Le roi des aulnes

TOURNIER, MICHEL

EDITEUR : GALLIMARD
DATE DE PARUTION : 04/04/75
LES NOTES :

à partir de
8,99 €
EXISTE EN
Ebook

SYNOPSIS :

« 3 janvier 1938. Tu es un ogre, me disait parfois Rachel. Un Ogre ? C'est-â-dire un monstre féerique, émergeant de la nuit des temps ? Je crois, oui, à ma nature féerique, je veux dire à cette connivence secrète qui mêle en profondeur mon aventure personnelle au cours des choses, et lui permet de l'incliner dans son sens. [...] Je relis
ces lignes. Je m'appelle Abel Tiffauges, je tiens un garage place de la Porte-des-Ternes, et je ne suis pas fou. Et pourtant ce que je viens d'écrire doit être envisagé avec un sérieux total. Alors ? Alors l'avenir aura pour fonction essentielle de démontrer - ou plus exactement d'illustrer - le sérieux des lignes qui précèdent. »
4 personnes en parlent

La phorie est dans ce livre le petit mariage entre l'homme et l'enfant. Attention, point de pédophilie, l'intérêt d'Abel Tiffauges est ailleurs. En effet, il se veut être le "porte enfant" où l'enfant est le lien qui lui permet de rejoindre et de comprendre l'univers.... Complexe me direz-vous? Eh bien oui, ce roman est loin d'être simple car il est rempli de symboles, et plus on avance dans la narration, plus cette narration se remplit de folie à l'image de son personnage central! Impossible de faire un synopsis ou un résumé; pour être brève, c'est l'histoire d'un fou qui grâce aux malheurs de la seconde guerre mondiale devient le maître des lieux où il a choisi de vivre, en ayant à ses pieds tous les enfants des alentours....d'où le titre du "roi des aulnes" personnage d'un poème de Goethe qui incarne un ogre amateur de chair fraîche. Il n'y a point de sexualité perverse, car ce sujet ne préoccupe en rien Abel. Profondément convaincu qu'il peut influer sur le destin, il décide de vivre en vivant pleinement ses passions et son immodéré goût pour la jeunesse.... Le reste est dans les symboles jusqu'à la dernière ligne d'ailleurs! vivi

vivicroqueusedelivres
16/02/12
 

Un auteur discret qui disparaît…rappelé à la mémoire de chacun par les librairies, les médiathèques qui mirent en avant ses ouvrages…Il n’en fallait pas plus pour que je lise « Le Roi des Aulnes » . Quel plaisir de redécouvrir cet auteur dont j’avais lu il y a bien longtemps « Vendredi ou les limbes du Pacifique »….Abel Tiffauges tient son journal « Écrits sinistres d’Abel Tiffauges » dont les premières pages remontent au début de l’année 1938. Dès le début, il prévient son lecteur « Tu es un ogre me disait parfois Rachel. Un Ogre? C’est à dire un monstre féerique émergeant de la nuit des temps.. »L’enfance d’un gamin passif, peu rieur, dont nous ne connaîtrons pas grand chose de ses parents, une enfance avec un seul ami, le fils du concierge du collège. Un gamin dominé par un autre plus grand qui le brutalise …il se soumet à cette domination, un gamin qui très tôt regarde ses copains, aime leur contact quand il leur fait des tatouages…..un gamin souvent puni à l’école, qui grandit sans amourette, sans contact féminin jusqu’au jour où….Et alors il devient un ennemi de la société, contraint de s’engager dans l’armée.Un engagement peu glorieux, dans les transmissions…. Il n’a pas le physique du héros, du vainqueur, du soldat : il a une tout petit sexe. Un soldat qui ne connaîtra pas les armes et les combats, fait prisonnier par l’armée allemande et transporté en Allemagne… C’est le début d’une nouvelle vie d’adulte de 5 ans, depuis 1939 jusqu’à la défaite des nazis vaincus par l’armée russe.Abel Tiffauges va dès lors vouer une admiration croissante pour ce pays l’Allemagne, et pour ses hommes, ses soldats, sa culture ancienne et nazie…notamment pour Goethe,dont il admire son géant Le roi des Aulnes…Un parcours au cours duquel il semble vouloir se venger de la vie, de son passé?Une roman avec trois approches principale qui se croiseront, se chevaucheront, et qui m’ont souvent étourdiUne approche de premier degré qui fera voyager son lecteur dans une époque, dans la vie qui aurait pu être banale d’un homme devenu soldat puis prisonnier de guerre….Une deuxième approche de ce roman peut être faite. Un ouvrage écrit par un érudit, faisant souvent référence à l’histoire, la petite et la grande Histoire, de cette période…Faisant également référence à la mythologie, à la littérature allemande… Nous avons tous lu plus ou moins, des ouvrages sur cette deuxième guerre mondiale, des livres fourmillant d’anecdotes plus ou moins vraies…Michel Tournier m’a permis de découvrir des faits, des situations historiques, que j’ignorais totalement, sur le nazisme, des faits dont il nous donne l’origine dans les annexes….mais aussi des faits ou des cultures plus anodins et comme par exemple la colombophilie, les chevaux…Quel travail de recherche!Un roman qui a aussi une très forte approche psychologique, psychanalytique du personnage, de cet ogre, par la taille et l’esprit, fasciné par les corps nus des enfants, un personnage troublant lorsqu’il se roule dans une mer de cheveux d’enfants. Un homme qui s’épanouit au contact des enfants, jusqu’à sa mort….une mort de Roi des Aulnes. Une sexualité non assouvie, jamais exercée, un désir tourné vers l’enfant, que Michel Tourner nommera « la phorie », mot qui donnera souvent naissance dans le roman à l’adjectif « phorique »…Des mots dont nous ne trouverons le sens que dans des analyses psychanalytiques du roman…Ces mots de l’auteur décrivant cette phorie, m’ont troublé….On a envie de haïr le personnage, mais de le plaindre aussi.« Le roi des Aulnes » est passionnant, je regrette de ne pas l’avoir découvert plus tôt…les hasards de la vie, les contraintes d’emploi du temps professionnelles m’en ont empêché…J’espère avoir le temps de le relire, afin d’en découvrir encore plus sur la personnalité d’Abel Tiffauges…Michel Tournier nous dit dans « Allemagne un conte d’hiver de Henri Heine » : “Pauvres fous qui cherchez dans mes bagages, c’est dans ma tête qu’il faut fouiller ! C’est là dans ma tête que se trouvent mes vrais bijoux, ma dentelle, mes livres subversifs et mes idées révolutionnaires !”C’est sans aucun doute cette lecture, cette approche que nous devons avoir du « Roi des Aulnes »… : chercher dans la tête d’Abel TiffaugesNe vous privez pas de ce plaisir! JPV

JPV11
06/02/16
 

Toujours le même pb: je l'ai lu il y a bien longtemps, et j'avais aimé comme beaucoup de livres de cet auteur d'ailleurs. J'ai sûrement des notes de lecture quelque part mais où?Depuis que je suis sur Libfly, c'est à la fois plus simple et plus compliqué: avant je prenais des notes par écrit maintenant, je mets mes notations directement et comme je n'ai pas de mémoire, il faudrait que je prenne mon ordinateur partout! (désolée mais mon âge me rend un peu en froid avec la technique, je suppose qu'une clé USB devrait aider? berthe

afbf
21/12/12
 

Le Roi des Aulnes est l'histoire d'Abel Tiffauges, qui se décrit lui-même comme un ogre. Le récit mêle à la fois les écrits de Tiffauges et une narration extérieure . Nous sommes emportés dans une grande fresque depuis le pensionnat Saint-Christophe où Tiffauges passe une grande partie de son enfance à l'Allemagne nazie. Tout est symbole dans ce texte tellement difficile à évoquer en peu de mots… A commencer par le prénom du « héros » : Abel, (bien sur comme dans la bible-) avec sa part d'ombre, oeuvre en Tiffauges qui recrutera de jeunes enfants pour les former dans une , sorte d'école de la jeunesse nazie, puis finalement les enverra vers une mort certaine… On a parlé de pédophilie , de perversion mais c'est une fausse allégation, Tiffauges n'a aucun contact physique ni aucun n'attrait pour une quelconque sexualité avec des enfants.Le style de Michel Tournier est un véritable bijou, la langue est riche, ciselée , toute en métaphores et en symboles.

dvan
20/12/12
 

Format

  • Hauteur : 17.80 cm
  • Largeur : 10.90 cm
  • Poids : 0.26 kg

Mes garanties furet.com

5% sur tous les livres, Paiement Sécurisé, Réservation gratuite, Satisfait ou remboursé, Débit carte bancaire à l'expédition