Le secret des cartographes t01

MARVAUD, SOPHIE

livre le secret des cartographes t01
EDITEUR : PLON
DATE DE PARUTION : 13/02/08
LES NOTES :

à partir de
13,20 €

SYNOPSIS :

Cornelis, le grand négociant hollandais, est ruiné. La Compagnie des Indes toujours avide de richesses l'envoie fonder un nouveau comptoir dans le Pacifique ; à charge pour lui de découvrir le nouveau continent dont tout le monde parle à l'époque... Pour arriver sur ces
nouveaux rivages, il doit dérober des cartes, gardées comme les joyaux de la Couronne dans les plus grandes cours européennes... Il enrôle donc des espions mais, ce qu'il ignore, c'est que sous la robe de bure d'un jeune moine franciscain se dissimule une jeune femme...
2 personnes en parlent

A la fin de l'ouvrage, l'auteur nous souhaite un "excellent voyage". Pour ma part, le voyage fut, en effet, excellent. J'ai beaucoup aimé me plonger dans ce roman à la fois histoire et d'aventure. J'ai d'ailleurs eu du mal à arrêter de lire une fois que je l'avais commencé. Outre une jolie écriture, c'est surtout l'aspect historique qui m'a beaucoup plu. Je dois dire que j'aime énormèment les romans historiques et ce, peu importe les époques même si certaines ont tout de même ma préférence. C'est le cas, par exemple, de la période celte, de l'Antiquité grecque mais aussi romaine, du Moyen-Age, ... On apprend toujours quelque chose. Dans ce roman, ce qui m'a le plus marqué, c'est la vision du monde à cette époque (le XVII siècle) mais également la vision et la condition des femmes.J'ai beaucoup apprécié les différents personnages. Le fait que leurs passés remplis de malheurs par la folie des hommes alors qu'ils étaient heureux mais surtout qu'ils menaient une vie tranquille soient évoqués les rend très attachants. Cependant, un personnage reste un "mystère". Il s'agit du capitaine de l'Espérance, Hans Michielszoon. En effet, nous ne savons rien de lui car son passé n'a pas été évoqué.Dans la partie Note de l'auteur, Sophie Marvaud résumé bien ma pensée sur ce livre dont voici le passage : "Mon objectif constant était de dépayser mes lecteurs par une plongée très réaliste dans une époque surprenante, et dans la peau de personnages dont nous nous sentirions proches". L'objectif est atteint : dépaysement complet, personnages attachants et un certain réalisme qui font de ce roman une invitation au voyage.

Avalon
08/06/11
 

1628, la Vereenigde Oostindische Compagnie (VOC) ou Compagnie hollandaise des Indes orientales oblige Cornelis Van Vliet à vendre tous ses biens et à embarquer pour découvrir les terres inconnues de l'hémisphère sud. Veuf, ayant perdu son fils unique dans la disparition de la précédente expédition (5 navires aux cales remplies d'épices revenant de Batavia), le négociant endetté auprès de la compagnie, accepte de partir avec sa fille, Saskia : « Il réussirait, ou bien il ne reviendrait jamais. » (page 11). Pour naviguer sur le De Hoop (L'Espérance), il a sélectionné des personnes totalement différentes et de plusieurs pays malgré les guerres que se livrent leurs rois.La narratrice est Apollonia Orazeschi, fille du peintre Michelangelo Orazeschi. Douée, elle aurait pu devenir peintre, ou au moins portraitiste mais... Elle n'est qu'une fille et un apprenti de son père l'ayant violée, le tribunal l'a regardée comme coupable au lieu de victime et veut l'obliger à épouser le vaurien. Apollonia fuit alors Rome, en pleine nuit, déguisée en moine capucin et se renomme Frère Paolo. En 5 mois, elle traverse le nord de l'Italie, la France où sévit la peste puis arrive en Hollande. En chemin, le faux moine rencontre même un philosophe encore jeune et inconnu : « Jeune homme, qui que tu sois, car j'ai deviné que tu cachais ta véritable identité, merci pour ta compagnie. Tu pourras dire que tu as eu le privilège de converser avec René Descartes. Maintenant, adieu, je suis pressé. » (page 43). À Amsterdam où elle ne connaît personne, l'annonce de Cornelis Van Vliet attire son attention et, après plusieurs épreuves, Frère Paolo est embauché à bord de L'Espérance comme confesseur de l'expédition.Les principaux compagnons de voyage sont Jacob Jungmuller, un jeune paysan allemand enrôlé de force, Alonso Toboso, un nain espagnol poursuivi par l'Inquisition pour sorcellerie, Vasco Tartaruga, le maître d'escrime et second du capitaine, Étienne et Paul Moulinet, deux frères adolescents ayant fui La Rochelle assiégée, Hans Michielzoon, le capitaine du vaisseau, William Greyhound et Francis Glittery, deux jeunes savants anglais qui ont étudié à Cambridge.[...] Catherine de La culture se partage

Catherine2
29/04/11
 

Format

  • Hauteur : 22.20 cm
  • Largeur : 14.30 cm
  • Poids : 0.34 kg

Mes garanties furet.com

5% sur tous les livres, Paiement Sécurisé, Réservation gratuite, Satisfait ou remboursé, Débit carte bancaire à l'expédition

Dans la même catégorie