Le rire de l'ogre

PEJU, PIERRE

EDITEUR : GALLIMARD
DATE DE PARUTION : 01/02/07
LES NOTES :

à partir de
7,99 €
EXISTE EN
Ebook

SYNOPSIS :

Paul Marleau a seize ans, et en cet été 1963, il séjourne en Allemagne chez un correspondant. Il fait la connaissance de Clara, fille d'un ancien médecin de la Wehrmacht, et découvre avec elle les premiers émois amoureux, mais aussi le drame effroyable survenu dans la forêt qui entoure cette petite ville de Bavière faussement paisible. Enfants de la paix, ils comprennent que des " fêlures de guerre " se propagent dans la douceur apparente de leur époque. Guerres que l'on croit finies, ou
guerres actuelles jamais très lointaines. Les années passent, Paul devient sculpteur et Clara photographe. Ils s'attirent autant qu'ils se fuient, tentant désespérément de donner un sens à leur vie, occupés à comprendre et traquer le Mal... Roman de guerre, roman d'amour, méditation sur l'art et le bonheur, Le rire de l'ogre est l'histoire de toutes ces vies confrontées à l'ambiguïté et à la brutalité du siècle, et surtout une saisissante réflexion sur le mal et l'engagement.
6 personnes en parlent

Pierre Péju, c'est une écriture particulière, réfléchie et touchante... précise et émouvante. PUissante et délicate. Là où les deux termes pourraient être paradoxaux, chez Péju ils semblent naturels. J'avais été surprise dans La petite Chatreuse de cette approche de l'enfance, de la mort aussi... de la responsabilité, de la culpabilité. Les mots sans complaisance, mais sans froideur, des mots... Justes. Même dans les descriptions les plus terribles, Péju recueille avec respect le flux de vie qui s'écoule, le souffle qui soulève la poitrine, le sang chaud de la blessure. Avec une grande générosité d'âme et de coeur il répercute l'écho de l'énorme... rire de l'ogre. Le roman est constitué de deux parties dont l'une nourrit l'autre. Une vie d'homme où l'inspiration plonge ses racines dans un passé ressenti si fort qu'il jaillit dans le présent en éclats de pierre... larmes pétrifiées versées par d'autres yeux... cris silencieux hurlés par d'autres bouches. L'art alors "révèle" l'indicible et sur le lac Noir, le reflet du visage de Clara... de Klara ? Consultez le commentaire complet sur http://www.mondalire.com

un flyer
19/12/08

Je trouve que c'est un excellent livre en ce qui concerne l'écriture... Les personnages sont complexes et cohérents... les idées réfléchies... les pensées profondes... mais le tout forme quelque chose de dérangeant par moment... Le lecteur est souvent dans une position de voyeur par rapport à la souffrance et la douleur... Je ne regrette pas de l'avoir lu mais j'aurais du mal à le conseiller... http://ramettes.canalblog

ramettes
12/12/13
 

Qu’est donc cet ogre riant, cet ogre sanguinaire et impitoyable, prêt à dévorer d’un coup de dent ces deux enfants que sont Paul et Clara ? Qui est cet être, invisible et cruel, qui, en dépit des années qui fuient, ces années qui les verront se réaliser, l’une dans la photographie, l’autre dans la sculpture, persiste à les menacer, à inquiéter ce qui en eux est resté de l’innocence de leur première rencontre, cette rencontre faite en Allemagne, sur les bords du lac noir, en Bavière, et fera de leurs destins qu’ils soient indéfectiblement scellés l’un à l’autre malgré l’impossibilité d’être ensemble ?La Guerre…Non seulement celle qu’ils viennent de vivre, ces enfants des années 60 nés au lendemain des cruautés de la seconde guerre... La suite sur www.livredelire.com

Livredelire
05/02/13
 

Le livre comporte beaucoup de longueurs ; le rythme est plat, on se demande constamment où l’auteur veut en venir et si cette histoire va se terminer un jour. L’ambiance plombante m’a profondément atteinte : ce livre est d’une noirceur épouvantable ! On dirait que l’auteur ne laisse aucune possibilité d’espoir, qu’il n’a aucune foi en la vie et en l’homme. Autant, sur des événements précis, je veux bien souscrire à sa thèse, autant sur tout un livre, je trouve la soupe bien amère… La fin m’a d’ailleurs achevée nerveusement. Enfin, l’intrigue m’a semblé partir dans tous les sens. D’une partie à l’autre, on dirait qu’il s’agit d’une autre histoire. Ces cassures constantes m’ont usée, de même que la relation bizarre entre le narrateur et Clara m’a laissée perplexe. J’ai ressenti un sentiment d’inachevé qui m’a déçue. Aussi, en dépit de quelques passages excellents, l’ensemble ne m’a pas séduite.

mycupoftea
16/01/13

Il y a une grande intensité dramatique dans ce roman qui ménage de nombreux allers-retours entre présent et passé. Ce livre, qui a pour thème, entre autres, la mémoire est écrit dans une langue expressive qui rend bien compte du malaise des personnages. L'auteur se met dans la peau de ces deux Allemands enrôlés dans la Wehrmacht, d'abord révoltés et ensuite bourreaux, qui se rendent peu à peu complices d'une monstruosité. Le roman pose la question (sans y répondre) de la place de la responsabilité individuelle dans le phénomène d'engrenage qui débouche sur la folie collective, et, en corollaire, celle du courage et de la lâcheté. Il pourrait servir de point de départ à un débat entre ceux qui pensent que certains processus historiques aux issues dramatiques sont inévitables et ceux qui estiment que chaque individu, à son niveau, peut les enrayer et qu'il est un peu «facile» de se dédouaner sur une responsabilité «collective». A côté de ces interrogations fondamentales, l'histoire d'amour entre les deux personnages principaux pourra paraître un peu secondaire, mais l'auteur parvient autant à peindre le désespoir que la chaleur de la chair et la joie de vivre de deux adolescents. Il écrit également de belles pages sur le travail de sculpteur de Paul. Des lecteurs sensibles ont préféré abandonner la lecture en raison de la dureté extrême des scènes d'atrocités commises envers les femmes et regrettent que l'auteur ne se soit pas contenter de suggérer, pour un résultat qui aurait pu avoir autant de force. - Retrouvez tous les titres du comité d'octobre 2005 Comité romans adultes, bibliothèque municipale de Brest

Un livre composé de deux parties. L'adolescence de Paul, sa rencontre avec Clara, ses escapades en Bavière nous entraînent dans des contrées inconnues, remplies de mystère et de souffrance. Un lourd secret de famille pèse... Cependant, à la seconde moitié du livre, on s'essoufle, on ne comprend pas toujours où veut en venir l'auteur. C'est parfois un peu longuet et on retrouve pas les toutes premières émotions de ce roman. C'est dommage, je ne suis pas entrée dans l'univers de la sculpture au côté de Paul. Ce livre reste un ouvrage détonant, le style est fluide et simple. Un roman certes très grave mais superbe.

Lilyptitbout
11/10/09
 

Format

  • Hauteur : 17.80 cm
  • Largeur : 10.80 cm
  • Poids : 0.20 kg

Mes garanties furet.com

5% sur tous les livres, Paiement Sécurisé, Réservation gratuite, Satisfait ou remboursé, Débit carte bancaire à l'expédition

Dans la même catégorie