Le satiricon

PETRONE

livre le satiricon
EDITEUR : LGF
DATE DE PARUTION : 01/02/95
LES NOTES :

à partir de
4,60 €

SYNOPSIS :

Pierre Hadot La Philosophie comme manière de vivre Entretiens avec Jeannie Carlier et Arnold I. Davidson Il est des livres dont on sort changé. C'est le cas de tous les ouvrages de Pierre Hadot, qu'ils traitent de Marc Aurèle ou de Plotin, du stoïcisme ou de la mystique ; avec une érudition toujours limpide, ils montrent que, pour les Anciens, la philosophie n'est pas construction de système, mais choix de vie, expérience vécue visant à produire un « effet de formation », bref un exercice sur le chemin de la sagesse. Dans ces entretiens, nous découvrons un savant admirable,
dont l'oeuvre a nourri de très nombreux penseurs, mais aussi un homme secret, pudique, sobre dans ses jugements, parfois ironique, jamais sentencieux. En suivant Pierre Hadot, nous comprenons comment lire et interpréter la sagesse antique, en quoi les philosophies des Anciens, et la pensée de Marc Aurèle en particulier, peuvent nous aider à mieux vivre. Et si « philosopher, c'est apprendre à mourir », il faut aussi apprendre à « vivre dans le moment présent, vivre comme si l'on voyait le monde pour la dernière fois, mais aussi pour la première fois ».  
1 personne en parle

Alors, certes, c'est souvent très olé olé et à la limite de la pornographie. Voire au delà de la limite. Mais c'est aussi amusant de lire les aventures de ces jeunes éphèbes. Encolpe et Ascylte se partagent les faveur de leur 'petit frère', le charmant Giton qui fait tourner toutes les têtes du roman. Eux mêmes, assez séduisants, plaisent plutôt aux femmes qui les séquestrent et les épuisent. Outre les scènes érotiques, il y a quelques aventures : fuite en mer, passage dans différentes cités, retrouvailles, impuissance, captation d'héritage (ou du moins tentative de captation), mariage de Giton etc. Et puis le gros morceau du repas de Trimalcion qui accumule les nourritures les plus farfelues (en tous cas, en apparence) mais finalement assez communes. Ecoeurant de quantité et de vulgarité que ce passage chez le parvenu !Hélas, c'est un roman à trous et le fil est parfois difficile à suivre. Et puis, certains épisodes tournent court. De même, le roman se termine en queue de poisson.Bref, un roman assez désarçonnant, érotique et pornographique, vulgaire et gras, mais finalement plus amusant que répugnant (enfin, selon les passages). Le genre d'images de la Rome antique qui favorise les interprétations orgiaques et extrèmes de l'empire romain. Bref, la décadence mais avec humour !

Praline
15/06/11
 

Format

  • Hauteur : 17.80 cm
  • Largeur : 11.00 cm
  • Poids : 0.14 kg