Le sabotage amoureux

NOTHOMB, AMELIE

EDITEUR : LGF
DATE DE PARUTION : 24/04/96
LES NOTES :

à partir de
4,90 €
EXISTE EN
Ebook

SYNOPSIS :

Amélie Nothomb Le Sabotage amoureux Saviez-vous qu'un pays communiste, c'est un pays où il y a des ventilateurs ? Que de 1972 à 1975, une guerre mondiale a fait rage dans la cité-ghetto de San Li Tun, à Pékin ? Qu'un vélo est en réalité un cheval ? Que passé la puberté, tout le reste n'est qu'un épilogue oe Vous l'apprendrez et bien d'autres choses encore dans ce roman inclassable, épique et drôle, fantastique et tragique, qui nous conte aussi une histoire d'amour authentique, absolu, celui qui peut naître dans un coeur
de sept ans. Un sabotage amoureux : sabotage, comme sous les sabots d'un cheval qui est un vélo. Avec ce roman, son deuxième livre, Amélie Nothomb s'est imposée comme un des noms les plus prometteurs de la jeune génération littéraire. Amélie Nothomb a, chevillée à son écriture, cette faculté rare de faire rire de tout, et d'elle-même pour commencer. Jacques de Decker, Le Soir. Un miracle d'étrangeté et de drôlerie, la Chine communiste vue par une petite fille de sept ans. Michel Tournier, Le Quotidien de Paris.
5 personnes en parlent

En 1972 Amélie a 5 ans et son père, diplomate belge, est muté dans l'hideuse Chine de la Bande des Quatre. Exilée de son éden japonais, la voilà plongée dans le ghetto pour diplomates de San Li Tun. La jeune Amélie s'y épanouit grâce à la guerre d'enfants qui y fait rage pendant trois ans. La "guerre" lui assure même le rôle glorieux d'éclaireur sur son cheval-vélo jusqu'au jour où la rencontre de la sublime petite Elena lui fait concevoir une passion enfantin, passion suffisante pour accepter de se "saboter".Ce roman autobiographique, exégèse personnelle faite de narcissisme égocentrique asséné avec application devient vite lassant et même agaçant. Toutefois, malgré tout, malgré soi, le lecteur se laisse emporter par le flot des mots, par la facilité du style toujours clair, concis, précis, ciselé et par l'humour piquant : «Aux professeurs étaient dévolue une tâche surhumaine : empêcher les enfants de s'entre-tuer. Et ils y parvenaient. Il faut donc féliciter ces gens admirables et comprendre que, en de pareilles conditions, enseigner l'alphabet eût constituer un luxe saugrenu pour idéalistes fin de siècle.»

Kara
14/01/09
 

Amélie en Chine communiste entre 1972 et 1975. Un roman bref autobiographique comme elle sait faire. je n'ai pas du tout accroché à cette partie de son histoire personnelle romancée. http://ramettes.canalblog

ramettes
05/12/13
 

Je n'ai pas du tout adhéré à l'histoire. J'ai eu beaucoup de mal à le finir. J'ai trouvé que le vocabulaire ne correspondait pas à une fille de 7 ans. Mais je lirais un autre livre de cet auteur pour me faire une opinion définitive...

cloclo85
10/03/13
 

Voici encore un récit autobiographique d'Amélie Nothomb qui, cette fois-ci, nous raconte ses 3 ans en Chine.Les étrangés en séjour en Chine sont "stocké" dans une partie de la ville, et quand les adultes passent leur temps en se voyant entre eux et en faisant des activités d'adulte, les enfants ... se font la guerre.Attention, une vraie guerre hein! Avec éclaireur, infirmière, arme secrète et otages.Après tout, quoi d'autre vaut vraiment la peine d'être vécu?Un jour, Amélie commencera à être distraite de ces combats, elle qui y mettait pourtant toute son âme et ses tripes.Tout ça à cause de l'amour, le vrai, qui interroge, qui fait mal, qui rend perplexe, l'amour avec un grand A. Tout ça à cause d'Elena, petite fille italienne dont la froideur est sans égal et qui vola le coeur d'Amélie.S'ensuit alors une lutte acharnée pour avoir son attention, un seul regard, une parole. Pour exister ne fut ce qu'un bref instant à ses yeux.J'aime beaucoup les livres autobiographiques d'Amélie, et celui-ci ne déroge pas à la règle.Le seul point négatif que j'aurais envie de souligner, c'est justement cette guerre enfantine qui, même si elle m'a beaucoup fait rire par moment, m'a un peu ennuyé pendant certains paragraphes.Enfin, ce n'est peut-être pas ces rixes en elles-même mais surtout les description de cette Chine moche, communiste, grise et ... moche.L'auteur mettant un point d'honneur à décrire en large et en travers à quel point ce pays était loin de la beauté japonaise.A part ce point, ça reste un livre très agréable à lire, qui nous plonge en totale immersion dans le cerveau et le coeur d'une enfant de 7 ans qui, décidément, en aura vécu des choses peu communes. http://archessia.over-blog.com/

Archessia
18/08/10
 

Difficile de se mettre dans la peau d'une petite fille de 7ans exilé dans la Chine communiste.Cette fillette n'est autre qu'Amélie,en effet ce roman est autobiographique.Des enfants de nationalité divers se retrouvent dans un "ghettos" de la Chine communiste,c'est l'occasion pour eux de continuer la seconde guerre mondiale à leur façon.La jeune narratrice se plait à jouer les éclaireurs mais elle va être bouleversée par l'arrivée d' Elena ,Italienne à la beauté éblouissante.L'utilisation d'un vocabulaire très élaboré m'a beaucoup gêné au début du livre.Je dois avouer que mon niveau de vocabulaire est plutôt médiocre...De plus je n'apprécie pas vraiment le thème de la guerre,même si ce n'est qu'entre des enfants.J'ai réellement accroché lorsque la narratrice tombe amoureuse d'Elena.J'ai aimé la vision de l'amour de cette enfant de 7ans.C'est à la fois touchant et cruel.Sa vision des garçons m'a également beaucoup amusé.Cette histoire m'a replongé de mon enfance,j'ai essayé de me rappeler qu'elle était ma façon de penser à 7ans...Malgré un début difficile,ce livre m'a beaucoup plu,je ne suis pas déçue.

Amethyst
14/06/10
 

Format

  • Hauteur : 17.80 cm
  • Largeur : 11.00 cm
  • Poids : 0.08 kg

Mes garanties furet.com

5% sur tous les livres, Paiement Sécurisé, Réservation gratuite, Satisfait ou remboursé, Débit carte bancaire à l'expédition