Les bonnes

GENET, JEAN

livre les bonnes
EDITEUR : GALLIMARD
DATE DE PARUTION : 03/11/78
LES NOTES :

à partir de
6,60 €

SYNOPSIS :

Claire et Solange sont au service de Madame depuis des années. Elles l'aiment beaucoup, à tel point qu'elles décident de la tuer... Quelques gouttes de poison dans le tilleul quotidien, et l'affaire sera réglée. Encore faut-il faire boire sa tisane à Madame, complètement dé-bor-dée depuis que Monsieur est
en prison : et pour honorer au mieux son mari qui va être libéré, il lui faut de nouvelles toilettes, de nouveaux chapeaux... Une comédie qui tourne vraiment mal, une poésie étrange, un théâtre résolument moderne dans lequel chacun cherche sa place : Claire, Solange et Madame forment un trio étonnant.
4 personnes en parlent

Dans un style tout à fait simple et agréable, l'auteur nous transporte au cœur du duo créé par deux domestiques, Claire et Solange, employées par une riche femme dénommée "Madame". Les liens qu'elles entretiennent, tout comme leur comportement, peut sembler à la fois normal et déroutant. Nous sommes pris avec elles, et menées à commettre avec elles le meurtre qu'elles préméditent.Cette histoire semble reprendre le fait divers des sœurs Papin, qui, en 1933 assassinèrent leurs maîtresses. L'auteur a cependant toujours nié s'en être inspiré.Quoiqu'il en soit, la pièce est un délice !

MariePattz
14/05/14
 

Les Bonnes, un sacré texte littéraire qui n'est pas des plus faciles à comprendre et à interpréter. Les phénomènes de théâtre dans le théâtre s'enchaînent, de mise en abyme : on en vient à traiter le monde théâtral à travers une pièce de théâtre. Pour apprécier le texte à sa juste valeur, il faut s'accrocher, et quelle récompense quand on y met de la bonne volonté : une histoire vraiment intéressante de par ses thèmes traités (les castes, le monde théâtral, etc.) ainsi que par son originalité. Genet frappe fort, notamment lors des scènes où les bonnes parviennent à emprisonner Monsieur et jouent l'empoisonnement de Madame. Et quelle chute !Une pièce qui a cependant plus d'intérêt à être jouée qu'à être lue. Clementh

Clementh
27/07/12
 

Les bonnes. Les Diaboliques. Peut être... L'effet miroir de la servitude : une certitude. Un regard et surtout une mise en scène de la domesticité, de la servilité. Femmes folles dans un système établi qui ne peut à bien y regarder que conduire à une pure sauvagerie. Un véritable pousse au crime. Une machine de destruction puisqu'elle déstructure, dépersonnalise les êtres. Les bonnes se mettent en scène chaque jour. A trop jouer de la sorte qui est on vraiment ? Nous sommes tous "au service de" , ...de qui? de quoi? Prenons garde à notre propre mise en scène. C'est ce que je veux retenir de cette pièce. Une étonnante mise en garde. Astrid SHRIQUI GARAIN

atos
24/05/11
 

J’ai eu du mal à vraiment accrocher à cette pièce. L’idée pourtant est bonne, cette mise en scène où les bonnes jouent le rôle de la bourgeoise et mettent au point leur plan machiavelique est insolite mais intéressante. Je dois reconnaître aussi que le style est plaisant, avec de temps en temps des jeux de mots (“Dépouillée, comme dit Madame. Mais quoi, nous sommes des pouilleuses”). Malgré tout, et j’ai du mal à expliquer pourquoi, ça ne m’a pas emballé. Je n’ai pas été captivé par l’histoire, je n’ai pas eu cette sensation que l’on a parfois d’avoir envie de connaître la suite… Je pense qu’il s’agit d’une pièce où l’interprétation influe beaucoup. Aussi, voir cette pièce jouée serait, je crois, beaucoup plus intense que de la lire (comme toutes les pièces vous me direz mais celle-ci plus encore)…Un résumé et un extrait de ce livre sont disponibles sur mon site.

Artsouilleurs
07/02/09
 

Format

  • Hauteur : 17.70 cm
  • Largeur : 11.00 cm
  • Poids : 0.08 kg

Mes garanties furet.com

5% sur tous les livres, Paiement Sécurisé, Réservation gratuite, Satisfait ou remboursé, Débit carte bancaire à l'expédition