Les annees

ERNAUX, ANNIE

EDITEUR : GALLIMARD
DATE DE PARUTION : 07/02/08
LES NOTES :

STOCK : En stock, livré sous 5 à 7 jours - Quantité limitée
à partir de
7,49 €
nos libraires ont adoré les annees
EXISTE EN
Ebook

SYNOPSIS :

Ce sont celles qui se sont écoulées de la fin de la deuxième guerre mondiale à aujourd'hui, revisitées par la mémoire d'une femme. Le livre saisit la trace des événements mais davantage encore le changement ininterrompu des choses et des représentations, idées, croyances, lieux communs en circulation dans la société. Dans ce mouvement collectif et anonyme, douze « arrêts sur photo » aux différents
âges de la vie introduisent la dimension individuelle de cette femme, les modifications de son corps et de ses désirs, de sa perception du passé et de l'avenir. Ni fiction ni autofiction, Les années constituent une autobiographie impersonnelle, une forme nouvelle de récit entre histoire et mémoire. Plus que tout, l'écriture tente de faire ressentir le passage du temps. Annie Ernaux
Formidable évocation (autobiographique ?) d'une existence, d'une "petite" histoire qui sans cesse entre en collision avec la "grande" Histoire : Libération, Mai 68, chute du Mur de Berlin, 11 septembre, intervention en Irak, etc.
Une autobiographie impersonnelle, par conséquent (le ON l'emporte sur le JE), qui se fond dans ces grands mouvements collectifs qui nous bousculent depuis plus de deux générations.

erik (lens)
Formidable évocation (autobiographique ?) d'une existence, d'une "petite" histoire qui sans cesse entre en collision avec la "grande" Histoire : Libération, Mai 68, chute du Mur de Berlin, 11 septembre, intervention en Irak, etc.
Une autobiographie impersonnelle, par conséquent (le ON l'emporte sur le JE), qui se fond dans ces grands mouvements collectifs qui nous bousculent depuis plus de deux générations.
Erik ,
Librairie
(C.cial V2)
4 personnes en parlent

J'ai trouvé ce livre très intéressant, mais… (oui il y a un mais ^^) deux reproches à faire à ce livre. Premièrement je déplore le côté “catalogue”, ce listage des faits. C’est plaisant au début, mais ça m’a un peu lassé sur 250 pages. Deuxièmement, je n’ai pas réussi à m’identifier à la narratrice, probablement déjà parce que je suis un homme (encore que je ne sois pas insensible aux problèmes des femmes) mais surtout je crois, parce que je suis plus jeune qu’Ernaux. J’ai donc au final ressenti ce livre plutôt comme un documentaire.Cependant, le livre m’a beaucoup fait penser aux quelques cours de sociologie que j’ai pu avoir. En fin de compte (et ça me semble transgénérationnel), on cherche tous à marquer notre temps. Croire en certains faits (ou non), manifester (ou non), voter (ou non), voyager (ou non), travailler (ou non), consommer (ou non)… sont autant de choix que nous faisons pour avoir une influence sur le monde. Pourtant, et je l’ai pleinement ressenti ici, on ne fait que subir un mouvement qu’on ne peut pas vraiment contrôler, nous sommes sans cesse entrainés par la marche du monde. Si Ernaux regarde parfois de façon nostalgique ses idéaux de jeunesse remplacés par le confort du quotidien, je pense que ce sentiment arrive un jour à une grande majorité…

Artsouilleurs
19/01/09
 

Le livre d'Annie ERNAUX m'a fait tout de suite penser au "Je me souviens..." de Gorges PEREC, (cité par elle-même page 224), mais le souci du détail dans les comportements, dans les sentiments, m'a fait pénétrer pleinement et avec plaisir dans ce récit. Le mode impersonnel permet à chacun de se retrouver dans cette suite impressionnante de souvenirs, et la rend captivante à lire. Je me suis retrouvé dans de nombreux passages et j'ai été admiratif du travail de mémoire, de recherche, ou de diariste, mais l'usage de la troisième personne, l'absence de personnage, de narrateur, d'intrigue font de ce livre une excellente autobiographie, un formidable récit, mais peut-être pas vraiment un roman.

JoelC17
10/08/13
 

A partir de photographies la représentant à différents âges de la vie, l’auteur convoque tous les souvenirs liés à ces périodes. De la jeune fille à la sortie de la guerre à la professeur divorcée en retraite entourée de ses deux grands garçons, en passant par la femme mariée installée en Savoie, on découvre (ou retrouve) la vie de cette femme, déjà aperçue dans ses précédents romans. Mais plus que sa vie, c’est toute une évolution de la société qui est retranscrite ici, et qui plonge le lecteur dans ses propres souvenirs.Cette autobiographie, en écartant le recours à la première personne, permet à chacun de se mettre à la place de l’auteur. Si l’introduction dans chaque époque se fait par l’intermédiaire des photographies personnelles, le propos devient rapidement plus large et traduit l’évolution des comportements familiaux, sociaux,… Et tout en en montrant l’évolution, le récit met en exergue ce qui n’a pas ou peu bougé. Ainsi, dans le cas des repas de familles, si les thèmes de discussion évoluent entre ceux auxquels elle a assisté enfant et ceux qu’elles organisent en tant que grand-mère, le rite du repas parait assez immuable et au final très traditionnel.Je ne pense qu’Annie Ernaux ait une ambition de sociologue en écrivant ce récit, mais il est un point de vue sur les soixante dernières années par une femme qui les a traversées. Surtout, elle place chacune des photographies dans un contexte social et politique plus large qui fait que d’une simple description, on passe à la captation d’une atmosphère, d’un univers que pour ma part je n’ai pas connu (hormis les derniers chapitres qui concernent l’histoire récente).C’est une plongée dans une mémoire collective, dans monde en mouvement qui est en droite ligne avec l’œuvre précédente d’Annie Ernaux que j’ai pu lire. Elle avoue qu’elle avait l’idée de ce livre depuis plus de 20 ans, avec des tas de notes, des anecdotes, qui mises bout à bout, forment dans ce récit un ensemble cohérent et émouvant. J’ai l’impression qu’elle a écrit le récit qui clôt une partie de sa production littéraire. Je ne sais pas quels sont ses futur projets, mais j’espère qu’ils seront aussi riches que les précédents.Vraiment un livre à lire, que ce soit par les jeunes ou les plus âgés, car la lecture de ces années est un vrai plaisir à savourer !

Yohan59
26/10/12
 

"Mes années" pour ceux qui ont vécu ces années et qui s'y retrouvent et aussi pour ceux qui n'ont pas vécu ces années !! Annie Ernaux est un auteur contemporain incontournable. Elle porte un regard juste et authentique sur son vécu de femme issue d'un milieu modeste dans la Normandie profonde (fille d'épicier) qui devient professeur et change de statut social. Elle interroge le rapport à la langue (langue du peuple et langue de la bourgeoisie). sa vision introspective et personnelle a une portée universelle.

bonroidagobert
28/09/11
 

Format

  • Hauteur : 20.50 cm
  • Largeur : 13.70 cm
  • Poids : 0.31 kg