Le rasoir d'ockham

LOEVENBRUCK, HENRI

EDITEUR : FLAMMARION
DATE DE PARUTION : 16/01/08
LES NOTES :

à partir de
3,99 €
EXISTE EN
Ebook

SYNOPSIS :

Des meurtres en série. Une secte sanguinaire surgie du passé. Six pages mystérieusement disparues d'un célèbre manuscrit du XIIIe siècle. Ari Mackenzie, analyste atypique et controversé des Renseignements généraux, est confronté à la plus extraordinaire et la plus violente
affaire de sa carrière. Dans l'ombre, un groupe occulte est prêt à tout pour redécouvrir le secret des pages manquantes du célèbre carnet de Villard de Honnecourt. Ari saura-t-il arrêter ces fanatiques sans scrupule avant qu'ils ne mettent en place leur sinistre dessein ?
2 personnes en parlent

J'ai lu ce livre d'une traite, sans pourvoir m'arrêter.... Bon, c'est un thriller style "Da Vinci Code", avec tout ce qu'il faut : personnages médiévaux étranges, parchemins perdis et les inévitables vilains nazis de service ! Le "secret final" tombe un peu à plat, mais le reste de l'histoire est passionnant, avec des personnages attachants et une "french touch" dans la description des polices en guéguerre permanente. J'attaque le tome 2 dès que je peux ! Philippe

Phil57
28/02/14
 

À première vue, encore un thriller ésotérique comme l’on en trouve tant depuis quelques années dans les rayons de nos librairies ou bibliothèques. Reste que le style de l’auteur, assez direct, sans chichi, ni manière vous plonge immédiatement dans l’action et le mystère. Vous n’aurez pas trop le temps de vous poser de questions.Vous trouverez un avertissement d’Henri Loevenbruck qui ne se targue pas d’écrire un roman authentique. Certes certaines pièces du puzzle le sont, mais ce n’est pas pour autant qu’il faille croire tout ce qui est écrit et le prendre donc pour argent comptant. Vous voilà prévenu contre tout débordement.Personnellement, je trouve cela très honnête de sa part car beaucoup surfent sur cette vague très en vogue. Les rayons croulent sous les titres tous plus accrocheurs les uns que les autres et je dois bien l’avouer, je me laisse avoir aussi. C’est un genre que j’aime beaucoup et depuis quelques années, les nouveautés ne manquent pas, mais attention à la qualité. Dans « Le rasoir d’Ockham », je ne fus pas déçue outre mesure.Il ne manque aucun élément à ce roman et les chapitres, en général assez courts, rythment bien l’action, les pensées de toute cette intrigue. Une syntaxe simple, mais pas si simpliste que cela, donne un réel plaisir au lecteur qui ne lâche plus son livre des mains. Une lecture aisée en somme.Les personnages ne sont pas des supers héros, ils ont leurs limites, leurs faiblesses aussi, même si parfois il y a un petit côté Jack Bauer dans le personnage principal. Presque jamais mal ou alors tant pis, il fonce quand même ! Ahhh, ces héros !J’aime bien le côté un peu désuet des manières d’Ari. Son refus systématique d’avoir recours aux nouvelles technologies est assez amusant dans une société où elles ont pris une telle ampleur que l’on se demande presque comment l’on faisait avant leur arrivée.D’ailleurs, en lisant, j’avoue que je me le suis représenté un peu comme second Bruce Willis. Sans doute pour le côté : « Je fonce dans le tas et ensuite, je verrai bien ce que cela donne ». En prime, il va trouver un complice au moins aussi déjanté que lui. Mais chut !!!!Le titre n’est pas inspiré du document au centre de l’intrigue : « le carnet de Villard de Honnecourt », mais de la technique qu’utilise Ari pour faire le point sur la situation. J’ai trouvé cela plus malin, plus tordu aussi… Je crois que je n’apprécie que moyennement les raccourcis trop abrupts et là cela me convient parfaitement.Ayant lu pas mal d’ouvrages dans le même genre, je dirai que cet opus s’en sort pas trop mal, voir même plutôt très bien ! Il y a un peu de suspens, tout n’est pas téléphoné 20 ans avant et l’on se prend au jeu. Après tout, c’est ce que je demande et attend d’un thriller.Vous y trouverez une bonne dose d’action, quelques sentiments amoureux torturés, de l’amitié et de la tendresse, un zeste de haine, un peu de rivalité, un document ancien renfermant un noir secret, une idéologie à vomir, un peu de sexe et bien d’autres choses encore. Il ne manque rien !Si vous en avez l’occasion, plongez-vous quelques heures dans ce bouquin qui ne restera peut-être pas dans les mémoires autant que le « Da Vinci Code » (celui qui a relancé le genre), mais qui devrait tout de même vous combler.Et puis vous savez quoi ? À la toute fin, il y a ces mots magiques qui nous font croire que nous retrouverons Ari : A suivre… http://espace-temps-libre.blogspot.com/

emeralda
23/09/09
 

Format

  • Hauteur : 24.00 cm
  • Largeur : 15.30 cm
  • Poids : 0.55 kg