Le tueur aveugle

ATWOOD, MARGARET

livre le tueur aveugle
EDITEUR : ROBERT LAFFONT
DATE DE PARUTION : 01/01/02
LES NOTES :

à partir de
23,50 €

SYNOPSIS :

" Elle n'a qu'une seule photographie de lui, un tirage en noir et blanc. Elle la garde soigneusement, parce que c'est pratiquement tout ce qu'il lui reste de lui. C'est une photo d'eux ensemble, elle et cet homme, en train de pique-niquer. À moitié tournée vers lui, elle sourit comme elle ne se souvient pas d'avoir jamais souri à quiconque depuis. Il sourit aussi, mais il lève la main devant l'appareil, comme pour le repousser. Comme pour la repousser, afin qu'à l'avenir elle ne se retourne pas sur leur histoire. Comme pour la protéger. La photo a été coupée ; un tiers du cliché a été enlevé. Dans le coin inférieur gauche, il y a une main, sectionnée au poignet, en appui sur l'herbe. C'est la main de l'autre, celle qui est toujours sur la photo, qu'on la voie ou pas. La main qui va coucher les choses sur le papier. Comment ai-je pu être aussi ignorante ? se demande-t-elle. Aussi stupide, aussi aveugle, aussi portée à l'insouciance. Mais sans cette ignorance, sans cette insouciance, comment pourrions-nous vivre ? Si on savait ce qu'il va se passer, si on savait tout ce qu'il va se passer ensuite - si on connaissait
d'avance les conséquences de ses actes -, on serait condamné. On ne mangerait ni ne boirait ni ne rirait ni ne sortirait jamais de son lit le matin. On n'aimerait jamais personne, on n'aimerait jamais une seconde fois. On n'oserait jamais. Tout ce qu'il lui reste, à présent, c'est la photo. Et l'histoire de la photo. La photo est une photo de bonheur, pas l'histoire. Le bonheur est un jardin enfermé derrière des murs en verre : il n'y a pas moyen d'y entrer ni d'en sortir. C'est la perte, le regret, le malheur et le désir qui font avancer l'histoire au gré de son cheminement tortueux. " Elles sont soeurs. Elles aiment le même homme. 1945. Dix jours après la fin de la guerre, Laura se jette d'un pont au volant d'une voiture. Elle laisse à sa soeur aînée, Iris, un roman posthume au parfum de soufre, Le Tueur aveugle. Cinquante ans plus tard, Iris raconte leur histoire... Filles de la Première Guerre mondiale, Iris et Laura deviennent femmes quand débute la Seconde. Avec en toile de fond la saga de notre siècle, le destin bouleversant de deux soeurs liées par des secrets de famille et des mensonges assassins.
2 personnes en parlent

Deux soeurs Voilà un roman envoutant… Iris, une vieille dame acariâtre, décide d’écrire la vérité sur sa famille. Ces révélations, elle les destine à son unique petite fille qu'elle ne connait pas. De la fin du 19e siècle avec la naissance de la fortune familiale à l’après seconde guerre mondiale, Iris raconte. Mais son récit est appuyé ou infirmé par deux autres points de vue : celui des journaux et celui d’un roman, écrit par Laura, la petite sœur qui s’est suicidée à l’âge de 25 ans. Lentement, à l’image des forces de la vieille dame, à petits traits, tout en nuance et en retenue, les secrets de famille se révèlent. Mais l’intérêt du roman n’est pas seulement dans l’histoire mais aussi dans le style subtil de Margaret Atwood qui sait nous captiver tout au long de 600 pages. Lauréat du booker prize 2000, ce prix est venu consacrer une grande dame de la littérature canadienne à qui l’on doit de nombreux romans fantastiques.

beraud@archimed.fr
29/11/15
 

« Le tueur aveugle » de Margaret Atwood née en 1939 à Ottawa, Ontario est une romancière, poétesse et critique littéraire canadienne. Elle est l'une des écrivaines canadiennes les plus connues.Iris Chase dame de 82 ans nous raconte son passé. Elle est canadienne et recherche dans ses souvenirs la raison inexpliquée de la mort de sa sœur cadette Laura, celle-ci s’est suicidée à 25 ans. Trois voix se superposent dans le livre : La première est Iris, une deuxième dévoile un roman fantastique sans doute écrit par Laura et la troisième celle d’articles de journaux retraçant la vie des « Chase » riche famille d’industriels. Les trois voix nous mènent vers un terrible secret. La vie de ces femmes dans les années 20 qui ne choisissent pas toujours l’homme qu’elles épousent, mais sont plutôt des femmes objet que les hommes montrent à leur bras dans les diners. Une vie monotone, remplie de superflus, de mondanités, et de bouche cousue.Un très beau livre, des portraits bouleversants. Je vous le conseille. Nena

nena1
30/06/12
 

Format

  • Hauteur : 24.20 cm
  • Largeur : 15.70 cm
  • Poids : 0.73 kg

Mes garanties furet.com

5% sur tous les livres, Paiement Sécurisé, Réservation gratuite, Satisfait ou remboursé, Débit carte bancaire à l'expédition