Le soupir de l'immortel

BUENO, ANTOINE

livre le soupir de l'immortel
EDITEUR : HELOISE D'ORMESSON
DATE DE PARUTION : 20/08/09
LES NOTES :

à partir de
25,00 €

SYNOPSIS :

L'an 570 après Ford (2 478 après Christ). Plus de crise environnementale, plus de guerre, plus de famine. Le monde est enfin durable et uniformisé. Tout n'est pourtant pas pour le mieux dans le meilleur des mondes. L'immortalité se paye au prix fort. Les naissances sont
drastiquement limitées tandis qu'à l'autre bout de la chaîne de la vie, face à l'éternité, de plus en plus de gens se suicident. Dans ce spectaculaire roman d'anticipation, parabole du siècle, Antoine Buéno mène une réflexion satirique sur notre société.
1 personne en parle

Une très chouette couverture, un résumé intriguant, et une phrase « catch » (Quand le meilleur des mondes rencontre Alice au pays des merveilles) ont achevé de me convaincre de découvrir ce roman méconnu d’Antoine Buéno. Malheureusement je vais avoir bien du mal à vous en vanter les mérites étant donné que j’ai définitivement abandonné cette lecture (après plusieurs essais infructueux) à la centième page (à quelque chose près). Niveau histoire, un certain nombre d’idées avaient l’air intéressant et le regard corrosif que l’auteur pose sur ce futur désenchanté aurait pu me plaire (un monde où la publicité et l’image que l’on renvoie sont de la plus haute importance). Problème, impossible de passer outre le caractère sexuel et déviant de nombreuses scènes très détaillées (assénées dès les premières pages qui plus est). Même si l’on comprend que la première partie n’est que le résultat d’une immersion dans un jeu vidéo, on excuse et accepte beaucoup moins la seconde partie où les relations sexuelles libérées de tout tabou semblent être de mises. Ok, à la rigueur, si ce n’était qu’un élément de ce monde futuriste, mais Antoine Buéno y passe des pages et des pages, avec des descriptions très précises (on aurait compris le principe sans ces excès). Et après avoir ingurgité très difficilement ces bacchanales présentées à la manière d’une remise de prix télévisuelle, j’ai irrévocablement décroché quand l’auteur nous introduit les pédophiles… C’est juste impossible. L’horreur de ce monde futuriste aurait très bien pu être abordé de manière plus subtile, sans tous ces détails et on aurait été choqué bien sûr, mais ce sentiment de dégoût qui prend à la gorge. Bref, j’ai très vite enchainé avec une autre lecture, histoire d’oublier ses images traumatisantes.

nymeria
14/10/13
 

Format

  • Hauteur : 20.60 cm
  • Largeur : 14.20 cm
  • Poids : 0.63 kg