Les ames mortes

GOGOL, NIKOLAJ VASIL EVIC

EDITEUR : GALLIMARD
DATE DE PARUTION : 12/07/73
LES NOTES :

à partir de
7,70 €
EXISTE EN
Ebook

SYNOPSIS :

« Et que voulez-vous faire de cet état ? » s'enquit alors Manilov. Cette question parut embarrasser le visiteur... « Vous désirez savoir ce que j'en veux faire ? Voici : je désire acheter des paysans... prononça enfin Tchitchikov qui s'arrêta net. - Permettez-moi de vous demander, dit Manilov,
comment vous désirez les acheter : avec ou sans la terre ? - Non, il ne s'agit pas précisément de paysans, répondit Tchitchikov : je voudrais avoir des morts... - Comment ? Excusez... je suis un peu dur d'oreille, j'ai cru entendre un mot étrange. - J'ai l'intention d'acheter des morts... »
2 personnes en parlent

L’intérêt de l’histoire ne repose pas sur l’escroquerie, même si les aventures de Tchitchikov se lisent sans déplaisir. En revanche, ce roman voudrait dresser le portrait de la Russie au territoire si étendu, une Russie qui peut faire peur aux autres nations de par sa puissance innée. Or, loin de glorifier le peuple russe, Gogol s’entend plutôt à le démonter pièce par pièce. Tout le monde y passe : les notables, les propriétaires terriens, monsieur et madame tout-le-monde, les domestiques, etc. Chaque personnage est très caractérisé et jamais dans un sens bien valorisant. Ce que j’ai aimé dans ce livre, c’est avant tout cette âme russe qui habite chaque ligne. Qu’il s’agisse des portraits de personnages typiques, d’expressions, de plats et d’une façon générale d’habitudes culturelles, ce roman respire la Russie telle que je la connais à travers sa langue et ce que l’on m’a enseigné de sa culture. Je ne veux pas dire par là que les Russes sont particulièrement bourrés de travers et donc méprisables mais que la peinture qu’en fait Gogol me semble correspondre à l’idée que je me fais de ce peuple. Si Gogol a opté pour l’angle du dénigrement, il reconnaît lui-même avoir fait un choix et donc ne pas sous-estimer pour autant les mérites et vertus de ses concitoyens. Il ne se place pas non plus au-dessus de la mêlée ; il se contente de raconter la Russie telle qu’il la connaît et, d’une certaine façon, je crois que c’est la preuve de son attachement à son pays.Ce roman démontre avant tout les qualités d’observation de Gogol, sa capacité à retranscrire ses découvertes à travers la création de personnages mêlant divers traits de caractères, caractères humains mais aussi relatifs au pays lui-même, cela pour créer une œuvre tentant de dépeindre un ensemble fort complexe.Pour qui aime la Russie, sans distinction d’époque, ce roman est sans nul doute une œuvre intéressante.

mycupoftea
08/09/12

Nabokov a presenté ce livre comme un prodigieux poeme epique...humour , quand tu me tiens!! J'avoue devoir etre totalement hermetique a la poesie alors...Tout d'abord les points forts : (..) voilà c'est fait...Puis les points legerement irritants : un ennui de lecture qui m'a fait parfois demandé si je ne frolais pas le coma eveillé (d'ou les deux etoiles pour la prouesse medicale), des phrases interminableeeeeeeeeeeeeeeeees , une absence totale de rythme , un recit entrecoupé tres regulierement de mises au point auteur/lecteur dignes des plus grands dialogues du mime Marceau , bref , ma premiere experience Gogolienne largement en-dessous de mes pauvres attentes!!!Un probleme d'insomnie , les ames mortes et bonjour m'dame Morphée!!!

TurnThePage
12/11/13
 

Format

  • Hauteur : 17.80 cm
  • Largeur : 10.80 cm
  • Poids : 0.27 kg
  • Langage original : RUSSE
  • Traducteur : HENRI MONGAULT

Mes garanties furet.com

5% sur tous les livres, Paiement Sécurisé, Réservation gratuite, Satisfait ou remboursé, Débit carte bancaire à l'expédition