Les aventures de scott leblanc t.1 ; alerte sur fangataufa

DEVIG ; GELUCK, PHILIPPE

livre les aventures de scott leblanc t.1 ; alerte sur fangataufa
EDITEUR : CASTERMAN
DATE DE PARUTION : 15/10/09
LES NOTES :

à partir de
12,00 €

SYNOPSIS :

1966. Scott Leblanc est reporter au magazine«Bien en vue»où il est chargé de la rubrique Des animaux et des stars. Naïf, il est convaincu d'être un grand reporter. Le jour où il va interviewer un
scientifique pressenti pour le prix Nobel, le professeur Moleskine, Leblanc est témoin d'un vol. Il va traquer les malfaiteurs, accompagné de son canari Tino. Album hommage aux BD de la ligne claire.
2 personnes en parlent

Surtitré : Les aventures de Scott Leblanc, cet album, le premier de la série qui pour le moment ne compte... qu'un seul numéro, nous emporte en compagnie du journaliste le plus nul et le plus lamentable de la BD, Scott Leblanc, sur les traces de quatre scientifiques ayant mis au point en 1950, une arme redoutable. De peur que certains ne l'utilisent à mauvais escient, chacun d'entre eux a gardé en sa possession sa part de travail, rendant donc inutilisable cette arme à qui n'aurait pas réuni les 4 parties. Mais voilà, en 1966, un homme réussit à subtiliser toutes les études scientifiques. Le professeur Moleskine, l'un des inventeurs, traîne véritablement Scott Le blanc dans cette aventure à la recherche du "méchant".Avez-vous déjà vu, lu ou entendu un journaliste mauvais ? Oui sûrement ! Eh bien, je vous l'affirme, ce journaliste aurait le Prix Pulitzer, le Prix Albert Londres et tous les prix journalistiques, s'il devait concourir face à Scott Leblanc ! Scott Leblanc, le journaliste le plus nul de la BD. Physiquement, il est entre Tintin et Charles Trénet -avec un p'tit coup de Stéphane Bern en plus ; quel mélange !-. Intellectuellement, il est largement dominé par Milou, et peut-être même par les Dupondt. Scott Leblanc, qui se promène toujours avec son volatile prénommé Tino, (référence assumée à Tino Rossi, le rossignol corse) n'écrit des articles que sur les animaux domestiques et les stars ; le summum du bon article pour lui est celui qui a pour sujet l'animal de compagnie d'une star ! Aussi, lorsque son rédacteur lui demande d'aller interroger le professeur Moleskine, il voit d'un bon oeil que celui-ci ait un chat, qui, sans en dévoiler trop, aura un sort funeste. C'est tout l'opposé de Tintin, curieux, intelligent et rusé et souvent accompagné de scientifiques gaffeurs ; lui, Scott c'est le gaffeur et le naïf de service, heureusement que le professeur est là pour faire le boulot.Les auteurs multplient les références à la BD belge : Tintin évidemment, pour les personnages, la mise en page, le dessin, ..., mais aussi Blake et Mortimer (le célèbre juron "By jove") et sûrement d'autres que je n'ai pas vues.C'est bon comme une vieille BD qu'on ressort de la bibliothèque pour la relire. C'est juste un moment de lecture, de dérision à apprécier en toute simplicité. Yv

Lyvres
23/03/14
 

Avril 1966, à Paris, Scott Leblanc, chroniqueur au Bien en vue (anagramme de Bienvenue) est fier de son dernier papier sur le chien de la star Laurette Pujol alors que tous les autres journalistes parlent du hold-up d'une banque. Ça situe déjà le personnage ! En plus, Scott Leblanc ressemble un peu à Tintin, sauf que son animal de compagnie est Tino, un canari en cage.Le directeur du journal l'envoie interviewer le professeur Moleskine qui pourrait recevoir le prix Nobel. « Comptez sur moi, patron, j'arriverai sûrement à le faire parler de son animal favori ! ». Je vous assure que j'ai plusieurs fois éclaté de rire en lisant cette bande dessinée !Mais l'atelier du professeur explose et des notes très importantes ont été dérobées, celles sur le rayon Zêta. Le professeur craint que les notes de ses anciens amis de faculté, Thaddeus Seigle, Paul Mortemort (clin d'œil à Mortimer) et Louise Fudge tombent aussi en de mauvaises mains.Direction l'Angleterre pour rencontrer Mortemort sur la base militaire où il travaille puis la Polynésie où les Français prévoient un essai nucléaire.C'est incroyable comme cette bande dessinée cristallise la bande dessinée des années 50 et 60 du genre aventures de Tintin, du Manitoba (Jo, Zette et Jocko), de Blake et Mortimer, etc. Le style avec la ligne claire, le format avec les cases et les 48 pages, les couleurs, les personnages...Si vous voulez vivre une aventure pleine d'humour et riche en rebondissements, lisez cette bande dessinée et vous ne serez pas déçus et comme moi vous vous amuserez à repérer les nombreuses références aux grands classiques de ce style. Catherine de La culture se partage

Catherine2
04/06/11
 

Format

  • Hauteur : 30.30 cm
  • Largeur : 22.70 cm
  • Poids : 0.39 kg

Mes garanties furet.com

5% sur tous les livres, Paiement Sécurisé, Réservation gratuite, Satisfait ou remboursé, Débit carte bancaire à l'expédition