Le rapport de brodeck

CLAUDEL, PHILIPPE

EDITEUR : STOCK
DATE DE PARUTION : 22/08/07
LES NOTES :

STOCK : En stock, livré sous 5 à 7 jours - Quantité limitée
à partir de
7,49 €
nos libraires ont adoré le rapport de brodeck
EXISTE EN
Ebook

SYNOPSIS :

Le métier de Brodeck n'est pas de raconter des histoires. Son activité consiste à établir de brèves notices sur l'état de la flore, des arbres, des saisons et du gibier, de la neige et des pluies, un travail sans importance pour son administration. Brodeck ne sait même pas si ses rapports parviennent à destination. Depuis la guerre, les courriers fonctionnent mal, il faudra beaucoup de temps pour que la situation s'améliore. « On ne te demande pas un roman, c'est Rudi Gott, le maréchal-ferrant du village qui a parlé, tu diras les choses, c'est tout, comme pour un de tes rapports. » Brodeck accepte. Au moins d'essayer. Comme dans ses rapports, donc, puisqu'il ne sait pas s'exprimer autrement. Mais pour cela, prévient-il, il faut que tout le monde soit d'accord, tout le village, tous les hameaux alentour. Brodeck
est consciencieux à l'extrême, il ne veut rien cacher de ce qu'il a vu, il veut retrouver la vérité qu'il ne connait pas encore. Même si elle n'est pas bonne à entendre. « A quoi cela te servirait-il Brodeck ? s'insurge le maire du village. N'as-tu pas eu ton lot de morts à la guerre ? Qu'est-ce qui ressemble plus à un mort qu'un autre mort, tu peux me le dire ? Tu dois consigner les événements, ne rien oublier, mais tu ne dois pas non plus ajouter de détails inutiles. Souviens-toi que tu seras lu par des gens qui occupent des postes très importants à la capitale. Oui, tu seras lu même si je sens que tu en doutes... » Brodeck a écouté la mise en garde du maire. Ne pas s'éloigner du chemin, ne pas chercher ce qui n'existe pas ou ce qui n'existe plus. Pourtant, Brodeck fera exactement le contraire.
Une plongée au cœur de l'âme humaine, dans ce qu'elle a de plus terrible mais aussi de plus beau. Un roman époustouflant, tant par la richesse et la puissance de sa narration, que par la densité de son sujet, du huis clos étouffant qui se joue,révélant, confirmant, les propos d'un Claudel bien qu'avant tout humaniste: nous avons tous des "âmes grises", écartelées entre l'ombre et la lumière par le double poids de nos choix et de nos actes.
Le roman d'une plume virtuose, dont personne ne ressortira indemne. Couronné par le prix Goncourt des Lycéens.

marie-sophie (lille)
Une plongée au cœur de l'âme humaine, dans ce qu'elle a de plus terrible mais aussi de plus beau. Un roman époustouflant, tant par la richesse et la puissance de sa narration, que par la densité de son sujet, du huis clos étouffant qui se joue,révélant, confirmant, les propos d'un Claudel bien qu'avant tout humaniste: nous avons tous des "âmes grises", écartelées entre l'ombre et la lumière par le double poids de nos choix et de nos actes.
Le roman d'une plume virtuose, dont personne ne ressortira indemne. Couronné par le prix Goncourt des Lycéens.
Shirley ,
Librairie
(Roubaix)
6 personnes en parlent

Brodeck est chargé par les habitants de son village de rédiger un rapport sur le meurtre collectif de l’Anderer, un habitant étranger et solitaire qui s’était installé dans leur village et qu’ils ont fini par tuer. Brodeck lui, n’a rien fait, mais il sait écrire, alors c’est à lui qu’on confie cette mission. On découvrira peu à peu pourquoi les hommes se sont acharnés sur l’Anderer, tout comme l’on découvrira l’histoire de Brodeck. Claudel a une façon si particulière de dire l’indicible : dans un détachement total, Brodeck raconte l’horreur des camps de déportés dont il est revenu, la délation au village, le drame enduré par sa femme pourtant restée au bourg, la peur, la culpabilité, la médiocrité et la petitesse des âmes. C’est un livre sombre qui dit beaucoup de la nature humaine dans ce qu’elle a de plus bas, mais aussi de plus beau, dans l’amour et la confiance, l’intelligence et la bêtise, le tout porté par une écriture somptueuse, simple mais parfaitement adéquate.

Jdhelene
10/09/09
 

Brodeck est chargé par les hommes de son village d'écrire un rapport les disculpant du meurtre d'un étranger arrivé quelques mois plus tôt. Même si le péché ou la « banalité du mal » a entouré la vie de Brodeck et irrigué jusqu'à la dernière pierre du village, véritable cuvette au milieu de collines, j'ai été happée par la puissance des images et l'élan vital propre au narrateur (Brodeck), aussi fil conducteur du livre : si les tours et détours narratifs pourraient en décourager certains, ils ont laissé sur moi l'impression que les images se succèdent au gré d'une danse tragique et lyrique que rien ne peut arrêter. Suis-je la seule sur qui Claudel opère une telle alchimie à chaque fois ?

Une histoire poignante et douloureuse qui nous confronte à l'inacceptable. L'écriture est simple et dépouillée mais d'une force étonnante. Une vraie leçon d'humanité.

Plus qu'un roman, Le rapport de Brodeck se veut être un conte philosophique si l'on relit les interviews de Philippe Claudel. Le flou qui règne autour de l'époque et du lieu où se situe l'histoire démontre cette envie d'universaliser les évènements, même si les mots à consonance germanique et les faits relatés font immanquablement penser à l'après seconde guerre mondiale.Les faits relatés sont d'une violence extrême, humiliants, dégradants, inhumains. Et pourtant, Brodeck les relate avec ce qui me semble être un détachement. Il exprime des faits, raconte, mais le tout avec distance. Comme si toutes ces épreuves, tous ces coups physiques et psychologiques qu'il a reçu lui ont enlevés toute once de peur, de dégoût, de tristesse. Brodeck semble être un automate, mais un automate doué de raison à côté de ses concitoyens, brutes irréfléchies asservies à la décision collective. Finalement, tout au long de son récit, Brodeck adopte la posture qu'il a habituellement, quand il décrit les paysages qui l'entourent, les fleurs qu'il rencontre : une objectivité sans faille qui fait de ce livre à la fois une ode poétique et un récit d'horreur.

MissAlfie
22/02/11
 

Brodeck écrit des rapports pour l'Administration : état des forêts, des routes, de la faune ou la flore, qu'il envoie régulièrement, en ne sachant plus s'ils sont bien lus, ni même reçus.Un soir, tous les hommes du village demandent (forcent) Brodeck à écrire un rapport sur la disparition de l'Anderer (l'autre, le différent, celui qui fait peur, car il n'a pas peur, celui qui dérange les consciences et remue les souvenirs par sa seule présence silencieuse et mystérieuse), l'étranger qui s'était installé parmi eux quelques mois auparavant."On ne te demande pas un roman, c'est Rudi Gott, le maréchal-ferrant du village qui a parlé, tu diras les choses, c'est tout, comme pour un de tes rapports."Brodeck se met à la tâche, il rencontre les habitants, plonge dans les mystères des uns et des autres, révèle les secrets enfouis, mais écrit également en parallèle et en grand secret son histoire : il nous rapporte sa propre vie, revit son arrivée dans le village, encore enfant, la rencontre avec sa femme à la capitale, sa déportation pendant la guerre, et son retour plus mort que vif dans le village, auprès de son épouse et de sa mère adoptive.Tout est en finesse, pudeurs, non dits. Le style superbe de Philippe Claudel concours à une étude des coeurs et des caractères plus vraie que nature, un vrai bonheur de lecture, même si le sujet est grave et triste.Suite sur Les lectures de Lili Liliba

liliba
23/12/09
 

Bonjour , est ce que quelqu'un pourrait m'aider s'il vous plait je dois raconter le résumer du livre "le rapport de brodeck" Met j'ai du mal a le faire car je ne les pas lu , j'ai du lire 2 livre en l'espace de 15 jour , et je doit raconter le résumer de ce livre pour le jeudi 22 octobre 2009 !! vite pouvez vous m'aider sa serait très gentil !!ps: Si vous pouvait me raconter le résumer par e-mail sa serait gentil ( mno e-mail c'est soso59172@hotmail.fr ) envoyer moi directement un message !! Merci beaucoup .

sophiane59
20/10/09
 

Format

  • Hauteur : 21.50 cm
  • Largeur : 13.50 cm
  • Poids : 0.46 kg