Le testament cache

BARRY, SEBASTIAN

livre le testament cache
EDITEUR : JOELLE LOSFELD
DATE DE PARUTION : 03/09/09
LES NOTES :

à partir de
25,00 €

SYNOPSIS :

Roseanne McNulty a cent ans ou, du moins, c'est ce qu'elle croit, elle ne sait plus très bien. Elle a passé plus de la moitié de sa vie dans l'institution psychiatrique de Roscommon, où elle écrit en cachette l'histoire de sa jeunesse, lorsqu'elle était encore belle et aimée. L'hôpital est sur le point d'être détruit, et le docteur Grene, son psychiatre, doit évaluer si Roseanne est apte ou non à réintégrer la société. Pour cela, il devra apprendre à la connaître,
et revenir sur les raisons obscures de son internement. Au fil de leurs entretiens, et à travers la lecture de leurs journaux respectifs, le lecteur est plongé au coeur de l'histoire secrète de Roseanne, dont il découvrira les terribles intrications avec celle de l'Irlande. A travers le sort tragique de Roseanne et la figure odieuse d'un prêtre zélé, le père Gaunt, Sebastian Barry livre ici dans un style unique et lumineux un roman mystérieux et entêtant
9 personnes en parlent

Lire absolument Récits croisés de personnages qui s'observent comme des énigmes, sur la toile de fond trouble d'une Irlande déchirée par la guerre civile. Les vivants interrogent les morts qui hantent leurs souvenirs,réels ou fantasmés, tandis que le voile se lève sur les origines d'un homme qui n'a eu de cesse de s'étonner jusqu'à la maladresse de son destin et de celui de ses proches.Des images justes et poétiques, une écriture qui transporte le lecteur jusqu'au coeur de l'âme humaine et de celui d'un pays, après lui avoir fait traversé le mur de flammes des erreurs irréparables.

beraud@archimed.fr
29/11/15
 

Et bah pour une fois, vous ne pourrez pas dire que je vous ai pas écoutés. Moi qui cultive mon image de blogueuses hautaine qui ne cite pas les billets de ses camarades, participe à un challenge par an et aucun swap, moi qui fais semblant de ne pas lire les blogs des autres (alors qu’en fait j’en lis plus d’une centaine), pour une fois, j’ai suivi vos conseils. Vous avez été plusieurs à me conseiller le Testament caché après que j’aie aimé Du côté de Canaan, alors je l’ai lu en partant dès le début avec un préjugé plutôt positif.[...]

Readingintherain
15/02/13
 

L'établissement psychiatrique dans lequel Roseanne Mc Nulty a été internée durant soixante ans va être détruit. Le docteur grene doit évaluer sa patiente, pour voir si elle est apte à réintégrer la société dont on l'a exclue quand elle avait quarante ans.Le psychiatre n'est pas dupe, il sait pertinemment que certains de ses malades ont été "internés pour des raisons sociales plus que médicales." Pourtant, il ne sera pas au bout de ses surprises quand il se mettra en tête d'élucider les raisons de l'internement de Roseanne.Quant à cette dernière, si elle se montre réticente face aux questions du psychiatre, elle rédige avec un mélange de fièvre et de sérénité le récit de sa vie, constituant ainsi son Testament caché.C'est tout un pan de l'histoire irlandaise qui se donne à lire ici, une histoire pleine de violence et d'exclusions, histoire dans laquelle s'imbrique inextricablement l'existence de celle qui "devrait être un lieu de pèlerinage et une icône nationale", comme le pense son médecin.Mais plus que cette histoire de relégation ce qui se donne à lire ici est une réflexion sur les écrits et la crédibilité qu'on doit leur accorder.En effet, s'entrecroisent dans le roman de Sebastian Barry les notes du Dr Grene, qui analyse aussi au passage tous les textes écrits sur Roseanne, en particulier par le Père Gaunt, artisan du malheur de la jeune femme, et le récit de vie de sa patiente.Grene s'interroge non seulement sur l'exactitude des faits rapportés, confrontant les différentes versions d'un même événement, mais aussi sur la sincérité des scripteurs.Il se dégage de tout cela une impression troublante car le lecteur , au fur et à mesure, doit remettre en question ce à quoi il accordait sa confiance. Ainsi ai-je failli arrêter ma lecture au récit de la tentative de viol, car il s'en dégageait une étrangeté perturbante, étrangeté soulignée bien plus loin dans le récit par le psychiatre.En outre, le lecteur n'aura pas forcément les réponses à toutes ses questions (mais cela est-il vraiment possible? !) mais,s 'il accepte de se laisser dérouter par ce récit il y gagnera au change, tant l'écriture de Sebastian Barry est captivante. Seul bémol, la révélation finale qui établit un équilibre de manière quelque peu artificielle à mon goût. Un récit riche en péripéties et en personnages troubles. cathulu

cathulu
04/08/12
 

Voici un très beau roman sur l'histoire de l'Irlande, ses guerres intestines, ses coutumes. Certe, le roman se déroule pendant les années 1920-1940, mais c'était il n'y a pas si longtemps que cela, finalement.Car dans ces années-là, les femmes étaient confinées à la maison, le divorce interdit et la religion catholique obligatoire (toute ressemblance avec ... étant fortuite, bien entendue).La vie de Roseanne m'a touchée, celle dont elle se souvient et qu'elle consigne dans son journal caché sous les lattes du planché, et celle que le docteur Grene reconstitue petit à petit.L'histoire d'une petite fille qui vit des événements à l'implication politique qui la dépasse, d'une jeune femme libre mais qui va malheureusement payer le prix de cette liberté.L'histoire, également, de l'amour du docteur Grene pour sa femme dont il s'est éloignée peu à peu.Et une figure, celle du curé Gaunt - comme il en a existé tellement, malheureusement - qui, croyant faire le bien de la communauté n'a réussi qu'à gâcher des vies, sauf la sienne (il fit une belle carrière politique par la suite).Un roman à l'écriture prenante, qui vous emmène dans le comté de Roscommon, en plein coeur de l'Irlande.Un récit qui m'a réconcilié avec la littérature irlandaise, finalement, même si la fin m'a parue trop facile pour être vraiment crédible.Un tragique destin de femme qui a pourtant su goûter son si court bonheur.L'image que je retiendrai :Celle de Roseanne, enceinte, marchant des kilomètres et se voyant rejeté par sa belle-famille, et accouchant sur la plage en pleine tempête. Alex-Mot-à-Mots

AlexMotaMots
01/04/12
 

Je n'ai fait qu'une bouchée de ce livre. C'est un roman vraiment très beau, riche en émotion, captivant à souhait. Au fil des pages, j'ai été de plus en plus séduite par les deux personnages principaux. Le roman évolue, on passe d'un simple portrait croisé d'une relation soignant soignée à une implication beaucoup profonde et plus riche en sentiment.Malgré les dissimulations, les oublis et les différences; le dialogue s'établit peu et une complicité vraiment touchante se dessine entre le Dr Greene et Roseanne McNulty.Traversé par l'histoire irlandaise, ce roman met en valeur la difficulté dans la recherche d'une vérité lorsque le poids des conventions sociales, d'une certaine morale fait face à l'histoire et à la mémoire.Une très belle lecture et un auteur que je relirai

Lacazavent
02/08/11
 

Peut-il y avoir un lien entre une vieille femme internée sans raisons ou presque dans un hopital psychiatrique et un jeune médecin ? Ce roman en donne la réponse avec subtilité. Découvrez les deux carnets intimes de personnages très différents mais si semblables qu'ils vous dérouteront. Une belle histoire sur fond de conflit Irlandais. Sebastian Barry maitrise avec finesse la langue et le détail. Un bon moment assuré !

deedoux
07/06/11
 

Lire absolument Récits croisés de personnages qui s'observent comme des énigmes, sur la toile de fond trouble d'une Irlande déchirée par la guerre civile. Les vivants interrogent les morts qui hantent leurs souvenirs,réels ou fantasmés, tandis que le voile se lève sur les origines d'un homme qui n'a eu de cesse de s'étonner jusqu'à la maladresse de son destin et de celui de ses proches.Des images justes et poétiques, une écriture qui transporte le lecteur jusqu'au coeur de l'âme humaine et de celui d'un pays, après lui avoir fait traversé le mur de flammes des erreurs irréparables.

J'ai eu un coup de coeur pour le roman de Sébastian Barry pour les trois raisons suivantes :Tout d'abord,le personnage principal de Roséanne qui, malgré ses cent ans possède une fraîcheur et une beauté transcendantes. Elle a connu une vie difficile, elle a été trahie et rejetée par un prêtre ami de la famille et par sa belle-mère, abandonnée de tous. Et, pourtant, elle écrit le récit de sa vie sans haine. Cette vieille dame est très touchante.Ensuite, le récit s’inscrit dans l’histoire de l’Irlande. Le contexte évoque la police royale, puis l’Indépendance, la guerre civile, le régime de De Valera et la naissance des chemises bleues puis la guerre mondiale. Le récit met en évidence la haine entre catholiques et presbytériens, la condition des femmes irlandaises et on assiste à la naissance du cinéma.Enfin, j’ai beaucoup aimé le style de l’auteur qui sait raconter de belles histoires. J’aime sa façon d’interpeller le lecteur. Il y a beaucoup de poésie dans les descriptions. J’ai apprécié d’avoir deux points de vue entremêlés. L’auteur alterne le témoignage de Roséanne et le récit du docteur Grene, son psychiatre. Leur rencontre est une thérapie à double sens. Ils ne se parlent pas vraiment mais leurs deux âmes meurtries se rencontrent au-delà des mots.C’est un excellent roman avec cette petite dimension supplémentaire d’âme. Je lirais très certainement d’autres livres de cet auteur.

jostein
07/03/11
 

L’hôpital psychiatrique de Roscommon va être détruit. Le docteur Grene, psychiate, doit évaluer les patients pour savoir s’ils sont aptes ou non à réintégrer la société. Le cas de la pensionnaire Roseanne McNulty lui cause des soucis. Cette femme âgée de cent ans, elle ne sait plus trop son âge, a passé plus de la moitié de sa vie entre ces murs. Et personne ne sait plus pourquoi elle y avait été admise. Je suis toujours attirée par l’histoire de l’Irlande, par cette terre à l’aspect rude fouettée par la mer et le vent. Aussi quand j’ai vu cette nouveauté de janvier en poche, l’appel du cœur a été plus fort que celui de la raison. Eh oui ! Faible je suis, faible je resterai… Alors, ai-je eu raison de faire taire la voix de la sagesse déguisée en Euros sonnants et trébuchants ? Ce livre alterne les cahiers du docteur Grene et ceux de Roseanne. La vieille femme a décidé d’écrire son histoire en cachette. Parallèlement, le docteur Grene consigne ses entretiens. Et si Roseanne prétend ne plus savoir pour quelle raison elle a été admise, il s’agit une femme totalement saine d’esprit qui se dévoile par écrit. Cette femme enfermée dans ces murs depuis au moins cinquante ans porte en elle une partie de l’histoire tourmentée de son pays. Elle nous fait revivre des années sombres : le déchirement d’un pays, les luttes politiques et religieuses. Le père Gaunt, fervent catholique et tyran qui désapprouve toute autre forme de religion, utilise la foi et la crainte qu’elle aspire. Fille de presbystérien, Roseanne en subira de lourdes conséquences. Le récit du docteur Grene m’a moins intéressé : son mariage qui a sombré, ses doutes… J’y ai trouvé des longueurs. Par contre, les recherches qu’il entreprend sur Roseanne m’ont presque tenu en haleine car les résultats qu’il obtient ne corroborent pas toujours les faits relatés par Roseanne. Fait magnifique, cette femme dont la vie a été brisée écrit sans haine… Autre bémol : j’avais deviné le fin mot de l’histoire. Un avis mitigé mais une plongée dans l’Irlande grâce aux carnets de Roseanne et à l’écriture envoûtante de Sebastian Berry. A découvrir quand même ! http://fibromaman.blogspot.com/

clarac
01/03/11
 

Format

  • Hauteur : 22.00 cm
  • Largeur : 14.90 cm
  • Poids : 0.38 kg
  • Langage original : ANGLAIS (IRLANDE)
  • Traducteur : FLORENCE LEVY-PAOLONI

Mes garanties furet.com

5% sur tous les livres, Paiement Sécurisé, Réservation gratuite, Satisfait ou remboursé, Débit carte bancaire à l'expédition