Le troqueur d'ames

BESTER, ALFRED

livre le troqueur d'ames
EDITEUR : J'AI LU
DATE DE PARUTION : 10/10/02
LES NOTES :

à partir de
5,00 €

SYNOPSIS :

Alf est un journaliste chargé d'effectuer un reportage sur un homme étrange, Adam Maser, à la tête d'une non moins étrange échoppe, le Lieu Noir du Troqueur d'âmes. Un mont-de-piété sis à Rome mais qui a la particularité d'exister à toutes les époques en même temps, et qui offre à chacun la possibilité d'échanger - définitivement - chaque aspect de
soi non désiré, intellectuel ou comportemental, si farfelus et déroutants puissent paraître cessions et acquis. Une boutique, enfin, qui accueille les clients les plus divers, de Poe à Beethoven en passant par Cagliostro... Tout cela irait pour le mieux si un être maléfique ne souhaitait profiter des ressources du lieu pour assouvir ses funestes desseins...
3 personnes en parlent

Ce n'est pas tous les jours que l'on lit une oeuvre doublement posthume. Surtout écrite par deux des pionniers de la science-fiction américaine (enfin, je crois, plus ou moins...). C'est pourtant le cas ici. Commencée par Alfred Bester, elle sera terminée par Roger Zelazny (dont je pense avoir déjà entendu le nom, cité par Asimov dans The Early Asimov) après la mort de ce premier, mais publié seulement trois ans après le décès de ce dernier. C'est déjà une aventure en soi.Compliqué ? Pourtant, ce n'est que la partie facile à comprendre du livre.J'en rajoute peut-être un peu. C'est vrai, le début n'est pas si dur. Il est même plutôt engageant. Un journaliste en reportage dans une bourse d'échange de morceaux d'êtres humains (ou pas, d'ailleurs), c'est prometteur. On sent le mystère sous-jacent, et on imagine le potentiel qu'a ce système d'échange de capacités.La peur commence légèrement à percer quand on se rend compte qu'il faut un peu de connaissance pour comprendre les péripéties en référence à Beethoven ou Poe... Mais cela passe, on comprend au moins dans les grandes lignes, et on se dit que, de toute manière, par la suite on va avoir le droit à une plus grosse intrigue.[la suite sur 233°C] Baroona - 233°Chttp://233degrescelsius.blogspot.fr/

Baroona
29/10/15
 

On doit d'abord savoir une chose sur moi avant de lire cette critique : J'ai énormément de mal avec la science fiction. Pour la simple et excellente raison... Que je ne sais même pas pourquoi. Bon si, je n'aime ni les extra-terrestres ni les robots donc voilà.Seulement, j'ai beaucoup aimé le principe du troqueur d'âmes. S'il y a eut un certain nombre de chose que je ne comprenait pas -soit parce que je lisais pas vraiment à ce moment là, soit parce que j'avais beau être concentré je comprenait pas quand même - En plus, j'ai trouvé que le principe était pas très exploité. Dès qu'on nous a plongé dans l'intrigue hop c'est fini y a plus trop de clients. C'était dommage.M'enfin bon. J'ai tout de même aimé les personnages bien que parfois je ne savais plus qui était qui. J'ai ainsi aimé Alf, Adam et Gloria, et certains des clients. J'ai beaucoup aimé l'idée de l'intrigue de ce que j'ai pu comprendre, malgré tout. C'était plutôt pas mal trouvé et ça m'a fait sourire. De fait ça m'a également donné envie de lire d'autres livres de Zelazny ou de Bester. Je me demande si ce genre d'auteur parviendra à me réconcilier avec la science fiction. Je l'espère.J'aime aussi l'univers qui s'en découle, et le système de la boutique. Cela m'a rappelé de nombreuses choses, et je me suis demandé si Docteur Who n'avait pas été inspiré par cet ouvrage, mais peut-être que je me trompe.

yuukichanbaka
27/04/13
 

Roman à 4 mains Ce roman commencé par Alfred Bester et fini par Roger Zelazny, deux grands noms, est un petit bijou. Alf, un reporter, est chargé d'enquêter sur Adam Maser et son étrange boutique. De la science-fiction complètement barré comme on en fait plus ! Un petit plaisir à consommer sans modération !

poussinet
05/10/12
 

Format

  • Hauteur : 17.80 cm
  • Largeur : 11.00 cm
  • Poids : 0.12 kg

Mes garanties furet.com

5% sur tous les livres, Paiement Sécurisé, Réservation gratuite, Satisfait ou remboursé, Débit carte bancaire à l'expédition