Le roi lear

SHAKESPEARE, WILLIAM

EDITEUR : J'AI LU
DATE DE PARUTION : 16/09/04
LES NOTES :

à partir de
0,99 €
EXISTE EN
Ebook

SYNOPSIS :

Honte et malédiction sur le royaume de Grande-Bretagne! Folie, trahison, mensonge, cupidité, orgueil démesuré! Tous les vices y grouillent comme autant de rats affamés. Tous les crimes s'y préparent... Lear a voulu savoir! Ô! Roi, ta sagesse n'a pas grandi au fil des années... Hélas! Vanité stupide, insolence coupable, curiosité funeste: tu as voulu savoir et provoquer les
dieux. La fille féroce enfonce ses crocs; l'autre se prépare à la curée; le fils, contre son frère, trame la ruine du père, la soeur contre la soeur, l'épouse contre l'époux. La bouche déchire la main qui l'a nourrie, dépèce le flanc qui l'a portée, vomit l'amour qui l'a élevée. Ô, Lear, seigneur infortuné, tu sauras donc de tes filles laquelle t'aimait le mieux...
3 personnes en parlent

La pièce est sombre, un roi qui devient fou, mais qui a une famille qui veut le pouvoir, dont ces enfants. Triste histoire qui montre que, finalement le roi n'est peut être pas aussi fou qu'il n'y paraît. Il ne voit pas ce qui se prépare puisqu'il est dans une certaine folie mais son entourage le double constamment. Je ne sais pas qui est vraiment fou dans cette pièce. Peut être toute la pièce elle même. Cemella

Cemella
20/05/13
 

William Shakespeare est mon auteur de théâtre préféré. J'ai lu et apprécié un certain nombre de ses pièces. Beaucoup furent des coups de coeur. Cependant, j'ai moins bien aimé celle-ci par rapport aux autres. Certes, l'histoire relaté est très touchante. En effet, un père donne son royaume à ses deux filles car elles ont su exprimer leur amour faux alors que la troisième, qui aime sincèrement son père ne reçoit rien car elle n'a pas su exprimer ce qu'elle ressentait avec des mots. Je me suis sentie révoltée contre Goneril et Régane qui, une fois qu'elles ont eu ce qu'elles voulaient, délaissent leur père, n'hésitent pas à faire des complots contre lui. Elles ne sont en rien reconnaissantes et elles paraîssent totalement viles et fourbes. Ce ne sont pas des personnages auxquels on peut s'attacher. En revanche, j'ai été bien plus émue et touchée par Cordélia et Lear, ce qui est normal car ce sont des martyres. On s'attache vraiment à eux et j'ai sincèrement espéré qu'à la fin de la pièce tout redevienne en ordre et qu'ils soient enfin heureux.Dans cette pièce comme dans beaucoup d'autres, Shakespeare manie avec talent deux registres de langue. Il y a des passages très poétiques écrits en vers (joués généralement par les personnages issus de la noblesse) et d'autres écrits dans un langage plus populaire. Cela est dû au fait que le dramaturge, à son époque, écrivait pour deux sortes de public : les personnes cultivées qui appréciaient la poésie et les gens du peuple qui préféraient les "bouffoneries''. Ainsi, cette pièce peut toucher un large public même aujourd'hui à mon avis.

Avalon
05/12/11
 

Indéniablement, l'écriture est très noble (on le sent même au travers de la traduction).Cependant, j'ai trouvé l'intrigue et le récit un peu complexes à certains moments et je me suis parfois senti perdue dans l'histoire, ne comprenant plus bien ce qui s'y passait et éprouvant des difficultés à ne pas perdre le fil.... alors, j'ai fini par abandonner la lecture de cette oeuvre.Les passages que je comprenais et ceux où je ne saisissais pas l'entièreté des évènements continuant à s'alterner, de plus en plus d'éléments m'ont fait défaut et la compréhension s'est donc trouvée de plus en plus difficile. Maylany

Maylany
26/09/11
 

Format

  • Hauteur : 20.50 cm
  • Largeur : 13.00 cm
  • Poids : 0.11 kg

Mes garanties furet.com

5% sur tous les livres, Paiement Sécurisé, Réservation gratuite, Satisfait ou remboursé, Débit carte bancaire à l'expédition