Le portrait de dorian gray

WILDE, OSCAR

EDITEUR : LGF
DATE DE PARUTION : 19/12/72
LES NOTES :

à partir de
2,99 €
EXISTE EN
Ebook

SYNOPSIS :

Collection « Classiques » dirigée par Michel Zink et Michel Jarrety Oscar Wilde Le Portrait de Dorian Gray «Au centre de la pièce, fixé à un chevalet droit, se dressait le portrait en pied d'un jeune homme d'une extraordinaire beauté physique, devant lequel, à peu de distance, se tenait assis le peintre lui-même, Basil Hallward, celui dont, il y a quelques années, la disparition soudaine a, sur le moment, tant ému le public et donné lieu à d'étranges conjectures.» Or Dorian Gray, jeune dandy séducteur et mondain, a fait ce voeu insensé : garder toujours l'éclat de sa beauté, tandis que le visage peint sur la toile assumerait le fardeau de ses passions et de ses péchés. Et de fait,
seul vieillit le portrait où se peint l'âme noire de Dorian qui, bien plus tard, dira au peintre : «Chacun de nous porte en soi le ciel et l'enfer.» Et ce livre lui-même est double : il nous conduit dans un Londres lugubre et louche, noyé dans le brouillard et les vapeurs d'opium, mais nous ouvre également la comédie de salon des beaux quartiers. Lorsqu'il parut, en 1890, il fut considéré comme immoral. Mais sa singularité, bien plutôt, est d'être un roman réaliste, tout ensemble, et un roman d'esthète - fascinants, l'un et l'autre, d'une étrangeté qui touche au fantastique. Nouvelle traduction de Vladimir Volkoff. Edition présentée et annotée par Jean-Pierre Naugrette.
5 personnes en parlent

Le portrait de Dorian Gray fait effectivement partie de ces livres qu’il faut avoir lu, ne serait-ce que par le fait qu’il s’agit de l’unique roman d’Oscar Wilde et qu’il s’en tire plutôt bien. Bien que le style de l’œuvre puisse rebuter et paraitre un peu ampoulé, bien que de nombreuses références d’époque gênent la lecture, le portrait de Dorian Gray se lit très facilement comme un bon polar fantastique d’époque.

nymeria
09/02/11
 

J'avais très envie de me réconcilier avec la littérature classique en lisant Le Portrait de Dorian Gray mais celle-ci n'était apparemment pas prête de son côté car je ressors très déçue de cette lecture qui était pourtant très attendue. C'est un livre qui me tentait énormément par l'originalité de son intrigue et je voulais découvrir la « véritable » histoire de ce célèbre personnage qu'on peut retrouver dans des films (La Ligue des Gentlemen Extraordinaires) ou dans des séries (Penny Dreadful). L'intrigue n'a finalement pas été au-delà de mes attentes.En effet, celle-ci peine à se mettre en place, le début est extrêmement long et même lorsqu'on arrive au cœur de l'histoire, c'est toujours aussi lent. De plus, on est confronté à des protagonistes particuliers que j'ai trouvé narcissiques bien que je m'y suis habitué par la suite. J'avais très envie d'abandonner ma lecture surtout au moment de la description des passions artistiques de Dorian Gray qui était peu intéressante (pour ne pas dire pas du tout). Je décrochais rapidement et il me fallait demander un véritable effort de concentration pour ne pas perdre complètement le fil de l'histoire.Fort heureusement, la fin remonte plus ou moins le niveau, même si là aussi je reproche les questions sans réponses. Les dernières pages sont effectivement beaucoup plus captivantes. Je n'irais pas jusqu'à dire que je ne pouvais pas lâcher le livre mais c'était pas loin d'être le cas tout de même.Pour finir, je voudrais parler du personnage central de l'histoire, Dorian Gray, qui à l'inverse de cette dernière, a dépassé mes attentes. Même si je craignais au début d'être également déçu par Dorian, mes craintes se sont rapidement envolées en notant l'évolution de ce personnage au fil de l'histoire. Sans trop en dévoiler, il passe du personnage candide, au personnage énigmatique puis « vénéneux » (pour reprendre le terme utilisé dans le livre), cruel comme je l’espérais.Ce n'est pas que je n'ai pas aimé ce livre, mais je ne l'ai pas apprécié pour autant. L'histoire n'est pas du tout ce à quoi je m'attendais. Elle m'a beaucoup déçue et me laisse un goût amer.

Meel
02/07/14
 

Mon avis : Difficile de rédiger une critique sur une oeuvre qui est considérée comme l'un des plus grands classiques de la littérature britannique... et qui m'a déçue ! Ce roman m'a dérangée, pas tant par le fond lui-même, mais plus par la façon dont l'histoire est amenée.Je trouve que l'histoire aurait gagnée à être traitée avec davantage de simplicité. L'excès d'orgueil est-il le fait de Dorian Gray ou d'Oscar Wilde lui-même ?On y retrouve également un excès de descriptions sur des thèmes en tout genre qui apparaissent plus comme de la prétention pure, et qui à mon sens n'apportent rien.je suis consciente que me critique n'est pas très étayée, mes sentiments étant finalement assez confus vis à vis de ce livre.

anna44
01/12/11
 

Cette œuvre majeure sur la recherche de la beauté et de la jeunesse éternelles semble préfigurer les dérives de la société contemporaine centrée sur le superficiel et l'artificiel, un livre essentiel !

sovane
12/06/10
 

Dorian, jeune anglais du 19ème siècle, fascine Basil par sa beauté. Se laissant peindre par l'artiste, Dorian fait le voeu secret de garder sa jeunesse en espérant que son portrait vieillisse à sa place. Quelle ne fût sa surprise lorsqu'il se rend compte que son souhait est exaucé. Commence alors une vie de débauche faite de vices et de luxure pour Dorian... Chaque péché commis vient enlaidir le portrait du jeune homme, qui refléte désormais l'image de son âme corrompue...Ce roman fantastique, écrit en 1890, est un grand classique de la littérature anglaise à ne pas manquer.

Alcapone
19/02/09
 

Format

  • Hauteur : 17.80 cm
  • Largeur : 11.00 cm
  • Poids : 0.15 kg