
 

Andreï Kourkov campe deux personnages attachants : Victor, un journaliste qui se rêve écrivain, un peu paumé, et Micha, son pingouin.Lorsque Victor accepte un nouveau poste de journaliste, il est loin d'imaginer jusqu'où cela va le mener. Il est préposé aux "petites croix" à savoir des nécrologies un peu particulières, pré-mortem. Dans une Ukraine politiquement instable, gangrenée par la mafia, c'est un métier dangereux. Les petites croix désignées disparaissent les unes après les autres, des journalistes aussi et Victor, assez indifférent de nature, finit par se sentir mal à l'aise. Il récupère une fillette confiée par son père et doit disparaître quelques temps.Mais ce n'est que très rarement qu'il prend conscience des dangers qui l'entourent. A vrai dire, il passe pas mal de temps dans sa cuisine avec sa machine à écrire et ses verres de vodka.Quant à Micha, il devient de plus en plus indispensable à mesure du temps : hôte des enterrements distingués, son allure dépressive et son smoking naturel correspondent à l'ambiance générale.Le second livre nous fait retrouver les mêmes personnages... ou presque car Micha semble avoir quitté l'Ukraine. Son "maître" va se mettre en quête de son pingouin préféré et tenter de tirer son épingle du jeu entre son nouveau patron, un politicien, et ses anciens démons. Il est même question de la Tchéchénie et d'un curieux four crématoire...Ces deux romans au héros pessimiste, naïf et assez débrouillard sont plein d'humour. L'absurdité suinte à toutes les pages, souvent mise en relief par le ton naturel et froid du roman. Un belle façon de raconter les troubles de l'ex-URSS, de critiquer un régime mafieux où il vaut mieux ne pas trop se faire connaître pour rester en vie.Une mention particulière pour Micha, le personnage le moins bavard mais le plus adorable de ces romans !

Praline
15/11/11
 

Lu en Mai 2010 bibliothèqueAvoir pour job d'écrire d'avance les nécrologies des futurs morts ce n'est pas un métier commun...j'ai eu du plaisir à le lire mais je suis une inconditionnelle de Kourkov donc une mauvaise critique pourtant ce n'est pas son meilleur !

GRANY
13/11/10
 

Comme une association de malfaiteurs improbable, nous retrouvons dans ce livre Victor, l'anti-héros par exellence et Micha, qui devient vite son inséparable ami mais qui reste un pingouin légèrement dépressif ! L'équipe va s'agrandir....J'aime beaucoup le job de Victor qui doit écrire à l'avance pour un journal les nécrologies de stars......... histoire que le quotidien soit toujours réactif aux décès des personnalités les plus en vues.Ce livre m'a fait rire, sourire, je le conseille : à lire sans aucun sérieux même si certains sujets font grincer des dents !

milkaa75
12/05/10
 

Format

  • Hauteur : 17.90 cm
  • Largeur : 10.80 cm
  • Poids : 0.16 kg
  • Langage original : RUSSE
  • Traducteur : NATHALIE AMARGIER

Mes garanties furet.com

5% sur tous les livres, Paiement Sécurisé, Réservation gratuite, Satisfait ou remboursé, Débit carte bancaire à l'expédition

Dans la même catégorie