Les contemplations

HUGO, VICTOR

EDITEUR : LGF
DATE DE PARUTION : 28/11/72
LES NOTES :

à partir de
5,49 €
EXISTE EN
Ebook

SYNOPSIS :

Collection « Classiques » dirigée par Michel Zink et Michel Jarrety Victor Hugo Les Contemplations Les Contemplations, que Hugo fait paraître en 1856, sont à un double titre marquées par la distance et la séparation : parce que le proscrit qui, dans Châtiments, vient de fustiger Napoléon III, est en exil à Guernesey ; mais aussi parce que le recueil, en son centre, porte la brisure du deuil, et ses deux parties - « Autrefois », « Aujourd'hui » - sont séparées par la césure tragique de l'année 1843 où Léopoldine, la fille de Hugo, disparut noyée. La parole poétique prend naissance
dans la mort, et « ce livre », nous dit l'écrivain, « doit être lu comme on lirait le livre d'un mort ». Mais Les Contemplations construisent aussi une destinée. Il se peut qu'elle emprunte à la biographie de l'écrivain ; on se tromperait pourtant à la confondre avec la sienne. Car si le lyrisme de Hugo touche à l'universel, c'est que le poète précisément dépouille ici l'écorce individuelle pour atteindre à l'intime : le sien propre et celui du lecteur qui saura ainsi se retrouver dans le miroir que lui tendent ces Mémoires d'une âme. Edition de Ludmila Charles-Wurtz.
4 personnes en parlent

Au milieu du recueil, une scansion: la date de la mort de sa fille, juste précédée d'un petit poème écrit dans l'église, pendant la cérémonie du mariage... Il y a un avant, celui de l'enfance rieuse, de la jeunesse austère, celui des polémiques (ah, cette "réponse à un acte d'accusation", comme elle est drôle!) et des expériences stylistiques (remarquables exercices de virtuosité...) et il y a un après: le désespoir, l'exil, le travail de deuil, qui donne tout son sens au titre: contempler, chez ce visuel qu'est Hugo, c'est d'abord prendre de la hauteur, de la distance, du temps, passer de l'action à la description... On lira le dernier livre comme on voudra: formulation particulièrement emphatique d'une métaphysique au fond pas pire qu'une autre, confirmation du principe de Peter (voilà ce qui arrive quand un poète se prend pour un prophète), contre-coup bien excusable de toutes les souffrances endurées, ... mais une chose est certaine, il y a de la grandeur sous cette enflure, de la raison dans cette folie...

MariePattz
17/05/14
 

C’est vrai, je ne l’ai pas lu d’une traite ! On ne lit pas un recueil de poèmes comme un roman ! On pioche, comme on pioche des douceurs dans une bonbonnière, un par-ci, un par-là. Certains se suffisent à eux-mêmes et d’autres n’ont pas de goût, alors on en pioche un autre.Voici Victor Hugo que je redécouvre ou plutôt que je découvre. La dernière fois que j’ai lu un de ses poèmes cela devait être en primaire. Et à l’époque je n’avais pas le recul nécessaire de l’expérience pour apprécier ces écrits.Je partage avec vous un extrait d’Insomnie mais j’aurai pu tout aussi bien parler de La vie aux champs, merveilleux éloge de la campagne, de A propos d’Horace, pertinente réflexion sur l’enseignement, de Ce que c’est que la mort (le titre est assez éloquent !)… C’est un bonheur de lecture, des petits bouts de textes que l’on pioche à mesure des envies et/ou des besoins.J’y ai pris beaucoup de plaisir, oh, oui, certains poèmes me sont restés hermétiques, et je pense que l’âge avançant je découvrirais une autre lecture de ces poèmes, à lire et à relire donc…

Metaphore
25/05/13
 

Grand recueil de poèmes, le fonctionnement de l'ensemble repose sur un élément en particulier, la mort de Léopoldine, la fille de Victor Hugo, dans ces poèmes qui sont différentes étapes de la vie, il parle de l'amour qu'il portait à son enfant et de la douleur de la perte qui change son écriture. Cemella

Cemella
08/05/13
 

Un grand recueil de poèmes, "les mémoires d'une âme", abordant des thèmes divers tels que ses expériences, ses luttes, ses espérances et ses rêves. Victor Hugo dédie certains de ses poèmes comme par exemple à Alexandre Dumas ou Charles Vacquerie, époux de Léopoldine, se sacrifiant en ne pouvant la sauver. Au départ, Victor Hugo souhaitait appeler son oeuvre "Les contemplations d'Olympio" avant de changer pour le titre que finalement on lui connaît.

Lilyptitbout
21/03/11
 

Format

  • Hauteur : 16.50 cm
  • Largeur : 11.00 cm
  • Poids : 0.31 kg

Mes garanties furet.com

5% sur tous les livres, Paiement Sécurisé, Réservation gratuite, Satisfait ou remboursé, Débit carte bancaire à l'expédition