Le potentiel erotique de ma femme

FOENKINOS, DAVID

EDITEUR : GALLIMARD
DATE DE PARUTION : 22/08/05
LES NOTES :

à partir de
6,49 €
EXISTE EN
Ebook

SYNOPSIS :

Après avoir collectionné, entre autres, les piques apéritif, les badges de campagne électorale, les peintures de bateaux à quai, les pieds de lapin, les cloches en savon, les bruits à cinq heures du matin, les dictons croates, les boules

de rampe d'escalier, les premières pages de roman, les étiquettes de melon, les oeufs d'oiseaux, les moments avec toi, les cordes de pendu, Hector est tombé amoureux et s'est marié. Alors, il s'est mis à collectionner sa femme.

8 personnes en parlent

Je pense à ces gens qui m’ont vu lire ce livre sur la plage et qui ont lu le titre par curiosité. Ils ont du se demander quel genre de lecture ce roman pouvait être. Comme pour Journal d’un vieux dégueulasse. Après tout je m’en fiche, mais moi-même je ne comprenais pas vraiment pourquoi David Foenkinos avait donné ce titre. Mais tout se révèle, bien sûr, petit à petit. Nous suivons Hector atteint de la collectionnite, c’est-à-dire, qu’il collectionne tout et n’importe quoi. Je trouve le début de l’histoire vraiment bien racontée, avec de l’humour. (De toute façon je ne vous le redirais pas éternellement mais j’adore vraiment l’écriture de cet auteur, c’est vrai que des fois il dit des choses qui n’ont pas vraiment rapport avec l’histoire, des détails un peu trop précis, mais pour ma part, c’est ce qui fait que je m’attache aux personnages : savoir de petites choses, même si elles paraissent inutiles) Et puis, il prend conscience de sa maladie et il en a vraiment marre de toutes ces collections. Alors il se rend à une réunion pour les gens qui ont la même maladie que lui et il se reprend en main. Il part à la bibliothèque pour trouver un livre sur les USA (pour diverses raisons que je ne veux pas vous dire) et là, il voit la femme. Celle qui pourrait lui plaire. S’en suit des rendez-vous, des discussions sur leur vie respective et ils sont ensemble. Mais jusqu’où peut tenir leur relation ? Alors que Brigitte découvre sa drôle de collection, elle lui tend un piège et s’en suit des quiproquos. Je ne vous en dirais pas plus mais j’ai vraiment apprécié cette lecture marrante, attachante aux personnages humains parfois un peu déphasés. C’est encore une fois un sans faute pour cet auteur.

searchxme
23/07/12
 

Le narrateur est atteint de collectionnite aiguë tous azimuts, il collectionne tout et n’importe quoi jusqu’au moment où il décide de se faire soigner et se trouve enfin sevré. Jusqu’au jour où il découvre que voir sa femme en train de laver les vitres lui procure un grand émoi. Il installe alors une caméra cachée pour la filmer à son insu et ensuite se repaître des images. Il n’a pas supposé qu ‘elle pourrait avoir découvert son stratagème ce qui va la pousser à organiser des moments érotiques pour lui plaire. L’amour comme un jeu. C’est drôle, jamais vulgaire et agréable à lire. Sans plus. Hebelin

hebelin
14/05/12
 

Après avoir collectionné, entre autres, les piques apéritifs, les badges de campagne électorale, les pieds de lapin, les cloches en savon, les premières pages de roman, les bruits à cinq heures du matin, les dictons croates, les étiquettes de melon, Hector en vient à collectionner sa femme. On peut se demander ce qui lui est passé par la tête et pourtant cela semble logique. Hector est le genre d’homme qui a besoin de s’attacher à quelque chose et quoi de mieux que sa femme ou plutôt les moment ou sa femme lave les carreaux.Drôle, fin et juste le Potentiel érotique de ma femme avait tout pour me plaire et ce fut le cas. A noter tout de fois la fin, un peu trop facile à mon goût mais ce n’est pas grave le reste du roman corrige ce petit défaut.

Nesss
10/09/11
 

C'est l'histoire complètement loufoque d'un type qui collectionne tout, sans cesse, de manière compulsive. De fait, obnubilé par ce qui est bien plus qu'une passion au fond, Hector n'a aucune vie sociale. Un jour, il décide de guérir, profondément, allant même jusqu'à fréquenter un groupe de "collectionneurs anonymes". C'est d'ailleurs par le biais de ce groupe qu'il va sympahiser avec Marcel, personnage haut en couleurs, marié à une femme très entreprenante... Au comble de sa chance, notre héros va rencontrer Brigitte et l'épouser dans la foulée. Or Hector, ce n'est pas un collectionneur de femmes. Il va donc se mettre à collectionner la sienne. Il faut le dire, j'ai adoré ce roman complètement déjanté, qui accumule les situations plus barrées les unes que les autres. L'auteur manie un humour de haute voltige qui, selon moi, demande au lecteur de dépasser allègrement le premier degré et d'adhérer au délire de l'auteur. Je me suis marrée quasiment tout du long et j'ai lu ce roman à une vitesse folle, ne m'arrêtant presque pas. J'ai aimé le personnage d'Hector, ce personnage d'une fadeur extrême - "Hector avait une tête de héros" selon le narrateur - à la vie sociale et familiale déplorable et qui se met à désirer une femme à cause de l'effet de ses mollets quand elle nettoie les vitres. C'est tellement gros que ça en devient jouissif, un tel scénario. Sans dévoiler, le héros s'embarque dans différents stratagèmes pour assouvir son fantasme. Et sa femme n'est pas en reste, il faut le dire. Les personnages secondaires sont drôlissimes : la femme de Marcel, joueuse de ping-pong mais qui aime saisir d'autres types de balles, la mère d'Hector et son obsession pour la soupe, le frère d'Hector qui de son côté collectionne les femmes, lui. Et puis ce qui fait la saveur de ce roman, c'est le narrateur qui vous prend à partie tout du long, vous assène autant d'âneries que de vérités sur la vie. Un narrateur qui manie l'ironie, l'anticipation et 'art de jeter le doute, de faire réfléchir. Car si ce roman est loufoque, je trouve qu'il fait s'interroger sur ce qui nous fait avancer dans la vie, ce qui nous fait envie, ce qui finalement est notre carburant, peu importe ce que c'est.

Stephie76
18/08/11
 

C'est plus sur l'histoire que j'ai moins accroché. En ce moment, j'ai besoin d'aventures, d'actions, de rythme rebondissant... Sauf que Foenkinos, c'est pas forcément ça... C'est plutôt lent, subtil, délicat, comme une promenade en bateau (sans moteur, le bateau...) sur un lac... On n'a pas l'impression de se déplacer, et pourtant, au bout d'un quart d'heure, on se rend compte que le paysage a changé et que la maison qui était devant nous est là, tout derrière... C'est un peu le sentiment que j'ai eu, à la lecture du Potentiel érotique de ma femme... Une lecture lente, qui ne m'apporte pas grand chose sur le moment, mais qui laisse des traces malgré tout...Au final, c'est le genre de livre qu'on referme sceptique, sans trop savoir ce qu'on en a pensé, mais qu'on conseillera quand même aux copines en lecture du dimanche, parce que c'est pas mal, finalement ! Et ça ne m'empêchera pas de surveiller si monsieur Foenkinos vient aux Mots Doubs cette année, histoire que je continue de découvrir son œuvre puisque c'est un peu sur ses conseils que j'avais choisi ce livre en plus de La délicatesse lors du dernier salon en septembre 2009 ! Miss Alfie, croqueuse de livres

MissAlfie
22/02/11
 

La vie d'Hector, employé solitaire, dont rien ne le distinguerait de ses congénères s'il n'était collectionneur compulsif, pathologie dont il essaie tant bien que mal de guérir...On reste d'abord assez indifférent au destin de ce héros, le livre évolue dans un registre burlesque un peu forcé, multipliant les scènes et les considérations décalées avec un humour un peu trop sûr de lui.Et puis Hector rencontre Brigitte, qui devient sa femme. Le récit prend alors son envol. Très à l'aise dans la fantaisie amoureuse, David Foenkinos met à nu les avanies de la vie érotique d'un couple avec une justesse de ton et un sens de la formule qui font tout l'intérêt du livre. Au-delà de ces réjouissantes variations sur la difficulté d'être à 2 , le livre est porté par une vision singulière des relations amoureuses: ces obsessions absurdes et ces fantasmes à première vue bizarres, semble t-il nous dire, sont consubstantiels à la vie d'un couple et leur folie douce, la nôtre...

Maynard
15/09/10
 

J'aime la façon d'écrire de cet auteur. J'ai aimé l'originalité des idées trouvées pour cette histoire. Notamment le parallèle entre la résolution d'Hector d'arrêter ses collections, sa décision d'entamer un sevrage comme pour l'alcool ou la cigarette. Mais je me suis lassée après le mariage d'Hector. L'histoire m'a beaucoup moins accrochée qu'au début, même si sa façon d'écrire fait passer le tout sans trop de déplaisir. J'avais de beaucoup préféré La délicatesse du même auteur. Sandrine(SD49)

SD49
17/08/10
 

Le potentiel érotique de ma femme Hector est un collectionneur compulsif. Pour échapper à sa névrose, une seule solution : le suicide. Qu’il rate. Pour notre plus grand soulagement. Car une fois dépassée la première impression (Hector est terriblement renfrogné), le jeune homme apparaît comme un véritable excentrique, un bouffon attachant et involontaire. Bref, Hector est absolument irrésistible.Sa convalescence l’entraîne alors dans les bras de Brigitte, la Femme Adorable (et Adorée). Hector se croit guéri de sa collectionnite aiguë, mais il rechute bien vite. Commence alors une nouvelle collection : les moments de sa Femme, et notamment ceux où elle lave les vitres. C’est l’extase absolue pour Hector !Le potentiel érotique de ma femme est un petit bijou. L’écriture est inventive, candide et fantasque, poétique et délicieuse. Comme Hector…A lire absolument !Voir aussi le premier livre de David Foenkinos, au sous-titre étonnant : Inversion de l’idiotie : de l’influence de deux polonais.

Format

  • Hauteur : 17.80 cm
  • Largeur : 10.80 cm
  • Poids : 0.12 kg

Mes garanties furet.com

5% sur tous les livres, Paiement Sécurisé, Réservation gratuite, Satisfait ou remboursé, Débit carte bancaire à l'expédition