Le rasoir d'ockham

LOEVENBRUCK, HENRI

EDITEUR : FLAMMARION
DATE DE PARUTION : 28/01/08
LES NOTES :

à partir de
7,99 €
EXISTE EN
Ebook

SYNOPSIS :

Des meurtres en série. Une secte sanguinaire surgie du passé. Six pages mystérieusement disparues d'un célèbre manuscrit du XIIIe siècle. Ari Mackenzie, analyste atypique et controversé des Renseignements généraux, est confronté à la plus extraordinaire et la plus violente
affaire de sa carrière. Dans l'ombre, un groupe occulte est prêt à tout pour redécouvrir le secret des pages manquantes du célèbre carnet de Villard de Honnecourt. Ari saura-t-il arrêter ces fanatiques sans scrupule avant qu'ils ne mettent en place leur sinistre dessein ?
10 personnes en parlent

Je suis très embêtée, car lorsque je relis mon avis du Syndrome Copernic, je me demande ce que je pourrais bien dire de nouveau…C’est toujours un régal de suivre les péripéties des héros (anti-héros ?) de Loevenbruck. Tout est tellement bien dosé, action, suspens, mystère, psychologie. Certes, c’est le genre de livre qui se lit tout seul, mais intelligemment. Les personnages sont fouillés, on nous en dit juste assez sur leur vie et états d’âmes pour s’attacher à eux, sans tomber dans le bavardage. Ne rien savoir sur les personnages m’énerve souvent, et surtout dans les thrillers où il est facile de ne se concentrer que sur l’action au détriment de la psychologie. Or ici, les personnages intéressent et ne sont pas fades.Pour l’action, là aussi, facile de tomber dans le piège de la facilité. Mais non ! L’intrigue est habilement développée et l’action bien rythmée. On oscille entre l’échevelé et le trépidant. J’ai eu des moments de vertige, surtout vers la fin où la pression monte, pour le héros et les différents personnages, mais aussi pour le lecteur. Certaines scènes sont carrément à frémir, surtout quand on “assiste” à la mésaventure de la dernière victime. Et tout cela, sans exagération, l’équilibre parfait entre l’horreur et la sobriété, étonnant. Le dénouement est en plusieurs temps, pas de révélation ultime (quoique) et malgré tout le suspens ne fait que grandir, jusqu’à la fin. Les dialogues sont excellents et non dénués d’humour comme le personnage de Ari. Certaines répliques sont franchement désopilantes, sans pour autant casser l’ambiance et le contexte. (”Quand je vois une nature morte j’ai envie de l’enterrer” : j’adore !). Autre élément qui personnellement m’a conquise, c’est évidemment le coté historico-ésotérique de la chose. Quand c’est bien fait comme ici, sérieusement documenté et non affabulé comme chez certains, c’est un pur plaisir. On apprend, on voyage, on s’instruit.Pour revenir au dénouement, je suis restée perplexe : va-t-il y avoir une suite ou la fin nous laisse-t-elle définitivement dans l’expectative ? J’avoue avoir ressenti un léger sentiment de frustration, mais alors léger, à l’idée de ne pas en savoir plus…mais d’un autre côté, Ari n’a-t-il pas trouvé la réponse, la seule qui compte vraiment ?edit / mars 2009 : L'auteur est en cours de rédaction de la suite, qui devrait paraître cette année :-)

un flyer
01/03/09

Le rasoir d’Ockham fut un vrai régal à lire. Action, meurtres, suspens, chasse au trésor… Ce thriller rassemble tous ces éléments. Quand le meilleur ami du père d’Ari se fait sauvagement assassiner, ce dernier, analyste des RG, n’a de cesse de le venger… Mais connaissait-il vraiment Paul Cazo ? Bientôt, d’autres meurtres sont perpétrés avec le même procédé : écoulement du cerveau alors que l’être est toujours vivant. Après avoir compris que les victimes faisaient toutes partie des Compagnons du devoir et qu’ils protégés des manuscrits, Ari va poursuivre une quête semée d’embûches et de tueurs. Grâce à des personnages bien construits (passé, relation, famille, sentiments), Henri Loevenbruck nous entraîne dans un thriller très haletant. Le rythme assez soutenu du fait des chapitres assez courts ne nous laisse pas le temps de respirer. Les explications autour des manuscrits de Villard de Honnecourt ne sont pas fastidieuses au contraire de certains thrillers qui sont bien trop compliqués et qui en deviennent ennuyeux… Le côté historico-ésotérique est donc très bien traité et documenté… Le lecteur s’instruit et voyage tout en lisant un roman truffé d’action. Henri Loevenbruck trouve donc un équilibre parfait entre les différents éléments qui composent son thriller…Quant au dénouement, il nous laisse un peu sur notre faim mais c’est juste pour nous inciter à lire Les cathédrales du vide, suite que je ne vais pas tarder à commencer… A lire….

AlteaAitana
27/05/14
 

J'ai découvert l'auteur avec "Les cathédrales du vide" que j'avais déjà beaucoup aimé, mais j'avoue que j'ai préféré "Le rasoir d'Ockham". Il faut dire que tous les ingrédients sont réunis pour tenir le lecteur en haleine : personnages attachants, suspens, rebondissements, le tout parsemé d'une pointe d'ésotérisme... On suit cette enquête avec beaucoup de plaisir et je me suis laissée prendre au jeu de bout en bout.

Ikebukuro
23/08/11
 

Encore un excellent thriller ésotérique de Loevenbruck avec un personnage de flic à la fois fragile et fort et une histoire à énigmes qui donne une nouvelle envie...lire la suite !

lucky44
19/05/09
 

J'ai lu ce livre d'une traite, sans pourvoir m'arrêter.... Bon, c'est un thriller style "Da Vinci Code", avec tout ce qu'il faut : personnages médiévaux étranges, parchemins perdis et les inévitables vilains nazis de service ! Le "secret final" tombe un peu à plat, mais le reste de l'histoire est passionnant, avec des personnages attachants et une "french touch" dans la description des polices en guéguerre permanente. J'attaque le tome 2 dès que je peux ! Philippe

Phil57
28/02/14
 

J’ai mis longtemps à lire ce livre, je n’arrivais pas du tout à me mettre dedans, parce que je n’étais pas motivée, parce que j’étais fatiguée… Ce n’était peut-être pas la bonne période pour ce genre de livre voilà tout. C’est un livre très "énigme" on est curieux de savoir ce qu’a pu cacher Villard de Honnecourt, et finalement on sait assez vite qui dirige tout ça (bien qu’on ait quelques surprises par moment). A ce niveau là c’est vraiment bien, j’adore ce genre de choses avec des énigmes, des secrets, du mystère. Là où j’ai moins accroché c’est pour le personnage d’Ari que je n’ai pas du tout aimé, et vu que c’est le personnage principal alors c’était parfois dur dur… Je l’ai trouvé un peu trop cliché, et puis surtout vraiment trop "con" même si c’est vulgaire disons le. Il est inconséquent, il agit sur des coups de tête, il met en danger les gens autour de lui sans réfléchir, et il agit quasiment toujours seul (et franchement je trouve que vu ce qu’il se passe il pourrait mettre un peu son égo de côté et travailler en équipe mais boooon… (même s’il n’hésite pas à se servir des gens autour de lui qui disent "ouioui" à tout ce qu’il demande)). Là où je l’ai trouvé le plus minable c’est avec Lola, et je n’ai pas du tout aimé cette relation, mais bon.Après j’ai aussi eu du mal à me repérer avec les personnages, des fois je ne savais plus qui était qui, qui faisait quoi, et entre toutes les appellations de la police et tout je captais parfois pas grand chose.Au niveau de l’écriture, je trouve que c’est une écriture très scénaristique, on a l’impression de voir un film, c’est beaucoup dans l’action et assez peu dans l’émotion finalement, y a des scènes très "films américains", où ça tire de partout etc. Mais c’était quand même bien maîtrisé et on se représentait très facilement les choses, ce qui est plutôt appréciable !La fin m’a laissé un peu en colère, parce que je voulais en savoir plus… Je suis donc restée un peu sur ma fin. Par contre j’ai bien aimé l’idée du rasoir d’Ockham, c’était pas mal et l’utilisation était une bonne idée parce qu’on peut s’imaginer finalement ce qui nous paraît le plus simple (voir le mieux ahaha !)Bref que dire d’autre? Ah oui j’ai adoré les références à Benoit Dorémus et Renaud, vu que j’adore ces chanteurs très fort, on voit que c’est quand même un livre assez récent finalement et les références musicales pour une fois que je connaissais ça fait plaisir.A part ça je pense que c’est un livre sympa, ça se lit bien (et normalement vite je pense, mais je suis à plat en ce moment, quand je reviens du stage j’ai juste envie de dormir), et le côté énigme est très intéressant. Je pense que je me procurerai la suite et la lirai.

lasurvolte
03/07/13
 

Me revoilà happée par un ouvrage d’Henri Loevenbruck. Nous sommes entraîné dans cette enquête dans le monde de la Franc maçonnerie, des compagnons du devoir, des groupuscules néo nazis. Avec Ari, enquêteur au RG et spécialiste des sectes, nous sommes entraîné dans une aventure haletante, que nous soyons à Paris, Rheims ou à Portonero. Avec une écriture efficace, nous nous attachons à l’ensemble de ces personnages.Les scènes se succèdent à un rythme d’enfer, nous pouvons être dans un bureau des Rg mais aussi dans un bureau cosy de la Sorbonne ou alors nous retrouver dans une scène digne de James Bond.Un univers qui nous happe.Encore un livre qui se dévore…

catherine
21/05/12
 

Super lecture ! J'ai beaucoup aimé la trame de l'histoire : - Un flic spécialiste des sectes, que l'on découvre à travers son passé sulfureux au sein de la police qui lui vaut à la fois le respect et l'antipathie de ses confrères et supérieurs ; puis que l'on suit à travers sa vie privée compliquée avec les femmes, notamment Lola, qu'il aime mais avec qui il n'arrive décidément pas à s'engager.- Le mystère des pages disparues du manuscrit de Villard de Honnecourt. L'intérêt est la note au tout début du roman qui nous informe que ce manuscrit existe réellement et qu'il en manque effectivement quelques feuillets ! Cela donne un visage tout autre au mystère !L'auteur nous offre une histoire palpitante qui amènera peut-être une suite ! A suivre ! Marylin

marylinm
08/12/11
 

"Le rasoir d'Ockham". Bon, Madame Charlotte m'avait prévenu : Loevenbruck, c'est du lourd. Elle avait raison. Un coup de coeur pour ce thriller qui manifestement aura sa suite si j'en crois les dernières lignes...Un très bon suspense."Des meurtres en série.Une société secrète surgie du passé.Les pages mystérieusement disparues d’un célèbre manuscrit du XIIIème siècle…Ari Mackenzie, analyste atypique et controversé de la Direction Centrale des Renseignements Généraux, est confronté à une mystérieuse série de meurtres…Le célèbre carnet de Villard de Honnecout, manuscrit du XIIIème siècle conservé à la Bibliothèque Nationale, contient-il un secret susceptible de provoquer une telle violence ? Et quel est le lien des Compagnons du Devoir avec ce mystère oublié du moyen-âge ?Dans l’ombre, un groupe occulte semble vouloir retrouver les pages disparues du manuscrit pour mettre en œuvre un plan qui pourrait changer à jamais le destin de l’espèce humaine. Car ce carnet cache peut-être l’un des plus anciens secrets de l’Humanité. En quête de vérité, Ari découvrira pourtant que le véritable secret n’est peut-être pas celui qu’on croit…"Un bouquin qu'on ne peut plus lâcher une fois ouvert !!! A lire évidemment.

lucie38
19/03/11
 

À première vue, encore un thriller ésotérique comme l’on en trouve tant depuis quelques années dans les rayons de nos librairies ou bibliothèques. Reste que le style de l’auteur, assez direct, sans chichi, ni manière vous plonge immédiatement dans l’action et le mystère. Vous n’aurez pas trop le temps de vous poser de questions.Vous trouverez un avertissement d’Henri Loevenbruck qui ne se targue pas d’écrire un roman authentique. Certes certaines pièces du puzzle le sont, mais ce n’est pas pour autant qu’il faille croire tout ce qui est écrit et le prendre donc pour argent comptant. Vous voilà prévenu contre tout débordement.Personnellement, je trouve cela très honnête de sa part car beaucoup surfent sur cette vague très en vogue. Les rayons croulent sous les titres tous plus accrocheurs les uns que les autres et je dois bien l’avouer, je me laisse avoir aussi. C’est un genre que j’aime beaucoup et depuis quelques années, les nouveautés ne manquent pas, mais attention à la qualité. Dans « Le rasoir d’Ockham », je ne fus pas déçue outre mesure.Il ne manque aucun élément à ce roman et les chapitres, en général assez courts, rythment bien l’action, les pensées de toute cette intrigue. Une syntaxe simple, mais pas si simpliste que cela, donne un réel plaisir au lecteur qui ne lâche plus son livre des mains. Une lecture aisée en somme.Les personnages ne sont pas des supers héros, ils ont leurs limites, leurs faiblesses aussi, même si parfois il y a un petit côté Jack Bauer dans le personnage principal. Presque jamais mal ou alors tant pis, il fonce quand même ! Ahhh, ces héros !J’aime bien le côté un peu désuet des manières d’Ari. Son refus systématique d’avoir recours aux nouvelles technologies est assez amusant dans une société où elles ont pris une telle ampleur que l’on se demande presque comment l’on faisait avant leur arrivée.D’ailleurs, en lisant, j’avoue que je me le suis représenté un peu comme second Bruce Willis. Sans doute pour le côté : « Je fonce dans le tas et ensuite, je verrai bien ce que cela donne ». En prime, il va trouver un complice au moins aussi déjanté que lui. Mais chut !!!!Le titre n’est pas inspiré du document au centre de l’intrigue : « le carnet de Villard de Honnecourt », mais de la technique qu’utilise Ari pour faire le point sur la situation. J’ai trouvé cela plus malin, plus tordu aussi… Je crois que je n’apprécie que moyennement les raccourcis trop abrupts et là cela me convient parfaitement.Ayant lu pas mal d’ouvrages dans le même genre, je dirai que cet opus s’en sort pas trop mal, voir même plutôt très bien ! Il y a un peu de suspens, tout n’est pas téléphoné 20 ans avant et l’on se prend au jeu. Après tout, c’est ce que je demande et attend d’un thriller.Vous y trouverez une bonne dose d’action, quelques sentiments amoureux torturés, de l’amitié et de la tendresse, un zeste de haine, un peu de rivalité, un document ancien renfermant un noir secret, une idéologie à vomir, un peu de sexe et bien d’autres choses encore. Il ne manque rien !Si vous en avez l’occasion, plongez-vous quelques heures dans ce bouquin qui ne restera peut-être pas dans les mémoires autant que le « Da Vinci Code » (celui qui a relancé le genre), mais qui devrait tout de même vous combler.Et puis vous savez quoi ? À la toute fin, il y a ces mots magiques qui nous font croire que nous retrouverons Ari : A suivre… http://espace-temps-libre.blogspot.com/

emeralda
23/09/09
 

Format

  • Hauteur : 24.00 cm
  • Largeur : 15.30 cm
  • Poids : 0.55 kg

Mes garanties furet.com

5% sur tous les livres, Paiement Sécurisé, Réservation gratuite, Satisfait ou remboursé, Débit carte bancaire à l'expédition