Le violon noir

FERMINE, MAXENCE

livre le violon noir
EDITEUR : POINTS
DATE DE PARUTION : 15/01/03
LES NOTES :

à partir de
5,40 €

SYNOPSIS :

A venise, alors envahie par les troupes napoléoniennes, johannes karelsky, violoniste au talent reconnu dès l'enfance, enrôlé dans l'armée française et blessé au combat, trouve domicile chez un mystérieux luthier, passionné d'échecs et amateur d'eau-de-vie. Très vite, entre ces deux hommes du secret, se noue une complicité faite de respect, de silence et de musique, qui se changera
en une amitié que la simple évocation d'une voix de femme, dont on ne sait au juste où elle les entraînera, scellera jusque dans la mort. Le violon noir, douleur et chef-d'oeuvre du luthier, est-il en fin de compte l'instrument de leur perte ou de leur rédemption ? Après neige, maxence fermine nous donne à lire un roman envoûtant, écrit dans une langue concise et poétique.
4 personnes en parlent

Maxence Fermine sait écrire des romans courts, qui semblent des contes. Il y fait entrer tout un univers.Ici, ce sont plusieurs mondes : celui de l'enfance, celui de la musique, celui des échecs et surtout celui de l'amour absolu. L'écriture est soignée mais limpide, pas tout à fait contemporaine. Elle entraine le lecteur comme dans un rêve poétique, qui, au vu du nombre de pages, peut ne pas être interrompu jusqu'à la fin. laurence

laurence
11/02/14
 

Une fois de plus Maxence Fermine m'a emporté dans son univers poétique.Johannes est un musicien passionné qui découvre un instrument d'exception: un violon noir. Ce violon noir est étrangement lié à une femme mystérieuse et envoutante.Un conte pour adultes où les mots ont leur propre musique.

Vivamu
17/02/10
 

Très beau conte sur la musique

lucky44
23/03/09
 

Violoniste, j’aime me plonger dans les romans qui traitent, de près ou de loin de cet instrument.Je suis d’ailleurs une immense fan de « Moi, Milanollo, fils de Stradivarius », de Jean Diwo (que je dois impérativement relire pour le chroniquer ici, ce livre faisant partie de mes préférés sur Terre ^^).Donc, en me baladant en bouquinerie récemment, je suis tombée sur ce « Violon noir ». Je ne connaissais pas du tout Maxence Fermine, et j’ai à peine parcouru la 4e de couverture avant de l’embarquer. Un court récit de 126 pages qui traite d’un violon noir, ca ne pouvait qu’être bien.

Lalou
18/08/10
 

Format

  • Hauteur : 18.00 cm
  • Largeur : 10.80 cm
  • Poids : 0.08 kg

Mes garanties furet.com

5% sur tous les livres, Paiement Sécurisé, Réservation gratuite, Satisfait ou remboursé, Débit carte bancaire à l'expédition