Le troisieme homme

GREENE, GRAHAM

livre le troisieme homme
EDITEUR : LGF
DATE DE PARUTION : 08/11/67
LES NOTES :

à partir de
4,10 €

SYNOPSIS :

>Graham Greene Le Troisième Homme Suivi de Première désillusion 1949 : Vienne est occupée par les quatre puissances victorieuses. Les carcasses calcinées des chars gisent au pied de la Grande Roue. Dans un décor de ruines enneigées, Rollo Martins part à la recherche de son ami Harry Lime, mystérieusement disparu, pour découvrir que celui-ci est devenu un odieux trafiquant de pénicilline. De ce suspense parfait,
Carol Reed a tiré un film inoubliable également intitulé Le Troisième Homme - avec Orson Welles et Joseph Cotten -, qui demeure l'un des sommets de l'art cinématographique. Première désillusion évoque le choc et la terreur éprouvée par un enfant quand, pour la première fois, il se trouve confronté, au cours d'une affaire tragique, au monde des adultes. Il découvre alors l'amour, la peur, la làcheté.
3 personnes en parlent

L'intrigue se déroule dans le Vienne de l'immédiat après Seconde guerre mondiale. Rollo Martins, le personnage principal, est sur les traces de son ami Harry Lime, qui a mystérieusement disparu et dont on ne sait s'il est vivant ou mort.Martins n'a rien d'un héros. Il se montre sans cesse impulsif et imprudent, allant jusqu'à causer la mort d'autres personnages.Dans cette ville, personnage à part entière, partagée entre quatre nations, les identités sont troubles et les gens semblent errer sans trop savoir qui ils sont.Le livre débute sur une image de chute de neige et s'achève avec la fonte de celle-ci, soulignant bien la fin d'un cycle.A voir, le chef-d'oeuvre de Carol Reed avec notamment Orson Welles. Maltese

Maltese
02/02/09
 

Rollo Martins se rend dans le Vienne de l’immédiat après guerre, pour y rejoindre son ami d’enfance Harry Lime. Mais arrivé sur place, il ne peut qu’assister, désemparé, à l’enterrement de son compagnon, mort renversé par une voiture devant chez lui. Il apprend par un policier britannique que Harry était soupçonné d’être au centre d’une contrebande de pénicilline frelatée, ayant causé la mort de nombreuses personnes.Incrédule, Rollo va tenter de découvrir les circonstances exactes de la mort de Lime, pour prouver qu’Harry n’est pas un criminel. De fait, Rollo se rend vite compte que la mort d’Harry n’a rien d’un accident. Mais est-il vraiment innocent ?Cette histoire d’amitié - dans un contexte très particulier d’après-guerre et de partition de la capitale viennoise entre les quatre puissances alliées - mâtinée d’enquête policière est très agréable à lire. Cependant, je dois dire que j’ai trouvé le tout un peu facile, et les personnages pas vraiment fouillés psychologiquement. Dommage qui plus est, que la quatrième de couverture dévoile qu’Harry n’est pas mort mais a seulement disparu. Une partie du suspense est donc éventé. L’intérêt du roman tient essentiellement dans l’aspect amitié trahie, confrontation du souvenir d’un homme à sa réalité. Pour Rollo, il est bien difficile de réconcilier le souvenir de son ami, compagnon de virées et autres chapardages, avec celui qui semble être le cerveau d’un trafic de pénicilline. Je spoile, vous ne m’en voudrez pas : si dans un dernier geste Rollo Martins tente de prévenir Harry Lime « de ne pas [lui] faire confiance », il sera celui qui servira d’appât pour arrêter le trafiquant.Sympathique, mais finalement sans grand intérêt, si ce n’est de donner envie de voir le film.

Choupchoup
27/04/15
 

Graham Greene est fasciné par le mythe de l'homme traqué. Est-ce une conséquence de son enfance, passée dans la "public school" que dirigeait son père? Nul ne le sait vraiment, mais son enfance ne fut pas heureuse, à tel point que ses parents décidèrent de le confier à un psychologue à l'âge de l'adolescence. " L'homme traqué, c'est un peu cela: un lutteur qui a des comptes à rendre, mais lesquels, à qui et pourquoi? " (Albert Demazière). Ce thème est présent dans la plupart des ouvrages de Graham Greene, et "Le troisième homme" n'échappe pas à cette forme d'attirance morbide pour la peur de l'homme seul.L’ambiance pâle et angoissante du Vienne bombardé et occupé est magnifiquement rendue. Malheureusement, le récit est raté au niveau du « montage » : la sorte de jeu de rôles entre un personnage très secondaire qui raconte son enquête et le personnage principal, Rollo Martins, est lassant. Comme est très frustrant le fait de ne pratiquement rien apprendre de « l’homme traqué »A aucun moment, je ne suis parvenu à entrer dans l’histoire (et pourtant, elle existe) ni à m’attacher à un quelconque des rôles imaginés par Greene. NoirdePolarsretrouvez commentaires et vidéos sur:http://noirdepolars.e-monsite.com/

NoirdePolars
14/03/12
 

Format

  • Hauteur : 17.80 cm
  • Largeur : 11.00 cm
  • Poids : 0.10 kg

Dans la même catégorie