Le syndrome copernic

LOEVENBRUCK, HENRI

livre le syndrome copernic
EDITEUR : J'AI LU
DATE DE PARUTION : 16/01/08
LES NOTES :

à partir de
8,00 €

SYNOPSIS :

Vigo Ravel, 36 ans, souffre du syndrome Copernic : il pense détenir une vérité que le monde refuse, mais dont la portée pourrait bouleverser l'avenir de l'humanité. Diagnostiqué schizophrène
et amnésique, il est soigné grâce à son psychiatre et à des médicaments. Mais, un jour, il est sauvé de terribles attentats par les voix dans sa tête qui lui ont dit de fuir...
11 personnes en parlent

Saperlipopette ! Je n’ai fait que deux bouchées de ce livre !C’est haletant d’un bout à l’autre, le style est agréable, fluide, limpide, les événements s’enchaînent intelligemment sans temps mort, mais pas trop vite non plus, c’est bien dosé, bien écrit, bien pensé. Les thèmes abordés qui obsèdent le héros sont universels, les interrogations sur la mort, l’humain, le destin, l’évolution et j’en passe rendent une histoire de fous totalement réaliste et convaincante, le contexte est très bien documenté, les bases scientifiques rendent encore plus plausibles l’intrigue et son dénouement. Dans l’élan on se surprend presque à penser “pourquoi pas ?”. Pour faire court : j’ai adoré !

un flyer
13/02/09

Fantastique. L'auteur nous met dans la peau d'un schyzophrène qui vit (croit vivre ?) des événements extraordinaires. Tous le monde lui ment. Il est seul contre tous.Bien sur, le héros sait qu'il a "un problème" que tout ceci doit relever d'une nouvelle crise mais... C'est si réel. Jusqu'au bout de l'histoire le doute est là. L'intrigue se complexifie puis se simplifie jusqu'à ce que l'on approche la déception en sentant un dénouement approcher. Puis ça repart, c'était une fausse impression. La fin ne sera pas si simple.Bref, un excellent thriller.

Kalan
12/02/09
 

En bref, si l'écriture de Loevenbruck est addictive et le rythme de lecture soutenu l'enquête piétine une bonne partie du roman et le dénouement manque de précision... Le lecteur passe un bon moment grâce à l'action présente du début à la fin mais les issues qu'il attend seront bien vite survolées.

RizDeuxZzZ
26/01/15
 

Du grand complot ! un vrai chef d'oeuvre ! une histoire très bien ficelée, très bien écrite ! ce Henri Loevenbruck est un grand maitre !! mon premier roman de cet auteur et autant dire que je vais aller me procurer ses autres livres rapidement !! une histoire délicieuse a lire comme on en trouve peu !

guibl22
28/04/13
 

Je fini ce livre avec une véritable fièvre, celle que me provoquent les livres où suspense, tension, rebondissements, manipulations se bousculent et s'enclenchent. Passionnant suspense donc, d'actualité, un début un peu long mais dès que les éléments se précipitent, c'est bingo. Bien sûr ce ne sera pas le premier livre qui reprend la théorie de la manipulation mentale, de soldats idéaux, de terrorisme et de mensonges d'état mais il est simplement captivant. Les tribulations de Vigo pour retrouver ses racines, son histoire, son identité alors que tout s'acharne contre lui au lendemain d'une série d'attentats à la Défense avec l'aide du groupe mystérieux "Phénix", sont rythmées et crédibles. Un très bon suspense où la violence et le gore restent très supportables et rares. Un livre très actuel dans ses références, très documenté sur les dernières évolutions des sciences de la manipulation. Bravo.

Achille49
16/09/12
 

Avec un début accrocheur, le Syndrome Copernic est un livre qui se lit très vite, malgré ses 500 pages. Pour preuve : Je l'ai lu en un jour.Histoire d'un prétendu schizophrène qui suite à un attentat d'une tour qu'il est peut-être en vérité télépathe, cette intrigue est vraiment intéressante. Comme ce roman est écrit à la première personne, on suit avec le héros ses angoisses, ses doutes, et on doute nous même de la vérité. On hésite, et même au milieu on se demande si c'est vrai ou si c'est bien juste un schizophrène qui entend des voix. Et puis, la vérité met du temps à arriver, comme un roman policier, et au moment ou on se dit que les mystères se dévoilent, ceux ci ne font que s'ensevelir sous d'autres questions. C'est aussi un roman assez scientifique et psychologique (avec des passages assez longuets à cause de cela). J'ai trouvé ce roman tout à fait sympa, et j'ai même été surprise d'apprendre que l'auteur était français. Les personnages ne m'ont pas tous plu, par exemple je n'ai finalement pas trop aimer Agnès, que j'ai trouvé légèrement trop stupide, mais j'ai adoré Vigo et les Sphinx.J'ai vraiment trouvé qu'il se lisait vite, et j'ai également trouvé certains passages très lyriques et fluide avec des mots qui s'enchainent comme de la poésie, et j'ai trouvé ça très beau. Bref, c'est un bon thriller, et même si le côté plus action m'a pas fait grand chose vu que j'ai tendance à pas trop aimer ça, le reste m'a plu. Et j'en ressors avec pleins de questionnements aussi.

yuukichanbaka
30/05/12
 

Mitigé. Rédigé à la première personne, on entre dans la tête de Vigo un type plutôt torturé, schizophrène, il a des hallucinations et il entend des voix. Il réussi à se sortir vivant de l’attentat, et quand il se rend compte de la raison pour laquelle il a réussi à s’en sortir. Cela remet tout en question, est-il vraiment schizophrène? Et pendant une bonne partie du bouquin le doute est bien présent, en tout cas moi je n’ai pas cessé de me poser la question : “lit-il dans les pensés? où est-il schizo?”. C’est assez intéressant, mais j’ai trouvé certains moments assez longuet, je ne saurais dire pourquoi mais même si j’ai apprécié je n’ai pas non plus totalement accroché. Puis ce que j’appellerais la deuxième partie : là le doute n’est plus permis, cette fois-ci on se demande plutôt comment, qui, pourquoi, en gros. Les réponses sont données au compte goûte, et à la fin il me restait encore quelques interrogations, on cherche alors nos propres réponses j’ai envie de dire. L’action est pas mal présente et pourtant cela n’a pas empêché certaines fois l’ennuie, cependant la narration est vraiment bien et j’ai beaucoup apprécié d’être dans la tête de Vigo. Au niveau des personnages je les ai plutôt apprécié, surtout SpHiNx (Louvel et Lucie sont trop biens) et j’ai aimé Vigo lui-même. Pour Agnès je ne sais pas, je l’ai bien aimé, mais je l’ai trouvé trop gentille j’ai envie de dire, peut-être pas très réaliste, mais c’était une chouette fille. Le récit est coupé par les carnets Moleskine (des carnets sur lequel Vigo écrit ses pensés) et ça j’ai plutôt apprécié, ça m’a cultivé et je me suis aussi pas mal interrogé sur certaines choses. Bref c’est un bon livre, mais quelques bémols qui font que je reste mitigée à son sujet. Je pense essayer d’autres livres de l’auteur pour voir.

lasurvolte
04/04/12
 

Après avoir lu deux livres d'Henri Loevenbruck, j'ai eu envie de continuer l'aventure. D'autant plus que je le suis maintenant via Facebook et qu'il m'apparaît (virtuellement, certes) très sympathique.Ce roman de 508 pages m'a attiré de par son titre ("syndrome" qui me fait penser à maladie et "Copernic" qui me fait penser à science) et par la couverture que je trouve assez énigmatique. Parfait pour un thriller.Les deux thèmes de ce roman sont la schizophrénie et la machination. Ah, deux éléments qui nous font déjà nous poser beaucoup de questions ! Le personnage principal que le lecteur suit est Vigo Ravel. Schizophrène conscient de sa maladie, il sait qu'il ne doit pas écouter les voix qu'il entend dans sa tête. Et pourtant, c'est une de ces voix qui le sauve de l'attentat à la Défense. Dès lors, que croire ? A qui faire confiance ? Cette lecture est au départ assez perturbante puisque l'on ressent la détresse de Vigo, surtout lorsqu'il se rend compte qu'il est vraiment seul, et que l'on se demande s'il est malade ou non. D'autant plus qu'il est amnésique et ne se souvient de rien jusqu'à ses vingt-cinq/vingt-six ans je crois.Puis l'histoire se complexifie nettement, ce qui se traduit notamment par un nombre de plus en plus important de personnages dans le récit. C'est une stratégie vraiment intéressante.Le vocabulaire utilisé est très facile d'accès. Parfois, certains dialogues m'ont parus surfaits, mais sans que la sensation m'empêche de profiter de ma lecture. Marylin

marylinm
07/12/11
 

Riche en émotions, on passe par un panel étonnant de sensations, de sentiments.Je ne vais pas tous les lister ici, mais en vrac, notons : peur, froid, chaleur de l'été, douleur, oppression dans la foule, solitude, confiance, logique, tangible, raison, folie… etc. La liste serait très, très longue à dresser, mais n'a de sens que si on la relie au récit lui-même.Vigo Ravel, 36 ans, schizophrène pour autant qu'il le sache va nous accompagner d'un bout à l'autre de ce livre. C'est le principal protagoniste et notre narrateur.Il a beau être un peu étrange (il entend les pensée des gens), on fera comme Agnès, on se laissera attendrir ou au moins intriguer par cet homme maladroit, peu banal, qui pourrait faire peur car il est dans "la catégorie lourde" côté folie ! Ce qu'il avance parfois n'est pas si évident que cela à croire et pourtant soyons logique : S'il n'est pas fou ou pas tout à fait autant qu'on pourrait bien le croire alors pourquoi tout ceci ? Ces voix dans sa tête, ces hommes qui le poursuivent, ce psy et ce cabinet médical fantôme, son employeur qui déménage toute son entreprise, ce protocole 88…etc.88 chapitres d'ailleurs, ce n'est pas un hasard ça. Ce chiffre sera important dans le récit et récurent. Cependant, ne comptez pas trop sur moi pour vous en dire beaucoup plus dessus, sinon votre lecture sera gâchée.Reste que les chapitres sont relativement courts et un bon découpage du récit entraine forcément une découverte rythmée et donc plus haletante pour le lecteur. C'est le moteur principal (avec une bonne intrigue) pour ce type de livre. Il faut que l'on ait envie d'en savoir plus, de tourner les pages. Et le moins que je puisse dire, c'est que globalement, cela fonctionne très bien avec ce titre.Le rythme est saccadé, un peu à l'image de l'esprit de Vigo. On est parfois un peu perdu, mais Vigo l'est encore plus. Ne nous plaignons pas que diable, nous, on a notre réalité pas toujours folichonne certes, mais plus tangible et rassurante en général.Ce n'est pas un super héros, c'est un homme qui ne sait plus qui il est, qui ne se souvient de rien sauf de ces 10 dernières années et encore, il semble avoir été manipulé par tout le monde, même ses pseudos parents, les Ravel !Vive les conspirations !!!!L'ensemble est crédible et on se dit que cela pourrait nous arriver à nous aussi (dans la théorie, dans la pratique, j'espère bien que non !!!!!), même si nous ne sommes pas schizophrènes (encore que ?). On est toutes et tous un peu fou car qu'est-ce que la normalité au fond ?Vigo va se chercher (il a perdu tous ses repères, son identité, sa vie, tout !), va partir en quête de la vérité (pourquoi, comment, qui). Il sera aidé, épaulé et il trouvera. Reste que la vérité est souvent brutale, on ne la découvre pas forcément, mais quand c'est le cas, ce n'est presque jamais sans conséquences. Toute vérité est-elle bonne à divulguer ?Attention livre complot ? Possible…. Probable même !L'avenir de l'humanité va-t-il en être bouleversé ? C'est moins sûr, mais on peut toujours vibrer...Je regrette juste un final un peu trop rapide et c'est je crois que c'était déjà un reproche que j'avais fait pour un autre livre d'Henri Loevenbruck (lu il y a pas mal de temps déjà).C'est vraiment dommage car il sait fort bien nous maintenir en haleine pendant des centaines de pages (écriture fluide, qui glisse, qui nous fait palpiter) et paf, hip, hop, emballé, c'est pesé. Hein quoi ? Comment ? C'est déjà terminé ?C'est roman est à lire, à dévorer, mais il ne faut pas en attendre de miracle. Cela reste un simple bouquin avec une bonne intrigue.Pas certain que l'on s'en souvienne encore dans 2 ans, dans 5 ans ou pire dans 10 ans, mais le plaisir de la lecture, c'est aussi parfois dans l'éphémère. Ces titres clefs en mains, prêts à consommer ne sont pas pour autant mauvais, ils sont dans l'air du temps. http://espace-temps-libre.blogspot.com/

emeralda
22/09/11
 

Encore un livre qui m'a été conseilé il y a un moment et... qui devrait rester dans mes annalles pour quelques temps, mais pas pour les bonnes raisons.Je dois en effet confesser que je n'ai pas lu ce bouquin en entier. Pas par mauvaise volonté ou dégoût, il est même plutôt agréable à lire mais simplement parce que l'imprimeur m'a fait une farce en oubliant une quarantaine de pages, tout en me mettant une deuxième fois la fin. C'est très particulier, je suis plutôt un gros lecteur (genre une petite trentaines de bouquins par an) et ça ne m'était encore jamais arrivé. J'aurais pu le renvoyer à mon dealer habituel, Amazon, mais j'avais pas envie de me prendre la tête et finalement cet énorme défaut en fait un objet rare, une petite curiosité qui lui donne un ptit regain d'intérêt. http://marcanciel.over-blog.fr

marcanciel
08/09/11
 

Pas assez avancée dans ma lecture pour vraiment en parler... c'est vif... pas désagréable, mais pour le moment, ressemble fort a ce que j'ai déjà lu avant... même trame, même genre de personnages...

mazel
28/09/09
 

Format

  • Hauteur : 17.80 cm
  • Largeur : 11.00 cm
  • Poids : 0.27 kg

Mes garanties furet.com

5% sur tous les livres, Paiement Sécurisé, Réservation gratuite, Satisfait ou remboursé, Débit carte bancaire à l'expédition