Le sentiment d'imposture

CANNONE, BELINDA

EDITEUR : CALMANN-LEVY
DATE DE PARUTION : 09/02/05
LES NOTES :

à partir de
6,99 €
EXISTE EN
Ebook

SYNOPSIS :

Par « imposteurs », Belinda Cannone ne désigne pas les escrocs de la confiance, ceux qui en imposent ou qui usurpent une place. L'auteur décrit un sentiment très commun mais qu'on a toujours grand soin de cacher :  l'intime conviction de ne pas être celle ou celui qu'il faudrait être pour occuper légitimement la place dans laquelle on se trouve, et la crainte d'être démasqué. Si ce trouble met en cause l'identité, il n'engage pourtant pas la question : « Qui suis-je ? », mais à
: « Suis-je celle ou celui que je devrais être pour me trouver à cette place ? ». Et toutes nos ambitions, quelle qu'en soit la  nature (professionnelle, amoureuse, existentielle, etc.). peuvent susciter cette inquiétude.   En trente-six allègres chapitres qui vont de la littérature â la psychanalyse en passant par le cinéma, la politique ou nos expériences quotidiennes, cet essai propose récits et réflexions sur l'origine et les manifestations de ce sentiment d'imposture.
2 personnes en parlent

Un ouvrage passionnant, une démonstration aussi dynamique qu'érudite, vraiment Belinda Cannone est passée maître Jedi dans l'art de l'essai ! Cet ouvrage a d'ailleurs obtenu le Grand prix de l'essai de la société des gens de lettres et, d'un point de vue personnel, il m'a fait un bien fou ! Tout commence ici par un mauvais rêve, partagé certainement par beaucoup de dormeurs ou d'anxieux, dans lequel le héros pénètre dans l'enceinte d'un château, sans parvenir à savoir s'il avait réellement été invité. L'invité potentiel tremble d'être découvert, il a le sentiment injustifié de ne pas être à sa place, il se considère comme un imposteur. Après cette première mise en situation « psychanalytique » Belinda Cannone s'offre une petite « parenthèse programmatique », elle propose ainsi d'identifier le sentiment d'imposture : cette impression, sans aucun rapport avec la valeur réelle de l'individu qui la ressent, de ne pas se sentir légitime. Les exemples, mises en situations ou simulations permettent de dessiner le contour de ce sentiment partagé mais gardé secret. Le sentiment d'imposture est un problème d'identité, lié à la question sociale et aux origines de l'individu, une « affaire intime » qui se manifeste par une honte et une culpabilité chronique. Le sentiment d'imposture est le fruit d'une représentation, une chimère de l'esprit, une illusion (p. 14) qui n'en est pas moins la source d'une souffrance réelle et profonde. Belinda Cannone recense les représentations de ce sentiment dans diverses situations réelles, mais aussi dans des œuvres littéraires ou cinématographiques. Elle constate ainsi que le sentiment d'imposture est fréquemment éprouvé par les femmes ou les personnes pauvres, mais aussi par la nouvelle génération : les jeunes travailleurs n'ont plus d’identité professionnelle fixe. De même la société contemporaine, qui encourage à l'individualisme et à la compétition, participe à la progression de ce « complexe » moderne : « Au royaume de l'uniformité, il faudrait trouver sa singularité. On a l'air de suggérer qu'il s'agirait d'un comportement, d'un détachement, d'une façon de ne pas tenir compte de l'avis ou du regard des autres. Au royaume des apparences, il faudrait ne se soucier que de son être profond. A l'ère de la consommation de masse il faudrait être unique. Évidemment, lorsqu'on ouvre les magazines ou qu'on allume la télé pour écouter parler de l'être profond, on ne découvre que de l'être standard : « Ressemble-nous, sois toi-même »... (p. 39)

sovane
13/01/12
 

Chanceux sont les "adéquats", ces gens (car il en existe) qui se trouvent parfaitement à leur place là où ils se tiennent, qui n'ont aucun problème pour rire de leurs manquements lorsqu'ils surviennent, certains au fond d'eux-même que cela ne remet pas en cause leur être profond.Ce petit essai très facile d'accès creuse en 36 chapitres le sentiment d'imposture, cette impression d'indignité, cette intime conviction que l'on ressent aux tréfonds de soi de ne pas être celui que l'on croit que les autres voient, et qui est une affaire tout à fait intime, dont la racine vient de l'enfance, de la période où se construit l'identité.C'est peut-être le sentiment le plus partagé au monde, qui tient de la honte, du complexe, de la psychanalyse, de la psychologie, et Belinda Cannone en explore les manifestations autour d'elle, dans le cinéma, la littérature, la politique, en ouvre quelques pistes de compréhension. Autour d'exemples précis, en se servant de la seconde personne du singulier, elle se penche sur le sujet. Sylvie Sagnes

SagnesSy
11/01/13
 

Format

  • Hauteur : 21.00 cm
  • Largeur : 11.00 cm
  • Poids : 0.17 kg

Mes garanties furet.com

5% sur tous les livres, Paiement Sécurisé, Réservation gratuite, Satisfait ou remboursé, Débit carte bancaire à l'expédition