Le temps des metamorphoses

ADAMS, POPPY

livre le temps des metamorphoses
EDITEUR : BELFOND
DATE DE PARUTION : 23/04/09
LES NOTES :

à partir de
21,00 €
nos libraires ont adoré le temps des metamorphoses

SYNOPSIS :

Dans un vieux manoir victorien, des années 1950 à nos jours, un drame psychologique envoûtant qui entremêle passé et présent pour dévoiler peu à peu des secrets de famille trop longtemps enfouis. Une plongée au coeur de la relation entre deux soeurs, un huis clos magistral aux troublants échos hitchcockiens... Depuis cinquante ans, Virginia vit recluse à Bulburrow Court, avec pour seule compagnie les ancestrales collections de papillons qui tapissent les murs de la maison. Rien ne pouvait la préparer au retour de sa soeur Vivien, après toutes
ces années... Perturbée par cette présence étrangère, Virginia voit ressurgir des bribes d'un passé qu'elle croyait oublié : son admiration de petite fille introvertie pour une cadette pleine de vie et d'imagination ; l'accident du beffroi qui allait marquer leurs existences à jamais ; la chute mortelle de leur mère dans les escaliers... Mais pourquoi les souvenirs de Vivien sont-ils si différents des siens ? Qu'est-ce qui a pu séparer les deux soeurs pendant si longtemps ? Et quelles terribles vérités leur réservent ces retrouvailles ?
Depuis cinquante ans, Virginia vit seule dans la vieille maison familiale, un peu délabrée, en pleine campagne Anglaise . Peu à peu elle a vendu tous les meubles et bibelots hérités de ses ancêtres, pour se retrouver seule avec ses pensées, entourée des collections de papillons amassées pendant plusieurs générations. En effet, les hommes de sa famille, sont par tradition d’éminents lépidoptéristes. Sa vie si calme et si réglée se trouve un jour bouleversée par l’arrivée de sa sœur Vivien, de 3 ans sa cadette et qui n’avait plus donné de signes de vie depuis de nombreuses années. Mais pourquoi est-elle de retour ? Simple désir de renouer avec sa grande sœur, la confidente de sa jeunesse, ou besoin irrépressible de reparler des drames qui ont eu lieu dans la demeure familiale, notamment la chute mortelle de la mère dans un escalier ? Troublant et envoûtant, ce roman se dévore en quelques heures et transmet sans peine un peu de la passion de Poppy Adams pour l’entomologie….

stéphanie (lille)
Depuis cinquante ans, Virginia vit seule dans la vieille maison familiale, un peu délabrée, en pleine campagne Anglaise . Peu à peu elle a vendu tous les meubles et bibelots hérités de ses ancêtres, pour se retrouver seule avec ses pensées, entourée des collections de papillons amassées pendant plusieurs générations. En effet, les hommes de sa famille, sont par tradition d’éminents lépidoptéristes. Sa vie si calme et si réglée se trouve un jour bouleversée par l’arrivée de sa sœur Vivien, de 3 ans sa cadette et qui n’avait plus donné de signes de vie depuis de nombreuses années. Mais pourquoi est-elle de retour ? Simple désir de renouer avec sa grande sœur, la confidente de sa jeunesse, ou besoin irrépressible de reparler des drames qui ont eu lieu dans la demeure familiale, notamment la chute mortelle de la mère dans un escalier ? Troublant et envoûtant, ce roman se dévore en quelques heures et transmet sans peine un peu de la passion de Poppy Adams pour l’entomologie….
Stéphanie ,
Librairie
(Lille)
4 personnes en parlent

Il s’agit d’un roman à l’atmosphère particulière, le premier de Poppy Adams qui est diplômée en sciences naturelles. Le récit est mené à la première personne par une narratrice âgée d’une soixantaine d’années qui voit revenir dans le domaine familial sa sœur cadette. Cette dernière, Vivien, qui n’a pas mis le pied dans la maison de son enfance depuis quarante ans, est pleine de vie et d’allant, contrairement à Virginia, plutôt terne et introvertie. Mais les retrouvailles ne sont pas si simples et Virginia se rend vite compte que la complicité qui lui unissait enfants a disparu. Tandis qu’elle redécouvre sa sœur, les souvenirs affluent, la joie comme les heures les plus sombres qu’ait connu Bulburrow Court…L’auteur a prêté ses connaissances très pointues sur les papillons à Virginia qui en est devenue entomologiste, comme son père. Les passages qui y sont consacrés m’ont paru parfois un peu longs mais j’ai tenu bon et ne le regrette pas ! La narration se fait tout en lenteur et le présent cède très souvent la place au passé. Malgré tout, chaque chapitre apporte son lot de surprises et de malheurs. Le cadre, un manoir victorien du Dorset, apporte beaucoup de charme au récit. On découvre progressivement le caractère et la vie de la narratrice qui paraît tantôt attachante, tantôt franchement antipathique. C’est un univers qui ne se livre pas facilement, tant à cause du rythme qu’à cause des longs développements sur les insectes, mais qui mérite néanmoins le détour si on est particulièrement sensible aux demeures néo-gothiques et aux secrets de famille…P. 310 « Le passé tel que je le connaissais s’est dissous, là, sous mes yeux, en un magma liquide et frémissant de textures entrelacées tels des nœuds de serpent, sans structure ni support. »

LeCottagedeMyrtille
14/12/14
 

J'ai lu beaucoup d'avis contradictoires à propos de cet étrange roman de Poppy Adams...En ce qui me concerne, il a parfaitement tenu ses promesses en me plongeant dans un huis-clos oppressant et dans une atmosphère digne des meilleurs films d'Hitchcock ! Dès les premières pages, j'ai pressenti que ce vieux manoir laissé à l'abandon allait être le théâtre d'un drame familial comme je les aime ! J'ai apprécié l'ambiance inquiétante qui s'intensifie au fil des pages, j'ai dévoré l'histoire fascinante de ses deux soeurs au passé trouble qui voudraient garder bien enfouis leurs terribles secrets... Je ne m'y suis pas ennuyée une seule seconde !Bien sûr, j'ai craint, comme beaucoup de lecteurs avant moi, que le sujet de l'entomologie ne vienne troubler ma lecture mais à aucun moment je n'ai été dérangée par les détails scientifiques. Ceux-ci restent fort heureusement à la portée de n'importe quel lecteur néophyte. Et bien loin même de desservir le récit, ils l'enrichissent et illustrent à merveille la relation trouble qui existe entre les deux soeurs : chacune se construit, évoluant en permanence comme dans un cocon, jusqu'à une issue que l'on devine fatale... La métaphore est troublante !Loin d'avoir été rebutée par les précisions scientifiques du roman, j'ai davantage été troublée par le personnage de Virginia, cette vieille dame arthritique si attachante, au comportement si délicieusement excentrique... Je n'ai pas douté un seul instant de la sincérité de son récit, j'ai trouvé ses confessions poignantes et pourtant, sa curieuse routine, son obsession de l'heure exacte, sa difficulté à communiquer et surtout, son incapacité à ressentir la moindre émotion m'ont littéralement glacé le sang ! Son récit, où s'entremêlent passé et présent, est froid, étrangement froid, d'une rigueur toute scientifique. On y progresse à petits pas comptés, jusqu'à ce que la vérité, toute crue, surgisse, sans crier gare... C'est tout simplement magistral !

ingridfasquelle
10/05/12
 

Deux sœurs, Virginia et Vivien Stone, se retrouvent après presque cinquante ans de séparation.Ces retrouvailles ont pour cadre le le manoir de leur enfance, bizarrement vidé de ses meubles, où habite toujours Virginia, vieille femme solitaire rongée par l'arthrite. Ce lieu glacé, austère, situé au fin fond de la campagne anglaise, fut le théâtre d'expériences scientifiques menées jadis par Virginia et son père Clive, unis par leur passion commune des lépidoptères, mais pas seulement. En effet, le mystérieux retour de Vivien va bientôt faire éclater de tragiques secrets, bien à l'abri derrière les murs du manoir depuis de longues années... Une Comète

Unecomete
09/05/12
 

Quelle déception ! Je m’attendais à un récit dans la même veine que le film « Qu'est-il arrivé à Baby Jane ?», mais Le temps des métamorphoses n’ a rien à voir avec ce monstre sacré du cinéma. On s’ennuie beaucoup tout au long du roman. L’auteur plombe son récit avec de longs -et nombreux- passages sur les papillons. Ce sont des pages et des pages de description et de détails de lépidoptéristes (l‘étude des papillons). Et du coup, ce qui aurait pu enrichir le récit, l’alourdit. Là où on aurait pu ressentir la passion de l’auteur, Poppy Adams ne nous communique que de la lassitude. De plus, soyons honnête cela n’apporte finalement rien à l’histoire (à part insister sur le fait que Virginia est obsédée par les papillons).

nymeria
09/02/11
 

Format

  • Hauteur : 22.70 cm
  • Largeur : 14.30 cm
  • Poids : 0.47 kg

Mes garanties furet.com

5% sur tous les livres, Paiement Sécurisé, Réservation gratuite, Satisfait ou remboursé, Débit carte bancaire à l'expédition