Le soliloque de l'empailleur

GOETZ, ADRIEN ; KNORR, KAREN

livre le soliloque de l'empailleur
EDITEUR : GALLIMARD
DATE DE PARUTION : 31/12/07
LES NOTES :

à partir de
11,00 €

SYNOPSIS :

Auteur de romans qui ont tous trait à l'art, comme La Dormeuse de Naples (2004) ou Intrigue à l'anglaise (2007), Adrien Goetz a rencontré par hasard Karen Knorr dans le cabinet de la licorne du musée de la Chasse et de la Nature. Ils ont parlé des clubs britanniques et des « connaisseurs », deux séries mythiques de la photographe. Elle lui a donné l'adresse d'un vieux taxidermiste un peu fou, puis elle est partie pour Londres. Le lendemain, dans la salle de la chasse à l'ours, il a commencé cette nouvelle en pensant à elle. Karen Knorr est née à Francfort (Allemagne) puis a vécu à Puerto Rico dans les années soixante, avant
de terminer sa formation à Paris et à Londres. Avec la photographie, elle a développé une approche critique et ludique de la société, tentant d'explorer les traditions culturelles occidentales et notamment britanniques, depuis les clubs sélects londoniens jusqu'aux élégantes villégiatures de l'establishment. L'univers des musées à travers l'Europe est également une de ses cibles favorites. Sa série Academy reflète la relation entre la production artistique et sa consommation. Dans ses travaux récents, Karen Knorr explore les limites entre l'animalité et l'humanité dans un monde devenu impitoyablement matérialiste.
1 personne en parle

Ce livre est le fruit d'une rencontre de hasard : l'auteur et la photographe, sans se connaitre, commence à discuter au beau milieu du "Cabinet de la licorne", dans le Musée de la chasse et de la nature. Ils en viennent à parler d'un vieux taxidermiste un peu fou, que la photographe connait et dont elle donne à l'auteur les coordonnées. Dès le lendemain Adrien Goetz imagine cette profession de foi de l'empailleur, s'adressant, en un bref monologue, à la jeune photographe qui lui rend visite. Le texte est truffé de photos de Karen Knorr, qui met en scène des animaux empaillés dans les luxueux salons du musée. Certains sont les mêmes que ceux qui ornent les peintures ou les tapisseries, et semblent s'être échappés des murs, d'autres se sont enfuis des fables d'Esope ou de Lafontaine pour s'incarner dans de curieux huis-clos. L'empailleur, dans sa confession, raconte qu'il a faillit une fois être étouffé dans les entrailles du rhinocéros qu'il était en train de vider. Il révèle également l'existence d'une pièce secrète, consacrée à la folie du comte auquel appartenait la collection d'animaux empaillé, la salle de la chasse à l'homme."Dans les salles du musée, bête par bête, c'est ma ménagerie de souvenirs, l'arche de Noé de ma petite existence, ce que j'ai sauvé du déluge des jours." (p. 31)

sovane
17/11/11
 

Format

  • Hauteur : 16.50 cm
  • Largeur : 12.60 cm
  • Poids : 0.10 kg

Mes garanties furet.com

5% sur tous les livres, Paiement Sécurisé, Réservation gratuite, Satisfait ou remboursé, Débit carte bancaire à l'expédition