Les bienveillantes

LITTELL, JONATHAN

EDITEUR : GALLIMARD
DATE DE PARUTION : 21/08/06
LES NOTES :

à partir de
12,99 €
EXISTE EN
Ebook

SYNOPSIS :

« En fait, j'aurais tout aussi bien pu ne pas écrire. Après tout, ce n'est pas une obligation. Depuis la guerre, je suis resté un homme discret ; grâce à Dieu, je n'ai jamais eu besoin, comme certains de mes anciens collègues, d'écrire mes Mémoires à fin de justification, car je n'ai rien à justifier, ni dans un but lucratif, car je gagne assez bien ma vie comme ça. Je ne regrette rien : j'ai fait mon travail, voilà tout ; quant à mes histoires de famille, que je raconterai peut-être aussi, elles ne concernent que moi ; et pour le reste, vers la fin, j'ai sans doute forcé la limite, mais là je n'étais plus tout à fait moi-même, je vacillais, le monde entier basculait, je ne fus
pas le seul à perdre la tête, reconnaissez-le. Malgré mes travers, et ils ont été nombreux, je suis resté de ceux qui pensent que les seules choses indispensables à la vie humaine sont l'air, le manger, le boire et l'excrétion, et la recherche de la vérité. Le reste est facultatif. » Avec cette somme qui s'inscrit aussi bien sous l'égide d'Eschyle que dans la lignée de Vie et destin de Vassili Grossman ou des Damnés de Visconti, Jonathan Littell nous fait revivre les horreurs de la Seconde Guerre mondiale du côté des bourreaux, tout en nous montrant un homme comme rarement on l'avait fait : l'épopée d'un être emporté dans la traversée de lui-même et de l'Histoire.
5 personnes en parlent

Un bon gros pavé, qui nous emmène au fin fond de la seconde guerre mondiale, mais cette fois-ci on se retrouve du côté des méchants...des SS. Au fil des pages on réfléchit, on essaie de comprendre comment machinalement ils mènent une civilisation jusqu'à sa fin ou presque. Un récit brut, troublant, réaliste qui marque. ..

meli
20/08/09
 

Je l'ai lu à sa sortie; écriture plutôt agréable mais le contenu me fait encore frissonner; le piège de ce livre est que le "héros" devient quelque peu sympathique alors que c'est un bourreau! Lire aussi Max, du temps qu'on y est berthe

afbf
27/10/13
 

Les Bienveillantes sont l' un des rares ouvrages que j' ai abandonné, impossible d'aller plus loin l' histoire que je lisais la manière qu' avait le personnage d' aborder sa guerre si elle m' a intéressé pendant quelques dizaines de pages m' a vite écœuré. Sa froideur, sa complaisance, son détachement me rendait malade. Alors grand livre ou pas, une chose est sûr il ne peut laisser indifférent. C' était trop pour moi.

Lacazavent
27/10/13
 

Beaucoup de choses ont été dites sur ce livre, beaucoup trop. C'est un livre, c'est un chef d'oeuvre pour moi. Il faut se laisser emporter par le style trés chirurgicale et technique, pour faire peur, je dirais qu'il faut plusieurs centaines de pages pour s'y adapter, mais lorsque le cap est passé, c'est un vrai envolé. Ce livre m'a marqué, j'aurais même tendance à vouloir le relire une seconde fois, pour s'immerger de nouvau dans récit brut.

Lyrz
14/01/09
 

Les Bienveillantes Un pavé, un rien voyeur mais un premier roman remarqué et récompensé

Format

  • Hauteur : 22.50 cm
  • Largeur : 15.60 cm
  • Poids : 1.13 kg