Legendes t1 la croisiere des oublies

BILAL/CHRISTIN

livre legendes t1 la croisiere des oublies
EDITEUR : CASTERMAN
DATE DE PARUTION : 10/11/06
LES NOTES : Laissez une critique sur ce livre
à partir de
15,50 €

SYNOPSIS :

Cette trilogie réalisée entre 1975 et 1977, a pour fil conducteur un personnage mystérieux qui provoque des phénomènes inexpliqués. Dans ce volume, un village des Landes subit la promiscuité dérangeante
d'un centre de recherche de l'armée. Il s'envole soudain dans les airs et sillonne la France, porteur d'espoir et de liberté, tandis que les militaires se transforment en créatures monstrueuses...
1 personne en parle

France, fin des années 70 – début des années 80.Les responsables de plusieurs services spécialisés du renseignement se réunissent secrètement dans un ancien hôtel particulier laissé à l’abandon. C’est dans cette bâtisse parisienne anodine que la DST, les RG, le Quai d’Orsay et la SDECE ont décidé de mettre en commun leur dossier sur 50/22 B, un homme mystérieux dont l’identité fluctue au gré de ses apparitions : France, Chine, Cuba, Etats-Unis… l’individu contestataire milite aux quatre coins du globe, « un simple avatar du devenir historique, un figurant qui n’est que l’expression de forces sociales en luttes, luttes de classes bien sûr, où l’idéologie dominante se voit bafouée ».Non loin, dans les Landes, un petit bled de campagne se met soudainement à flotter dans l’air. A proximité, une base militaire effectuerait des expériences scientifiques… Et lorsqu’un étranger arrive au village, les événements s’emballent…-La semaine dernière, je vous présentais Le vaisseau de pierre, second tome de l’univers fantastique des Légendes d’aujourd’hui imaginé par Pierre Christin et Enki Bilal. Mais c’est bel et bien avec La croisière des oubliés que la série a commencé en 1975, premier album né de la collaboration des deux auteurs. Les trois albums de la série peuvent se lire indépendamment les uns des autres puisque tous trois sont des récits complets.En 1975 : Casterman sort La ballade de la mer salée qui était jusqu’alors paru en épisodes dans France-Soir. Mais 75, c’est aussi la poursuite des séries comme Iznogoud #11, Lucky Luke #68 et 69, Alix #12, Tif et Tondu #57, Ric Hochet #20, Astérix et Obélix #22, Blueberry #17… il y a déjà 22 tomes publiés de Tintin… bref, peu de choses que vous ayez vu passer sur mon blog parce qu’ils sont lus et digérés depuis un moment !^^ 1975, c’est aussi l’année du centième anniversaire de Jeanne Calment (oups, je m’égare !!), du lancement du magazine Fluide Glacial et moi qui pousse mon premier cri deux mois à peine avant la sortie de La Croisière des oubliés :)Fluide Glacial et La croisière des oubliés… petite révolution dans le paysage éditorial franco-belge !? Certes, cela ne fait pas tout mais c’est une des amorces qui a contribué à orienter le medium vers d’autres perspectives narratives et visuelles. Dès lors, une BD adulte et mature s’installe doucement comme un genre à part entière.A l’époque de la sortie de La croisière des oubliés, Pierre Christin est déjà un scénariste aguerri. Les premiers tomes de Valérian ont lancés la série éponyme et il publie régulièrement dans Pilote. Pour sa première collaboration avec Bilal, il aborde les questions de l’industrialisation et des rejets chimiques sur une trame fantastique. Certes, certains éléments narratifs sont un peu vieillots et ont aujourd’hui - à la lumière des événements et progrès technologiques actuels – une tournure ironique. Malgré tout, la lecture reste plaisante…Enki Bilal livre un dessin très différent de ses compositions actuelles même si on reconnaît déjà sa touche dans la manière de dessiner la « gueule » de ses personnages. Il nous surprend en faisant apparaître des créatures qui semblent issues de l’univers de Cthulhu.Les jeux de hachures sont le cœur de son dessin, ils semblent n’être utilisés qu’à une seule fin : servir de trame pour la mise en couleurs des cases. On voit qu’il y a une attention particulière portée au cadrage des visuels, l’auteur cherche à guider efficacement le regard du lecteur mais son dessin manque de fluidité. Il y a une lourdeur récurrente peut-être due à la présence d’imposantes bâtisses, de personnages bien en chair, d’herbe bien grasse… Gras, c’est le mot, comme si quelques chose suintait des dessins au point de le rendre inesthétique. Il y a des contrastes comme ces visages à la fois expressifs et figés ou comme lorsqu’un personnage est amené à évoluer sur une case, le fond de case reste en jachère. Par contre, lorsque l’illustration n’est que figurative, le dessin devient plus léger, plus fouillé… certains dessins paysagers sont superbes.C’est un premier album… Mo'

Mobd
22/12/12

Format

  • Hauteur : 32.00 cm
  • Largeur : 24.00 cm
  • Poids : 0.62 kg

Mes garanties furet.com

5% sur tous les livres, Paiement Sécurisé, Réservation gratuite, Satisfait ou remboursé, Débit carte bancaire à l'expédition