Retour du professeur de danse (le)

MANKELL, HENNING

EDITEUR : SEUIL
DATE DE PARUTION : 06/04/06
LES NOTES : Laissez une critique sur ce livre
à partir de
8,99 €
EXISTE EN
Ebook

SYNOPSIS :

Pas de trace de Wallander père ou fille dans ce nouveau roman policier de Henning Mankell, mais l'apparition d'un jeune inspecteur âgé de 37 ans, Stefan Lindman, qui officie à Boras (ouest de la Suède). Le même jour il apprend deux mauvaises nouvelles : il a un cancer et son ex-collègue,Herbert Molin a été sauvagement assassiné. Hébété, ne sachant comment tromper l'attente avant d'entamer son traitement, Lindman décide, sur un coup de tête de partir dans le nord et les forêts profondes du Härjedalen, où s'était installé Molin après sa retraite. Malgré lui, Stefan commence à enquêter. Que signifient les vestiges d'un campement derrière lamaison de Molinoe Que signifient surtout les empreintes sanglantes dans sa maison, comme si le tueur avait dansé un tango avec le corps de sa victime avant de le traîner
dehorsoe La police locale, d'abord méfiante, accepte sa présence. L'inspecteur Larsson commence même à voir en lui un interlocuteur privilégié. Alors que Stefan découvre que Herbert Molin, dans sa jeunesse, s'était porté volontaire dans la SS pendant la guerre et qu'il était resté jusqu'à sa mort un nazi convaincu, un deuxième homme, violoniste à la retraite, est retrouvé mort dans la forêt non loin de là. Le jeune inspecteur commence à soupçonner un réseau actif, discret et bien organisé. Lorsque la fille de Molin, belle femme froide et séduisante, arrive pour organiser les funérailles, Stefan comprend trop tard qu'elle aussi fait partie du réseau ; elle en est même le cerveau : elle est alors otage de l'assassin de son père qui souhaite révéler son identité et s'expliquer avec elle.
8 personnes en parlent

Cet opus est un peu particulier dans la série policière de Henning Mankell. Wallander semble s’essouffler, la retraite n’est plus très loin ; sa fille s’engage dans la même voie que son père. Et puis entre tout cela, arrive un jeune, Lindman qui s’avère être un fin limier.Comme son illustre collègue, Lindman prend le temps de s’installer, de réfléchir. Il est consciencieux, méthodique Mais, la comparaison s’arrête là, car Lindman n’a pas le côté looser de Wallander, ce côté un peu nounours mal fagoté, un peu poussif (qui ne veut pas dire inefficace), ce côté Columbo qui le rendait si attachant. Lindman a l’énergie de la jeunesse. Mais comme tout bon policier qui se respecte, il a ses zones d’ombre, et ses tracas personnels. A sa manière Lidman a su me conquérir.Nous passerons toute cette enquête aux côtés d’un homme hanté par la mort qu’il sent proche de lui, et par le mal qui le ronge. Cette enquête qu’il même alors qu’il est en congé maladie, est vécu comme si c’était la dernière fois. Il va devoir s’absenter pour suivre ses soins, et se jette à corps perdu, comme si c’était la dernière fois pour lui, comme un dernier hommage au collègue dont on vient de découvrir l’assassinat. Mais Henning Mankell n’oublie pas de situer son histoire dans la Grande Histoire. Il rappelle ainsi, que cinquante ans après la fin de la seconde guerre mondiale, les Nazis et leur idéologie a toujours ses adeptes, et prospère au sein d’un pays en pleine mutation.Sachant la proche retraite de mon cher commissaire Wallander, et sans doute parce que je n’ai pas encore envie d’en finir avec lui, je me suis autorisée une petite récréation avec un autre policier.Je le sais, un jour viendra où j’écrirai mon dernier mot doux à Wallander. Cela étant, je me console avec l’idée qu’il me reste encore tant de romans de Henning Mankell à découvrir. http://leblogdemimipinson.blogspot.com/

mimipinson
30/03/14

Début de l'hiver dans le nord de la Suède, Herbert Molin, policier à la retraite, retiré dans cette région est sauvagement torturé et assassiné. Stefan Lindman, policier à l'autre bout du pays et ancien collègue de Molin vient d'apprendre ce meurtre et une autre mauvaise nouvelle : il est atteint d'un cancer et doit commencer les traitements dans quelques semaines. Pour tromper son angoisse, il monte dans le nord et s'intéresse de près au meurtre d'Herbert Molin.Roman policier d'Henning Mankell, mais sans le commissaire Wallander. Stefan Lindman apparait ici pour la première fois et apparaîtra ensuite, au gré d'une mutation comme collègue de Kurt et Linda Wallander (cf. Avant le gel). Mankell n'a pas besoin de son héros fétiche pour nous tenir en haleine : il y réussit très bien avec des personnages inconnus. L'histoire est glauque, sinistre et fait appel à un passé peu glorieux de la Suède : la seconde guerre mondiale. On a coutume de dire que ce pays a été neutre. Certes ! Mais l'idéologie nazie a pénétré les Suédois et certains d'entre eux -assez nombreux aux dires de l'auteur, sûrement bien renseigné- se sont laissés séduire pas les thèses de Hitler. Certains Suédois se sont même engagés volontairement dans la Wehrmacht. Henning Mankell qui dénonce régulièrement les dérives de la société occidentale et notamment celles de la Suède, s'en donne ici à coeur joie -si je puis m'exprimer ainsi ! Cependant, il n'est pas lourd ou moralisateur : il met en face des personnages aux vies différentes qui s'affrontent idéologiquement en plus de s'affronter dans l'enquête policière en tant que policiers et suspects. Mais Mankell ne se contente pas de dénoncer le passé de la Suède, il est persuadé que cette idéologie passéiste, d'un autre temps est toujours présente dans son pays, pour son plus grand dégoût.Stefan Lindman n'a pas la carrure d'un Wallander, mais ce roman est un excellent roman policier, peut-être même meilleur que certains avec Wallander, parce qu'on est moins "dérangé" par les "à-côtés" liés à Wallander, commissaire récurrent, et à son évolution au fil des livres. Mais bon, ce sont de bien minuscules dérangements. Et en plus, on en redemande ! Yv

Lyvres
25/03/14
 

Le dernier ouvrage de Mankell que j'ai litteralement dévoré , j'attends que "l'homme inquiet" sorte en poche , c'est la criiiiiise !! Grosses reticences au depart car dans le cas present , foin de Kurt Wallander , personnage central incontournable et oh combien attachant de l'oeuvre Mankell!C'est donc avec un certain septiscisme empreint cependant d'une curiosité bienveillante que j'allais a la decouverte de ce nouveau personnage central : Stefan Lindman deja evoqué de façon fugace dans ses precedents ecrits..C'est un jeune policier quarantenaire atteint d'un cancer et alors en congé , puisqu'en attente de traitement , que nous retrouvons , en proie aux doutes et miné par un avenir s'annonçant bien sombre!Pour couronner le tout , ce dernier apprend le deces d'un ancien collegue a la retraite , Herbert Molin ,torturé a mort ! Afin de s'occuper l'esprit , il décide alors de reprendre l'enquete a son compte , donnant ainsi l'occasion a Mankell de nous livrer un nouveau visage de la Suede qu'il affectionne tellement tout en etant incroyablement nostalgique de celle qu'il a connu ! L'on y decouvre un pan fort peu glorieux du pays qu'il cherit tant , epoque ou ce-dernier flirtait allegrement avec le modele Allemand durant la seconde guerre mondiale , allant meme jusqu'a s'acoquiner avec lui afin d'augmenter sa production d'acier , concourant ainsi de façon evidente a l'effort de guerre nazi ! A travers cette nouvelle enquete , Mankell egratigne un peu plus le modele Suedois et nous parle d'un sujet plus que jamais d'actualité , celui de la renaissance du nazisme (fascisme , racisme , appelez-le comme vous voulez ! ) d'autant plus pernicieux qu'il n'arbore plus le symbole aisément reconnaissable d'une croix gammée mais les traits de nos voisins , de nos amis , de nos freres...Le roi Wallander est mort , vive le roi Lindman !

TurnThePage
13/11/13
 

Mankell continue de dénoncer les dérives passées et présentes de son pays d'origine, la Suède, par le biais d'un policier àqui on vient de découvrir un cancer de la langue.La localisation de ce sarcome ne me paraît pas du tout fortuite, dans la mesure où Lindman va bientôt se rendre compte que le passé de sa famille (où l'on ne parlait pas vraiment) va interférer avec le présent de son enquête .Il va découvrir aussi sa capacité de mensonge dans sa relation avec son amie , amie que nous ne verrons jamais . Le policier qui vient de prendre conscience de sa condition de mortel (et qui donc n'a plus rien à perdre) va aussi oser commettre des actes illégaux pour le bien de l'enquête.La recherche de l'assassin , dont nous connaîtrons relativement tôt le nom n'est pas vraiment le but de ceroman, c'est plutôt la quête de l'identité d'un homme qui diffère toujours la date de son retour et se consacre à un divertissement au sens pascalien du terme pour repousser la date fatidique de sesrésulats d'examens médicaux.Ses atermoiements (je rentre mais finalement je rentre pas , je reste encore un peu) sont parfois assez agaçants et vers la fin, je me perdais un peu avec tous ses noms de villages suédois. cathulu

cathulu
22/08/12
 

Stefan était un des personnages secondaires de Avant le gel, la dernière enquête du commissaire Wallander. Il était le petit ami de Linda, la fille de Wallander, et il venait d'être muté au commissariat d'Ystadt. Le retour du professeur de danse se déroule en 1999, soit cinq ans avant l'enquête conjointe de Kurt et de sa fille.Stefan a 37 ans, il est policier à Boras et on vient de lui diagnostiquer un cancer de la langue. Au même moment, il apprend qu'un de ses anciens collègues, Herbert Molin, a été sauvagement assassiné dans les forêts du H?-rjadalen, au nord du pays. Déboussolé par sa maladie, Lindman décide de tromper l'angoisse et d'occuper les trois semaines qui le séparent de la radiothérapie en se penchant un peu sur le meurtre de Molin. Il se rend donc sur place et commence une enquête en marge de l'enquête officielle, menée par le très sympathique Giuseppe Larsson. Il découvre vite que son ancien collègue, qui vivait en reclus, avait une fausse identité et avait été un officier nazi pendant la Seconde Guerre Mondiale...C'est un très bon opus, en premier lieu à cause de la personnalité de Stefan. Il est en congé maladie, il n'est pas officiellement sur l'enquête et son angoisse de la mort se transforme au fur et à mesure que l'intrigue avance en peur panique. Tout cela le pousse à commettre des actes irréfléchis, voire même dangereux. Il agit de manière qui peut parfois sembler irrationnelle, ne cherchant en réalité qu'un moyen d'échapper à sa condition de malade.Ensuite, l'intrigue est bien ficelée, et comme toujours chez Mankell, il faut se méfier de son apparente simplicité : il y a toujours de la vase cachée sous la surface et les pièces du puzzle ne s'emboîtent définitivement qu'à la toute fin (même si, d'accord, j'avoue sous la menace d'être privée de chocolat que j'avais deviné les tenants et les aboutissants).Enfin, cette fois-ci c'est le nord de la Suède que nous découvrons. Nous sommes loin de la douce et pluvieuse Scanie, siège de la plupart des aventures de Wallander. Ici, des forêts à perte de vue, de la neige et du brouillard, des jours très courts, peu d'habitants et beaucoup de silence...

fashiongeronimo
11/08/12
 

Un roman policier plutôt intéressant, je ne me suis absolument pas ennuyée. J'avais très envie de connaître le fin mot de cette enquête même si j'ai parfois eu l' impression que l'intrigue traînait un peu en longueur. Je regrette un peu qu' Henning Mankell n'est pas plus exploité l' aspect historique. De plus j' ai trouvé qu' il revenait trop souvent sur la maladie de son héros. Certes c'est un ressort bien pratique (et surtout déjà utilisé) ceci dit Stefan Lindman est assez attachant. Je souhaite vraiment le revoir. Deux petits bémol mais une lecture que je ne regrette absolument pas, j'ai été tenu en haleine du début à la fin.

Lacazavent
30/10/11
 

Cela fait quelques années que je connais Henning Mankell, mais seulement quelques mois pour son œuvre policière. Voilà un roman policier d’Henning Mankell sans Wallander, c’est un jeune policier nommé Stefan Lindman qui mène l’enquête.En octobre 1999, dans le nord de la Suède, Herbert Molin, policier à la retraite, est retrouvé torturé à mort dans sa maison. Loin de là, Stefan Lindman apprend simultanément l’assassinat de son ancien collègue et qu’il a un cancer. En attendant le début de son traitement et pour oublier la maladie, il préfère partir dans le nord au cœur des forêts profondes du Norrland pour enquêter sur ce meurtre.L'intrigue est construite avec beaucoup d'intelligence, l'auteur nous plonge dans une enquête haletante et passionnante où les questions, les surprises et les rebondissements sont nombreux. C'est une histoire sombre qui évoque le passé de la Suède durant la Seconde Guerre Mondiale. Le lecteur découvre un passé pas très glorieux de l'histoire de la Suède. A l'époque, il y a eu des volontaires suédois séduits par l'idéologie nazie qui se sont portés volontaires pour combattre au côté des Allemands. Mais aujourd'hui, dans le monde, en Suède comme dans le reste de l'Europe, il existe toujours des groupuscules où l'idéal nazi est encore vivant... J'ai vraiment beaucoup aimé et dévoré ce roman policier. J'ai voyagé avec Stefan Lindman dans une Suède inquiétante où règne une atmosphère froide et humide de brouillard et de neige. Les paysages sont grandioses, les personnages sont intéressants, attachants ou effrayants... J'ai encore plusieurs livres de la série Wallander à lire et d'avance je m'en réjouie...

Aproposdelivres
07/09/11
 

Un policier enquête sur la mort d'un de ses confrères à la retraite. Il découvre le passé trouble du mort. Polar habituel d' Henning Mankell qui explore l'Histoire et la collusion entre certains Suédois et les nazis. Bien comme souvent avec cet auteur.

Cave
29/04/11
 

Format

  • Hauteur : 22.50 cm
  • Largeur : 14.00 cm
  • Poids : 0.44 kg
  • Langage original : SUEDOIS
  • Traducteur : ANNA GIBSON

Mes garanties furet.com

5% sur tous les livres, Paiement Sécurisé, Réservation gratuite, Satisfait ou remboursé, Débit carte bancaire à l'expédition