Leon l'africain

MAALOUF, AMIN

EDITEUR : LATTES
DATE DE PARUTION : 16/04/86
LES NOTES :

à partir de
6,99 €
EXISTE EN
Ebook

SYNOPSIS :

Cette auotbiogaphie imaginaire part d'une histoire vraie. En 1518, un ambassadeur maghrébin, revenant d'un pélerinage à la Mecque, est capturé par des pirates siciliens, qui l'offrent en cadeau à Léon X, le grand pape de la Renaissance. Ce voyageur s'appelait Hassan al- Wazzan. Il devient le géographe Jean-Léon de Médicis, dit Léon l'Africain. Ainsi, après avoir vécu à Grenade, sa ville natale, à Fès, à Tombouctou, au Caire, à Constantinople, Léon passe plusieurs années à Rome, où il enseigne l'arabe, écrit la parie hébraïque d'un dictionnaire polyglotte, et rédige, en italien, sa célèbre "Description de l'Afrique", qui va rester pendant quatre siècles une réfé- rence essentielle pour la connaissance du continent noir. Mais plus fascinante encore que l'oeuvre de Léon, c'est la vie, son aventure personnelle que ponctuent les grands événements de son temps : Il se trouvait à Grenade pendant la Reconquista, d'où, avec sa
famille, il a dû fuir l'Inquisition; il se trouvait en Egypte lors de sa prise par les Ottomans; il se trouvait en Afrique noire à l'apogée de l'empire de l'Askia Mohamed Touré; il se trouvait enfin à Rome aux plus belles heures de la Renaissance, ainsi qu'au moment du sac de la ville par les soldats de Charles Quint. Homme d'Orient et d'Occident, homme d'Afrique et d'Europe, Léon l'Africain est, d'une certaine manière, l'ancêtre de l'humanité cosmo- polite d'aujourd'hui. Son aventure méritait d'être reconstituée, d'une année à l'autre, d'une ville à l'autre, d'un destin à l'autre. On pouvait difficilement trouver dans l'histoire personnage dont la vie correspondent davantage à ce siècle étonnant que fut le XVIe. A cela s'ajoute le style d'Amin Maalouf, celui d'un grand écrivain. Amin Maalouf est l'auteur des Croisades vues par les Arabes, paru aux éditions Jean-Claude Lattès en 1983, devenu un classique en plusieurs langues.
5 personnes en parlent

Ce récit est une autobiographie imaginaire qui part d'une histoire vraie. En 1518, un ambassadeur maghrébin revenant d'un pèlerinage à la Mecque est capturé par des pirates siciliens, qui l'offrent en cadeau à Léon X, le grand pape de la Renaissance. Ce voyageur s'appelait Hassan al-Wazzan, il devint le géographe Jean-Léon de Médicis, dit Léon l'Africain.Sa vie est fascinante, faite de passions, de dangers et d'honneurs, elle est ponctuée par les grands événements de son temps. Il est né en 1488 à Grenade, en Espagne, dans une famille de musulmans aisés. Il assiste en 1492 à la Reconquista de la ville par les Rois Catholiques. Pour fuir l'Inquisition, il se rend avec sa famille à Fès, au Maroc, où il suit des cours de théologie. A 20 ans il s’engage dans la voie de la diplomatie et du commerce et devient un grand voyageur, parcours l’Afrique, de Tombouctou au Caire, et est témoin de la prise de l'Égypte par les Ottomans. De retour d’un pèlerinage à la Mecque il est fait prisonnier et offert en cadeau au pape Léon X qui l’adopte, le baptise et en fait un émissaire papal. A Rome il assiste aux plus belles heures de la Renaissance mais aussi au sac de la ville par les soldats de Charles Quint.Hassan va connaître tour à tour toutes les conditions, la fortune et la ruine, menant plusieurs vies successives : bourgeois, émigré pauvre, conseiller du sultan, riche négociant, poète de cour, ambassadeur, banni, esclave, protégé du pape Léon de Médicis... Et Hassan le musulman deviendra Léon le catholique, trait d’union entre Orient et Occident, entre Islam et Chrétienté, entre passé et futur.Le fascinant destin de Léon l’Africain est reconstitué sous la forme d'une longue lettre à son fils, sous la plume colorée, poétique et truffée d'anecdotes d’Amin Maalouf, formidable conteur. Le roman est construit de 40 chapitres d'une dizaine de pages chacun, un chapitre représentant une année de la vie du héros, et chacun dédié, par son titre, à un événement ou à un personnage marquants. Le rythme est donc précipité, effréné même, et j’ai parfois regretté que les événements s’enchaînent si vite et ne soient pas plus approfondis parfois, qu’on ne prenne pas plus de temps, qu’on ne s’attarde pas d’avantage dans les senteurs des souks, les soieries des palais ou l’aridité du désert saharien.Ce roman, d’une rare densité, est à la fois roman biographique, historique, d’aventure : il est une très agréable source de renseignements sur l’histoire du XVIe siècle, siècle de bouleversements militaires, politiques, religieux et artistiques.

Kara
14/01/09
 

J’ai trouvé ce roman magnifique !Léon l’africain est construit telle une autobiographie. Jean Léon de Médicis, un maure musulman né à Grenade va raconter sa vie à son fils. Et quelle vie !!L’histoire débute à la toute fin du XVème siècle, une époque où le Bassin Méditerranéen connaîtra bien des chamboulements. Et c’est donc à travers le personnage de Léon l’Africain qu’Amin Maalouf va nous les faire découvrir ou redécouvrir.Depuis la fin de la Reconquista à Grenade, obligeant Hassan Al Wazzan (qui deviendra plus tard Jean Léon) et sa famille à fuir vers le Maroc, jusqu’au Sac de Rome en 1527 commandité par Charles Quint, en passant par La conquête du Caire par les ottomans, et le massacre des habitants s’y opposant, c’est tout un pan de l’Histoire Méditerranéenne, et de ses principaux acteurs que nous narre l’auteur. Chaque page nous mène vers de noveaux faits historiques qui auront forgé le visage de cette Région du Monde, mais aussi de celles alentour. Chaque événement faisant conséquence au précédent. Et autant dire que l’époque connaît beaucoup d’événements. Nous sommes entre le Moyen-Âge et la Renaissance, chaque Religion tente de prendre le pouvoir sur les autres, et les Guerres de Religion sont sur le point d’éclater. A n’en pas douter, ce roman est historiquement très riche.Mais Léon l’Africain est un personnage dont la propre histoire tient elle-même de l’épopée. Hassan Al Wazzan, qui deviendra négociant, homme de lettres sous l’égide du Pape Léon X, ambassadeur, mais aussi époux et amant de nombreuses femmes, est un homme tout à fait singulier. Ses origines maures, ses voyages, son savoir partagé entre sa culture musulmane et ses connaissances reçues en Italie en font un homme à la fois intelligent, fort, et totalement ancré dans son époque. Une multiculture qui lui permettra d’arpenter les pays, d’observer ses habitants, ses souverains, ses chefs religieux, afin d’en dresser une cartographie précise et sans concession sur cette époque troublée.S’il y a bien une chose dont je suis sûre, c’est qu’avec Léon l’Africain, le sens du mot Histoire prend toute sa signification. Bien sûr, il y a le côté roman historique, il y a l’histoire de Léon l’africain. Mais la narration n’est pas en reste, car ce livre n’est pas une succession de faits historiques mais bien un récit. A travers la vie de son protagoniste, Amin Maalouf nous raconte une histoire… ou l’Histoire. Avec ou sans majuscule, peu importe. Le livre est écrit le plus souvent au présent, rendant ainsi l’impression que le personnage raconte son histoire au moment des faits. Cela donne l’impression de renforcer leur réalité. Chaque endroit traversé est sujet à une description que j’ai trouvée bien souvent très poétique. Et même lorsque les événements cruels sont racontés, la plume de l’auteur ne se fait jamais agressive, sans pour autant enjoliver la chose. Alors, je me suis laissée emportée par ce formidable récit, savourant chaque événement de la petite ou de la grande histoire. A la fin, j’étais presque triste de quitter Léon l’Africain, qui m’a fait découvrir tant de choses cruelles, dures, mais aussi tant de belles choses…

Nelcie
31/10/15
 

Tout simplement un chef-d'oeuvre ! Amin Maalouf nous conte l'histoire d'un des plus grand voyageur de l'histoire, de la Grenade musulmane à Rome en passant par Le Caire et Tombouctou. Une autre manière de se plonger dans ce siècle de la Renaissance, du point de vue d'un Maghrébin. ça nous sort de nos cours d'histoire. Et ça fait du bien, surtout en ce moment.

Zuzuninho
04/12/14
 

En fait j'ai lu ce livre dans la collection Livre depoche mais je ne trouve pas ici. Je suppose que le texte reste le même!Voici un roman qui réunit tout ce que j'aime : l'Histoire, avec ses soubresauts et son souffle quasiment épique par moments, la poésie, la drôlerie, un décor culturel qui me séduit toujours : celui du Moyen – Orient et de l'Andalousie, une époque qui fait rêver : le XVIème siècle.L'histoire commence dans le califat de Grenade, en 1492 au moment de la Reconquista . Nous avons plus l'habitude de textes espagnols qui racontent l'occupation par les Arabes et les profondes modifications apportées à l'Espagne arabo-andalouse. Ici, le point de vue est arabe et c'est très intéressant. Les persécutions, la douleur de l'exil, le rêve de la reconquête (dans l'autre sens cette fois) sous-tendent le récit de Hassan, le principal personnage. Toujours prêt à partir pour une vie meilleure, il se lance avec sa famille sur les routes vers l’Égypte alors que les Ottomans sont en train de la conquérir, puis vers l'Afrique noire, enfin à Rome où ses qualités de diplomate et sa grande culture vont le faire remarquer et promouvoir à un rang élevé auprès du pape Léon X.De grandes figures traversent le roman, Soliman le Magnifique, Charles-Quint et ses lansquenets qui vont mettre à sac la ville de Rome en 1527, l'Africain Mohamed Touré.A la charnière de deux cultures, celle de l'Occident et celle de l'Orient, dans un siècle où tant de choses ont changé, le XVIème siècle, Léon l'Africain, né Hassan al-Wazzan, est une figure exceptionnelle et très humaine à la fois car il nous fait partager sa vie de famille et ses tracas au moment des plus grands événements. Hebelin

hebelin
23/08/12
 

Ce livre part d’un histoire vrai, la vie d’ Al Hassan al Wazzan né en 1485 à Grenade. Sa famille émigrât au Maroc. Il étudia le commerce, il effectuera beaucoup de voyages dans le monde musulman. En 1517, il fut enlevé par des pirates italiens et sera offert au pape Léon X. Il le convainquit de se convertir au catholicisme l’adopta et le fit appeler Jean Léon de Médicis, mais il sera surnommé Léon l’Africain. Il enseigna l’Arabe à Bologne…On ne sait où il mourût mais son souhait été de retourner dans son pays afin d’y retrouver sa foi. Ce roman retrace sa vie, légèrement romancé mais le principal est là, l’époque folle du XVIe siècle avec la conquête des Ottomans en Égypte, la renaissance… Amin Maalouf est un formidable conteur Nena

nena1
18/02/12
 

Format

  • Hauteur : 22.00 cm
  • Largeur : 14.00 cm
  • Poids : 0.41 kg