Le spirite melancolique

SOLER-A

livre le spirite melancolique
EDITEUR : ALBIN MICHEL
DATE DE PARUTION : 25/08/04
LES NOTES :

à partir de
20,30 €

SYNOPSIS :

Récit d'initiation, roman noir où se mêlent fragments érotiques et profondeur mystique, Le spirite mélancolique associe plusieurs histoires en une seule et longue fable hantée par les voix du passé. L'enquête sur la mort en d'étranges circonstances de la Mariona, danseuse et entraîneuse dans une boîte de nuit glauque, est pour Gustavo Sintora, journaliste à succès et ancien républicain, l'occasion d'un complexe et douloureux parcours à travers
son propre destin. Ce sont les échos de sa mémoire qui vont guider l'enquête où lentement s'entrelacent le passé et le présent, la vie et la mort, le désir et le renoncement. On retrouve ici l'univers si particulier d'Antonio Soler qui confirme sa parfaite maîtrise du langage, du rythme et de l'émotion avec ce roman fascinant qui conjugue lyrisme, tendresse et crudité, et s'aventure au plus profond et au plus vrai de l'âme humaine.
1 personne en parle

Maintenant c'est moi. Voilà une première phrase percutante... Comment raconter ce livre? C'est un défi. L'action se passe en Espagne à Malaga. Il y est question d'un crime mais aussi de la guerre 30 ans plus tôt. Entre les deux, un homme qui reconnait dans la personne assassinée, l'enfant d'une femme qu'il a aimé pendant cette guerre. Cet homme, un journaliste va se mettre à la recherche de son passé, de ce qu'il est devenu de lui, de l'assassin. D'autres destins traversent sa vie. Il y est question d'adolescences et de vies difficiles.Alors qu'il y a deux personnages centraux, les personnages secondaires sont multiples. Les aller retours tant dans le temps qu'entre les deux personnages centraux sont nombreux et parfois très rapides. Cela rend la lecture difficile. Je ne sais si c'est du au fait qu'il s'agisse d'une version non corrigée. Peut être que la version finale est plus explicite. En tout cas, j'ai eu du mal à rester dans ce livre. Il m'a fallut du temps pour le finir alors qu'il fait moins de 300 pages.C'est un style qui peut être frappant. On sent la lourdeur de l'Espagne Franquiste. Même si il n'est jamais question directement ou explicitement de cette période. J'ai trouvé l'atmosphère pesante. Par contre il faut reconnaitre que l''auteur sait y faire avec les mots. ... Je voulais que la guerre ne finisse jamais, Cravate. Je n'ai jamais été aussi vivant. Et il me semble que ce qui est arrivé ensuite n'a pas d'importance, comme si j'étais mort là-bas, avec ces hommes que j'ai vu se perdre dans le bouillard ce jour là, et que tout ce qui a suivi n'est que du remplissage, de l'attente. Comme si j'étais un de ces épouvantails qu'on met dans les champs, bourré d'étoupe...

kezako
15/06/11
 

Format

  • Hauteur : 22.50 cm
  • Largeur : 14.50 cm
  • Poids : 0.41 kg
  • Langage original : ESPAGNOL
  • Traducteur : FRANCOISE ROSSET

Mes garanties furet.com

5% sur tous les livres, Paiement Sécurisé, Réservation gratuite, Satisfait ou remboursé, Débit carte bancaire à l'expédition