Le stagiaire amoureux

SORBIER THIERRY

livre le stagiaire amoureux
EDITEUR : BUCHET CHASTEL
DATE DE PARUTION : 23/08/07
LES NOTES :

à partir de
13,20 €

SYNOPSIS :

Au Courrier d'Avesnes, Massicot sème chaque jour la terreur dans toute la rédaction. Rien ne va. Rien n'est écrit comme il faut. Rien n'est pensé comme il faut. Heureusement qu'il est là, lui, pour diriger ce journal et l'éviter de sombrer. En plus, depuis quelques semaines, il est obligé de supporter le Stagiaire que Magnat, le big boss, lui a collé dans les pattes. Un incapable ! Et qui plaît aux femmes, hélas, avec ses faux airs de vrai jeune. L'histoire commence un jour de colère. Pour se débarrasser de ce nouveau Don Juan des bacs à sable, Massicot l'envoie en reportage permanent dans un bled paumé où, c'est sûr, le Stagiaire va sombrer dans l'oubli le plus total. Saint-Paulin sur Morbier. Département de Coulommiers, situé à égale distance de Faisselle et Gaperon, les
deux sous-préfectures. Village de 332 habitants. Lâ, le Stagiaire devra envoyer au journal une chronique régulière. Et comme il ne se passe rien depuis toujours à Saint-Paulin, le Stagiaire - pense Massicot - va tomber dans l'oubli définitif. Funeste erreur. Pour son deuxième roman, Thierry du Sorbier met en scène un phénomène de société (un stagiaire) aux prises avec un ou deux travers de l'époque (le tout informatique, l'incompétence des hiérarchies). Une micheline, une standardiste gironde, des stars, un metteur en scène déjanté avec ses gardes du corps, un rédacteur en chef pervers, une salle de rédaction apeurée, quelques meurtres, quelques tonnes de fromage, huit camions, deux chiens et une paire de mocassins ont été nécessaires à la rédaction de cette farce.
2 personnes en parlent

Dans un journal, un jeune stagiaire a du mal à trouver ses repères : il irrite très fortement son patron, qui le traite d'incapable. Le directeur du journal décide donc de l'envoyer en tant que reporter spécial dans l'endroit le plus insignifiant de France, un village qui n'est jamais apparu dans le moindre fait divers : Saint Paulin sur Morbier. Dans le même temps, aux Etats-Unis, un producteur rencontre un jeune réalisateur en vogue. Seule condition pour que le réalisateur trouve l'inspiration : tourner dans un endroit qui n'a encore jamais été filmé. Après quelques recherches, le village paisible de Saint Paulin sur Morbier, voit l'arrivée de plusieurs camions de production de films. Le stagiaire, censé écrire sur le néant de cette contrée, voit donc déferler toute cette population étrangère qui modifie la vie du village. Il est donc pris entre deux feux : soit annoncer un scoop avec l'annonce du tournage, soit continuer son travail de relation du néant en occultant ce qui se passe. Ce roman m'a laissé une impression assez étrange : plusieurs histoires se mêlent (le journaliste, la production du film, des meurtres dans le village, la pathologie amoureuse du stagiaire, qui tombe amoureux d'une jolie fille dès qu'il la voit) mais aucune n'est menée à son terme, ni même un tant soit peu approfondie. Au résultat, un livre pleins de promesses d’aventures intéressantes, mais promesses qui ne restent que des ébauches. A décharge pour l'auteur Thierry du Sorbier, ce roman a parfois l'air d'un conte et parvient à épingler quelques travers de la société contemporaine. Malheureusement, l'anecdote l'a emporté sur la trame. Un petit roman pas inintéressant mais qui aurait certainement mérité plus de pages.

Yohan59
27/01/13
 

En lisant la 4ème de couverture de ce livre "Vous avez bien un stagiaire dans votre entourage. Généralement, il est gentil et corvéable à merci. Mais si vous saviez le quart de la moitié de ce qui peut lui arriver, de ce qu'il peut faire dans votre dos, eh bien, vous le regarderiez différemment, votre stagiaire... ", on s'attend à découvrir le quotidien d'un stagiaire que nous connaissons tous, que nous avons tous été un jour, à sentir le quotidien de l'entreprise, l'ambiance de travail commune à chacun.Au lieu de cela, on tombe dans un roman rocambolesques à l'intrigue digne (si l'on peut dire !) d'un téléfilm à mini-budget qui passerait sur TF1 un dimanche après-midi, veille de Noël.Les personnages sont grotesques et exagérément caricaturés, le style d'écriture désagréable, l'humour dont l'auteur, on le pressent, a voulu parsemer ses pages, ne fait pas rire ni même sourire et l'histoire est, vraiment, inintéressante et "cliché" au possible. Même à la dernière page, certains éléments restent encore incompréhensibles (pourquoi, toujours donner le poids de chaque personnage ?? qui a tué les 2 personnes ?) ...Ou alors c'est du 43ème degré et je n'ai pas su le comprendre ... Maylany

Maylany
26/09/11
 

Format

  • Hauteur : 19.00 cm
  • Largeur : 11.50 cm
  • Poids : 0.20 kg

Mes garanties furet.com

5% sur tous les livres, Paiement Sécurisé, Réservation gratuite, Satisfait ou remboursé, Débit carte bancaire à l'expédition