Les bannis et les proscrits t02 les foudres de la sor'ciere

CLEMENS-J

livre les bannis et les proscrits t02 les foudres de la sor'ciere
EDITEUR : BRAGELONNE
DATE DE PARUTION : 22/02/07
LES NOTES :

à partir de
22,00 €

SYNOPSIS :

Elena n'était qu'une jeune fille de ferme. La voilà destinée à sauver son pays d'une force maléfique prête à tout détruire... ou à mourir d'avoir essayé. Elle porte désormais la marque de la sor'cière dans la paume de sa main. Cette tâche écarlate est la preuve d'un don fabuleux à la puissance inimaginable : un pouvoir sauvage, séduisant, difficile à contrôler. Seule celle qui maîtrise la magie
sanglante peut s'opposer aux créatures et au mal du Seigneur Noir. Mais Elena n'est pas encore maîtresse de son pouvoir. Protégée par un guerrier sans âge et une bande de renégats, elle part en quête d'une cité perdue où, selon la prophétie, un ouvrage mystique détient la clé de la défaite du Seigneur Noir. Mais si celui-ci la trouve en premier, Elena deviendra son arme la plus terrible...
11 personnes en parlent

On retrouve nos compères six mois après la fin du tome 1, ils ont passé l'hiver dans les montagnes de Kral. Er'ril a mis à profit ce temps pour enseigner à Elena comment utiliser sa magie et ils sont prêts à se relancer dans leur quête du journal sanglant. Les compagnons mettent donc le cap sur Val'loa et rapidement rencontrent les premiers obstacles. Le premier obstacle sera Vira'ni, ancienne amie de Er'ril elle a été corrompue par le seigneur noir. Je dois dire que les particularités de cette malgarde m'ont quelque peu écœurée, son ventre est rempli de petites araignées venimeuses qui lui donnent une allure de femme enceinte, beurk!La bataille sera difficile pour chacun d'entre eux et tout le monde n'en sortira pas indemne. Pas le temps de ce reposér, les voilà repartis dans des aventures palpitantes. Arrivant au village de Ruissombre les problèmes se représentent : Elena se fait ensorceler par la sor'cière des marais. Un nouveau personnage fait son apparition, Mycelle, qui va les aider à traverser le marais. La traversée du marais a été l'un des passages qui m'a fait vraiment peur!Pendant ce temps la moitié de la troupe est partie à la rescousse de Kral qui a été kidnappé dans le but de le corrompre et de le transformer en malgarde.Deux nouveaux personnages apparaissent : Sy'wen et Kast. Sy'wen est une mer'ai, elle vit dans l'océan et chevauche un dragon des mers. Kast quant à lui est un pirate. Une vieille promesse échangée entre leurs peuples les lie.Alors on pourrait penser qu'avec tous ces nouveaux personnages on va se retrouver submergé et qu'ils ne pourront pas être développés, et ben non! Chaque personnage est intéressant et chacun a sa propre histoire qui est fascinante. D'ailleurs on a très envie de savoir comment va évoluer la relation entre Sy'wen et Kast.Le style de l'auteur me plaît toujours autant et il permet une lecture facile. Certains passages sont assez glauques mais au final ce n'est pas plus mal, ça permet d'éviter une certaine mièvrerie.

Otsu
31/12/11
 

L’aventure est un peu plus lente à démarrer que dans le premier tome. L’action se fait un peu plus désirée. Mais assez rapidement, on reprend le rythme et les héros sont amenés à combattre. L’intrigue n’a toujours pas beaucoup avancé. Les personnages principaux tentent toujours de gagner Val’loa mais des obstacles les détournent totalement de leur route. Au début, ça m’agaçait de voir qu’on n’avançait pas. Mais en réalité, on réalise que l’auteur éloigne ces personnages pour les écarter d’un danger et permettre à d’autres personnages d’entrer en action au sein même de la cité cachée. De plus, ces obstacles conduisent Elena vers la Sor’cière Cassa Dar qui lui révèle le véritable but de sa quête, la mission qu’elle doit accomplir pour libérer l’Alaséa du Gul’gotha. C’est donc un mal pour un bien. Si on croyait s’éloigner en réalité on se rapproche. La petite troupe a enfin un véritable but qui devrait la guider pour les trois tomes restants.De plus en plus, les ressemblances avec le Seigneur des anneaux me frappent. En effet, l’auteur multiplie encore davantage les personnages dans ce deuxième tome. Le but ultime, la quête d’Elena se précise et rappelle beaucoup le principe de la communauté de l’anneau qui doit aller le détruire en Mordor. Mais je confirme ce que j’avais dit à propos du premier tome : l’écriture et l’intrigue sont simplifiés par rapport à l’œuvre de Tolkien ce qui fait que l’on passe facilement outre les analogies.Côté personnages, je dirai que la multiplication des personnages ne m’a pas gênée outre mesure. D’accord, il y en a vraiment beaucoup mais la structure de l’histoire est faite de telle sorte qu’on ne se les mélange pas. On retrouve facilement qui est qui. Et comme dans le premier tome, les derniers chapitres marquent le regroupement de quasiment tous les personnages en un même lieu et est l’occasion de retrouvailles émouvantes.L’ébauche de relation entre Er’ril et Elena m’a surprise. Déjà parce que je ne m’attendais pas à ce que ce genre de sentiments intervienne dans ce roman. Mais aussi parce que ces deux personnages ont plus une relation de protecteur/protégée. Mais je ne demande qu’à voir comment ça va évoluer dans la suite.Mettre Vi’rani en couverture n’était pas à mon sens la meilleure idée. Je ne sais pas si elle a été choisie pour attirer un lectorat plus adulte mais elle n’est pas le personnage le plus représentatif du roman. J’aurai préféré voir Sy’wen la me’rai et son dragon Ragnar’k. Je les imagine bien plus impressionnants et plus beaux.Si vous n’avez pas encore commencé cette saga et que vous êtes amateur de fantasy, jetez-vous dessus. Ce deuxième tome confirme mon engouement pour cet univers riche et complexe, raconté d’une main de maître ! Kllouche

kllouche
16/05/12
 

Par YannickComme le dit Frei du blog onceuponatime.ek.la, le tome 1 est une grosse introduction de 600 pages.Mais là, nous ne jouons plus dans la même catégorie. l’histoire et les personnages prennent de l’ampleur.Tout d’abord l’écritue. Il fait bien l’admettre, le style de James Clemens est envoûtant, moderne, addictif. Je ne voulais pas lâcher le livre et devait absolument lire la suite.C’est riche en rebondissement, en émotion, en action… Bref un bon mélange, distillé avec classe.Les personnages, mais surtout Elena, évoluent et en bien !Un petit reproche pour ce tome, c’est que cela va un peu trop dans tous les sens. Yannick de Prose-Café

ProseCafe
19/02/15
 

Après ma lecture du premier tome, je vous avoue que je ne me suis plus tellement intéressé à cette saga. Je n'avais pas tellement apprécié Elena, le premier tome se déroulait sur deux jours et demi pour plus de 600 pages, et ça me faisait l'effet d'un gros prologue. Mais il y avait quand même un petit quelque chose qui m'incitait à revenir vers la Sor'cière, puisque j'ai profité de l'#OP1000K pour obtenir ce deuxième tome en ebook, une sorte de crash test pour savoir si on continue la saga, ou pas.Maintenant, il faut que j'achète le deuxième tome en papier, ainsi que la suite, ahah.Tout d'abord, j'ai adoré retrouver l'écriture de James Clemens, toujours aussi agréable à lire et avec un vocabulaire un poil plus riche que dans le premier tome (on en est pas au niveau de Kushiel, mais tout de même ça mérite d'être souligné). Il arrive à se mettre dans la peau de ses personnages avec une telle aisance, que s'en est presque déconcertant !Ensuite, j'ai salué et acclamé la prise de maturité d'Elena. Elle lui faisait extrêmement défaut dans le premier tome, et j'avais fini par adorer ses compagnons plutôt qu'elle, alors que c'est notre personnage principal. Mais là, ce changement la rend plus appréciable et un poil plus buvable. Par contre, je n'ai pas particulièrement aimé le chemin que prend Er'ril, alors qu'il était un de mes personnages préféré. Je ne serais pas contre une mort fortuite dans la suite, personnellement.Une chose qui faisait défaut également dans le premier tome, c'était le changement incessant de personnages/scènes aux moments les plus critiques pour aller s'intéresser à un autre personnage à trifouilly-les-oies, pour voir son passé, alors que... bah on s'en moquait pas mal, en vérité. Là l'auteur prend bien le temps de conclure ses différentes scènes pour aller s'intéresser à d'autres personnages qui ont leur importance cette fois-ci.Et autant le premier tome sonnait fantasy jeunesse, la suite n'est en aucun cas à mettre entre les mains des plus jeunes ! On passe d'un extrême à l'autre, avec des accouchements de bêtes démoniaques mi araignées-mi humaines-mi... chose, entre autre. Je voudrais en dire plus, mais ce serait du spoil, mais je garde à l'esprit que certains passages de ce deuxième tome sont très trashs. On est à mille lieux du premier tome, sur bien des choses !En bref, une suite de saga plaisante et qui me réconcilie avec un début qui était donc effectivement un énorme prologue. Je vais faire en sorte de lire la suite au plus vite !

bountyfrei
03/02/15
 

Quel plaisir de retoruver l'univers de James Clemens dans cette super saga qu'est Les Bannis et les Proscrits ! J'avais beaucoup aimé le premier tome, et je n'ai pas été déçue par ce second tome ! J'ai beaucoup aimé l'histoire ! Je ne me suis pas ennuyée une seule seconde lors de ma lecture ! L'histoire est pleine de rebondissement et d'action : c'est un vrai plaisir de retrouver Elena et ses compagnons dans la suite de leurs aventures. J'ai particulièrement aimé que ce tome raconte plusieurs histoires qui vont finalement s'entrelacer. En plus des aventures d'Elena, nous découvrons Sy'wen, une mer'aï et Kast, un Sanguinaire. Nous découvrons également ce qu'il est arrivé au frère d'Elena qui, rappelez-vous, avait été kidnappé lors du premier tome. On découvre aussi de nouvelles proféties et de nouvelles créatures merveilleuses ! Bref, Clemens nous offre un monde magnifique et magique. Elena a bien changé dans ce tome ! Elle gagne beaucoup en maturité et c'est très appréciable. J'aime beaucoup sa relation avec tous ces compagnons et j'ai aimé qu'elle se rebelle contre certains autres protagonistes qui la surprotègent ! Niveau méchants, nous ne sommes pas en reste ! L'auteur leur donne une dimension inédite ! J'ai particulièrement adoré Vira'ni ainsi que ces "enfants". L'écriture de l'auteur est fluide et très plaisante. Elle est également extrêmement très immersive. Je me suis laissé entrainée dans cette histoire sans m'en rendre compte. J'ai d'ailleurs particulièrement apprécié les passages où on retrouve Vira'ni ! Certaines descriptions sont délicieusement répugnantes ! Mais c'est si bien écrit... Bref, j'adore cette saga et j'ai hâte de lire les tomes suivants qui se trouvent déjà dans ma PAL ! http://deslivresenpagaille.e-monsite.com

Laeti1304
06/10/13
 

Ce volet-là dépasse et de loin son prédécesseur, il est beaucoup plus centré sur la quête de notre jeune héroïne vis-à-vis du journal sanglant. Avec deux grands combat majeur pour Elena ainsi que un pour de nouveaux personnages et d'autres. Là encore, l'auteur nous relate en parallèle les aventures de nouveaux personnages qui croiseront la route de notre héroïne, on y découvrira ainsi de nouveaux peuples qui d'après la prophétie joueront un grand rôle dans les évènements à venir.Le style d'écriture est le même même si je sais pas pourquoi je l'ai trouvé plus fluide et les évènements avaient plus de lien les uns par rapport aux autres.Mention spéciale à certains nouveaux personnages : Vira'ni, Cassa Dar & Jostin et surtout le Duo Sywen & Kast dont j'ai hâte de connaître leur devenir. 'Rêve ta vie en couleur'. ♥

Ethernya
29/06/13
 

Et bien, c’est avec un immense plaisir que j’ai retrouvé Elena et ses potes, car ce deuxième tome est vraiment très bon.Nous retrouvons donc nos héros partis à la recherche du fameux livre sanglant. Et évidemment, leur parcours pas se trouvé semé d’embûches. L’histoire, comme je le disais dans ma chronique du tome précédent, suit une trame très convenue dans le style Fantasy et, sans être forcément un défaut, ce n’est pas cette saga qui vous fera découvrir un scenario vraiment original. Mais cela n’empêche pas pour autant de trouver cette histoire fort sympathique. L’intrigue avance, les actions s’enchaînent et donc la lectrice que je suis n’a pas eu le temps de s’ennuyer.L’auteur apporte force détails et descriptions à son récit. Dans un sens cela apporte parfois, il est vrai, quelques longueurs. Mais dans un autre sens, j’ai trouvé que le fait de « ralentir » l’action rendait cette dernière moins essoufflante. Je pense que cela m’a permis de mieux digérer toutes les informations apportées au fil des pages. Dans ce tome, nous apprenons à mieux connaître les personnages rencontrés précédemment, mais nous partons également à la découverte de nouveau peuples et personnages.J’ai beaucoup aimé voir les personnages connus évoluer. Et ce qui est d’autant plus intéressant, c’est que James Clemens n’en a laissé aucun au hasard. Chacun prend son importance dans l’histoire, on voit les caractères évoluer.Et donc, Elena, le personnage principal, n’échappe pas à cette règle. On la voit prendre conscience de l’étendue de son pouvoir, quitter la petite fille qu’elle était pour devenir de plus en plus femme. Je dois cependant vous avouer que j’ai eu quelques craintes la concernant. En effet, j’ai trouvé qu’à un moment la ritournelle de la pôôvre fillette qui en a « maaarre que tous mes zamis ils meurent à cause de mouaaa, oh non, non, non je n’irai pas me mettre en sécurité parce que non, je ne veux plujamédlavie que mes avis souffrent à cause de mouaaa, et même si ça met tout le monde en danger, je n’écouterai paaaas », était un peu trop présent au début de l’histoire. Un peu comme si l’auteur ne voulait pas faire grandir l’héroïne trop vite en lui collant cette image de gamine capricieuse. Par chance, à la fin du roman on ne retrouve pas cela. Et j’apprécie car je pense que, outre le fait de redondance dans l’histoire, cela démontre qu’Elena murit.Concernant les autres personnages, je les ai trouvés très intéressants. J’ai aimé faire la connaissance de nouveaux peuples, notamment les mer’ai et puis les dragons des mers. J’ai plusieurs fois pensé à Robin Hobb ou encore Ursula LeGuin en croisant ces peuples des mers. Cela dit, j’ai pensé à Garion de la Belgariade à travers Elena, j’ai pensé au Seigneur des anneaux lors de différents passages… Mais comme je l’ai dit, cette Saga reprend les codes très connus de la fantasy. A travers toutes les peripéties, les combats menés par les héros, j’ai trouvé qu’il se dégageait de ce récit une certaine tendresse et même beaucoup d’humanité. Car entre deux grosses frayeurs, entre deux combats mortels ou courses effrenées, l’auteur arrive à insuffler des moments à la fois drôles et touchants, comme pour nous rappeler que finalement notre plus grande force nous vient des émotions les plus fortes. Je pense notamment à deux passages : Le premier, lorsqu’Elena et Mycelle se parlent seules à seules pour la première fois. Le deuxième, lorsque le Kroc’an vient tuer le monstre noir. J’avoue que cette seconde scène m’a bien fait rire ^^. En conclusion, cette saga me plait toujours autant, et j’ai hâte de connaître la suite.

Nelcie
12/02/13
 

Le premier tome avait été une bonne surprise pour cet esprit assez classique de la fantasy mais avec le recul je me rend compte qu'un petit quelque chose avait freiné ma lecture, petit truc que j'ai retrouver dans ce tome. En effet, le seul reproche que je pourrais faire à cette histoire tient plus de la forme que du fond : j'ai trouvé que James Clemens avait une écriture beaucoup trop précise et détaillée pour moi et du coup j'ai trouvé quelques longueurs au texte.Cela dit, j'aime beaucoup sa façon de s'exprimer : on sent que tout mot a été écrit avec beaucoup de reflexion et de soins. Rien n'est laissé au hasard et pourtant le texte est loin d'être carré, il est même très vivant. J'ai beaucoup apprécié de retrouver les différents personnages du tome précédent : surtout Elena. Elle a bien évolué depuis le premier tome, ce qui est très agréable : on voit qu'elle a beaucoup mûrit et grandis en peu de temps. Et puis, j'aime beaucoup la nouvelle confiance qu'elle a en elle et en ses pouvoirs.Le personnage de Vira'ni m'a fascinée : difficile de savoir qui est elle vraiment ! J'ai vraiment été prise entre dégoût et curiosité avec elle et ses "enfants"... L'histoire de ce tome m'a énormément plu : j'aime beaucoup le fait qu'elle soit conduite par les différentes rencontres d'Elena. J'ai beaucoup aimé de voir certaines créatures mythiques faire leur arrivée dans ce livre (je crois, je dois dire que je ne me souviens plus très bien du premier tome...) et ça me laisse présager de belles surprises !Vivement que je lise le tome trois :)

MademoiselleLuna
22/11/12
 

Voilà un second tome assez différent du premier, mais tout autant prenant. Nos héros voient leurs voyages semés d'embûches les caractères et tempéraments de chacun se révèlent. La confiance grandit entre certains qui ne s'entendaient pas. La trahison d'autres semble prochaine, et surprenante. Certains personnages du premier tome meurent et d'autres viennent augmenter ce groupe hétéroclite composé de représentants de diverses peuples d'Alaséa mais qui ont tous le même but : sauver le monde de la destruction. Les ennemis d'Elena la sor'cière ; les hommes du Seigneur noir ; sont nettement plus présent dans ce tome et l'on apprend beaucoup plus de choses sur le passé de chacun d'eux.Elena quant à elle découvre réellement son pouvoir et l'apprivoise selon ses possibilités de jeune fille paysanne. Elle prend, petit à petit, beaucoup plus d'assurance. Son pouvoir grandit en elle et change, évolue vers une terrible puissance ; son frère, Joach, semble lui aussi détenir un grand pouvoir qui ne s'est pas encore déclaré.J'ai eu un peu plus de mal à lire ce tome, surtout au départ : une grosse partie du livre est consacré à la lutte entre nos héros et Vil'lani : élementale transformée par le seigneur noir et qui livre combat avec des araignées. Certains passages sont terriblement angoissant, et, personnellement, j'ai eu beaucoup de mal. Par contre lorsque l'on retourne sous le soleil et sur l'eau avec une jeune mer'ai et son dragon, le sentiment d'angoisse s'évapore et l'on respire à nouveau pleinement.Ce tome met en scene la première bataille de Val'loa et cela présage de terribles batailles à venir. En conclusion : très bon tome où l'on suit nos héros avec grand plaisir, malgré un passage particulièrement angoissant.

Vepug
05/05/12
 

Elena porte désormais la marque de la sor'cière dans la paume de sa main. Cette tâche écarlate est la preuve d'un don fabuleux à la puissance inimaginable: un pouvoir sauvage, séduisant, difficile à contrôler. Seule celle qui maîtrise la magie sanglante peut s'opposer aux créatures et au mal du Seigneur Noir. Pourtant Elena n'est pas encore maîtresse de son pouvoir. Protégée par un guerrier sans âge et une bande de renégats, elle part en quête d'une cité perdue où, selon la prophétie un ouvrage mystique détient la clé de la défaite du Seigneur Noir.Mais si celui-ci la trouve en premier, Elena deviendra son arme la plus terribleAprès quelques hésitations, je me suis enfin lancé dans la lecture de ce second tome. En effet, le premier ne m'avait ni suffisamment plu pour que j'enchaine la lecture immédiatement, ni suffisamment déplu au point de me faire arrêter la lecture de la série.Dans l'ensemble, il ne diffère pas beaucoup du premier bien que de nouveaux personnages fassent leurs apparitions, enrichissant au passage la panoplie de créatures de contes de fées présente dans cette série avec des sirènes et des dragons.Bien que les révélations au sujet d'Elena soient intéressantes, j'ai été un peu déçu de ne pas en apprendre d'avantage sur son adversaire, le Coeur Noir. Ok, c'est un vilain-méchant-pas-beau qui veut, à priori, dominer le monde et qui fait le mal, mais je trouve ça un peu léger.Au contraire, je trouve que certaines particularités, bien détaillées elles, des Malegardes sont un peu trash pour un public jeune.Toutefois, l'histoire, alternant entre les différents groupes (anciens personnages séparés et groupes de nouveaux personnages), est très fluide et se focalise un peu moins sur Elena, qui est loin d'être mon personnage favori.Au final, bien que Les foudres de la sorcière soit plus intéressant que Le feu de la sorcière, il manque la petite touche qu'ont Gemmell et Bottero pour faire d'une histoire une grande épopée.Je lira certainement la suite mais d'avantage par curiosité que par passion.Une nouvelle fois, j'ai retrouvé encore une fois dans un livre de fantasy une référence à la célèbre réplique de l'Arme Fatale "Je suis trop vieux pour ces conneries". Comme la fois précédente, je ne sais pas s'il faut l'attribuer à l'auteur ou au traducteur.

SkarnSha
23/01/12
 

Après un premier tome convaincant et annonciateur d’une bonne série de fantasy, ce 2eme tome est là pour monter le niveau. Les 100 premières pages risquent d’être assez éprouvantes si vous avez en horreur les bestioles à huit pattes. D’ailleurs, ce n’est pas la peine d’être arachnophobe pour avoir la chair de poule et faire une grimace de dégout.^^Après avoir passé quelques mois dans les montagnes où vit Kral et les siens, Elena et la troupe partent pour Val’loa à la recherche du Journal Sanglant, seule arme possible pour vaincre Le Seigneur Noir.On a reproché à cette saga un manque d’originalité et c’est vrai qu’on peut comparer au Seigneur des anneaux. Le Seigneur Noir nous fait penser à Sauron, Shorkan à Saroumane et comme dans le Seigneur des anneaux, la troupe sera forcée de se séparer. Mais il faut quand même se dire que si Clemens reprend des élements qui ne sont pas nouveaux dans la fantasy, il les reprend avec brio et je n’ai pas du tout eu l’impression de lire un copié-collé. Originalité ou pas, il m’a été impossible pour moi de ne pas passer un très bon moment en compagnie des personnages avec l’envie de savoir ce qu’il va leur arriver ensuite.Ce deuxième tome est l’occasion pour l’auteur de faire évoluer les personnages que l’on connaissait déjà. A ce propos, l’évolution d’Elena est intéressante car elle commence à vraiment accepter sa magie et à se considérer autant femme que sorcière. Le lecteur rencontrera aussi de nouveaux personnages qui auront tous un rôle à jouer dans la quête du Journal Sanglant. J’ai d’ailleurs beaucoup aimé le fait que Jordan (le frère d’Elena) soit beaucoup plus présent dans ce tome.Aussi, James Clemens n’épargne pas ses lecteurs en ce qui concerne ses personnages. Les trahisons et alliances se revèlent et le début du roman est caractérisé par la perte d’un des personnages.En conclusion, Les foudres de la sor’cière est un deuxième tome peut-être aussi bien que le premier ou même meilleur. Le lecteur aimera retrouver Elena et ses compagnons et grâce au rythme soutenu, le lecteur ne verra pas le temps passé.

BambiSlaughter
21/07/11
 

Format

  • Hauteur : 23.80 cm
  • Largeur : 15.30 cm
  • Poids : 0.69 kg
  • Langage original : ANGLAIS (ETATS-UNIS)