Le tombeau de tommy

BLOTTIERE, ALAIN

EDITEUR : GALLIMARD
DATE DE PARUTION : 02/09/09
LES NOTES :

à partir de
16,75 €

SYNOPSIS :

Le narrateur, cinéaste, raconte le tournage du film qu'il vient d'achever, inspiré de la vie brève et fulgurante d'un héros historique bien réel, Thomas Elek, dit Tommy. Pendant la Seconde Guerre mondiale, ce très jeune Juif d'origine hongroise se rapprocha du groupe F.T.P.-M.O.I. de Manouchian (composé en majorité de Juifs, d'Arméniens, de Polonais) qui s'illustra en menant contre l'occupant et les collabos une série d'attentats spectaculaires. Les autorités de Vichy firent placarder dans toute la France une affiche dénonçant ces « terroristes étrangers » (la fameuse « Affiche Rouge » du poème d'Aragon, chanté plus tard par Léo Ferré et Jean Ferrat), sur laquelle figuraient, entre autres, les photos de Manouchian et de Thomas Elek. Quand la police française parvint à capturer le noyau dur du réseau et le livra aux Nazis, Manouchian et 22 de ses compagnons (dont Tommy, âgé de 19 ans) furent torturés puis fusillés au Mont Valérien, le 21
février 1944. Alain Blottière mêle son intrigue à l'Histoire sans trahir celle-ci. Son cinéaste cherche un acteur non professionnel pour le rôle de Tommy et le trouve par hasard au Trocadéro, en apercevant Gabriel, un adolescent qui ressemble de manière frappante à Tommy. Le cinéaste se dit néanmoins que ce garçon d'aujourd'hui ignore sûrement tout de la Résistance, et que ni les angoisses de Tommy à 16 ans dans le Paris de l'Occupation, ni son martyre, ne devraient séduire ce jeune insouciant. Contre toute attente, Gabriel accepte le défi. Dès les premiers essais, le cinéaste décèle en lui un talent instinctif et spontané, capable de rendre vie à Tommy. Il ne s'inquiète donc pas des métamorphoses intimes qui affectent peu à peu l'humeur de Gabriel. Ce n'est qu'à la fin du tournage qu'il découvrira le mystérieux phénomène de hantise dont Gabriel est devenu la victime en entrant plus que de raison dans la peau de son personnage...
5 personnes en parlent

Affiche rouge 1 Dans sa 1ère préface à "Antigone", Jean Anouilh raconte qu’il a décidé d’écrire "Antigone" en découvrant dans Paris "l’Affiche rouge", énorme opération de propagande orchestrée par les nazis pour décourager tous les Parisiens de protéger les partisans ou d’entrer dans la Résistance. C’est le regard d’un homme d’aujourd’hui toujours sidéré par l’audace de ces jeunes hommes hors du commun que nous livre Alain Blottière.A découvrir également le film de Robert Guédiguian sur le même sujet : "l’Armée du crime".

beraud@archimed.fr
29/11/15
 

Ils étaient si jeunes, ils avaient des idéaux et ils en sont morts. Ils avaient une vie à embrasser et la bêtise nazie l'a broyée. Que reste-t-il d'eux aujourd'hui ? Des noms sur une plaque commémorative pas très loin de chez moi. Un film imaginaire d'un réalisateur imaginaire avec un acteur imaginaire. Oui, mais surtout un très beau livre recentré sur Thomas Elek, l'homme-enfant qui résista pour offrir des lendemains qui chantent aux siens gracedubois

gracedubois
25/07/14
 

C'est un double roman fonctionnant en miroir, à la fois histoire du tournage d'un film et histoire de son héros. Sous l'objectif de la caméra, la vie de Tommy défile bousculant et métamorphosant celle Gabriel qui l'incarne à l'écran. Gabriel est un acteur incroyable, il interprète au plus proche de la réalité la vie du héros troublant le réalisateur et ses certitudes. Plusieurs sujets sont abordés : Comment raconter la vie d'un héros ? Comment le filmer ?De cette histoire complexe et malgré sa qualité indéniable, j'en garderai un souvenir partagé oscillant entre l'intérêt et l'ennui. J'ai aimé l'histoire, j'ai aimé le style de l'écriture par contre j'ai été souvent dérangé par des répétitions et un sentiment persistant que l'auteur se voyait dépassé régulièrement par son sujet. Certains passages sont moins fouillés parfois même brouillon; l'histoire a assez peu d'ampleur, sans compter le héros trop mystérieux. Les chapitres reste vagues et j'ai du m'accrocher et résister à l'envie de reposer le livre sur son étagère. Je suis restée relativement indifférente au(x) héros, ressentant trop peu de chose pour que véritablement l' histoire me touche ...

Lacazavent
30/10/11
 

Trop de fiction dans la réalité…Ou trop de réalité dans une fiction, je ne sais pas. Il y a dans ce roman quelque chose qui bloque le lecteur : l’énonciation. Ce n’est pas un auteur, ni un journaliste, ni un biographe, mais un metteur en scène qui est le narrateur de ce roman historique. Il réalise un film sur Tommy Elek, un héros de la résistance du groupe Manoukian...

constance93
22/04/11
 

Affiche rouge 1 Dans sa 1ère préface à Antigone, Jean Anouilh raconte qu’il a décidé d’écrire Antigone en découvrant dans Paris l’Affiche rouge, énorme opération de propagande orchestrée par les nazis pour décourager tous les Parisiens de protéger les partisans ou d’entrer dans la Résistance. C’est le regard d’un homme d’aujourd’hui toujours sidéré par l’audace de ces jeunes hommes hors du commun que nous livre Alain Blottière.A découvrir également le film de Robert Guédiguian sur le même sujet : l’Armée du crime.

Format

  • Hauteur : 20.50 cm
  • Largeur : 14.00 cm
  • Poids : 0.29 kg

Mes garanties furet.com

5% sur tous les livres, Paiement Sécurisé, Réservation gratuite, Satisfait ou remboursé, Débit carte bancaire à l'expédition