Les coups

MECKERT, JEAN

EDITEUR : GALLIMARD
DATE DE PARUTION : 27/03/02
LES NOTES :

à partir de
6,99 €
EXISTE EN
Ebook

SYNOPSIS :

« C'est l'histoire toute simple d'un gars qui fait le manoeuvre dans des petits ateliers de mécanique. Félix tente d'expliquer en phrases saines et drues son désarroi d'être incompris et de mal comprendre. Que ce soit dans ses discussions avec ses patrons, avec les cousins ou avec sa femme, Paulette, Félix souffre toujours de savoir mal s'exprimer. Il lui arrive même d'entrer en conflit, dans
l'esprit de sa femme, avec de superbes mots de roman-feuilleton, et de perdre la bataille. Alors, il bat sa femme, au bout du désespoir. Tout comme on est contraint de faire la révolution lorsque les mots, les échanges et finalement l'existence ont perdu tout leur sens profond pour sombrer dans la vulgarité des idées trop couramment reçues et trop rarement ressenties. » Jean Meckert.
2 personnes en parlent

Dans le Paris des années 1940, Félix, un jeune ouvrier, rencontre Paulette issue d’une famille de la classe moyenne.[...] Il a conscience du temps et de sa jeunesse qui filent, mais aussi de sa classe qui le maintient au bas de l’échelle, sans espoir d’enrichissement ni d’ascension sociale. Sa conscience de classe l’étouffe. Il se sent écrasé par ses semaines de dur labeur payées trois francs six sous, entrecoupées de quelques heures de “liberté” le dimanche.[...] Les Coups est un texte discret, mystérieux et plein de charme, qui parle un langage ancien, qui évoque une population aujourd’hui muselée. On retrouve des thèmes chers à Jean Meckert : la condition sociale et la relation conflictuelle au travail, l’ambition écrasée par l’absence d’ascension sociale, les bonheurs au rabais.[...] Il est difficile d’en dire plus sans gâcher la découverte de ce texte. Mais sans trop en dire, dans le thème de l’incommunication, les conversations entre bourgeois et ouvrier sont un vrai régal, un condensé de sottise, de vantardise et de suffisance. On a tous des réminiscences de discussions vides et ennuyeuses, bouffies d’orgueil, qu’on est obligé de se farcir pour rester poli (dans votre propre belle-famille ?).En ouvrant ce roman, on plonge dans la langue argotique des ouvriers parisiens des années 1940, travaillée avec amour par Jean Meckert. Les mots sont certes difficiles à déchiffrer, mais le plaisir de lecture est immense, car c’est comme ouvrir un pan d’histoire de la langue française ; chaque page apporte son lot de mots et d’expressions étranges, à l’usage détourné et retourné, et forment un morceau de poésie et d’authenticité.L'article entier sur Bibliolingus :http://www.bibliolingus.fr/les-coups-jean-meckert-a118463936 Bibliolingus : un livre par semaine, dans Postérités, Pérennes, Éphémères, Oubliettes et Essais ;) http://www.bibliolingus.fr

Lybertaire
14/08/15

Félix, manoeuvre dans un atelier de mécanique, rencontre Paulette, qui sort d'une histoire d'amour compliquée. Félix aimerait bien avoir une bonne petite femme afin de prendre soin d'elle, de l'aimer. Le couple se forme, ainsi commence la romance. Les dimanches passés en famille avec les cousins ou à la campagne avec les amis ravissent Félix qui n'attendait que cela. Puis la machine de l'amour n'est plus aussi vive qu'au début, on s'habitue l'un à l'autre, la routine s'installe. Chapitre après chapitre, on voit bien les modifications des rapports entre les personnages : les débuts tout en rose, les premières disputes suivies de réconciliations câlines et de promesses éternelles, LA grosse dispute puis les coups. Le lecteur ressent cruellement le manque de confiance de Félix qui intéragit toujours avec sa violence : lorsque Félix ne trouve plus ses mots ou n'arrive plus à répondre, il cogne sur Paulette. Meckert se penche constamment sur la langue du texte : c'est l'outil indispensable pour distiller l'atmosphère du livre, pour rendre « le parler parisien » de l'époque du Front populaire, pour raconter simplement un homme ouvrier en ménage avec une petite bourgeoise. Les coups est une sorte de lutte des classes par la lorgnette d'un sentiment intemporel : l'amour.

SophieC
07/04/10
 

Format

  • Hauteur : 17.80 cm
  • Largeur : 10.80 cm
  • Poids : 0.17 kg

Mes garanties furet.com

5% sur tous les livres, Paiement Sécurisé, Réservation gratuite, Satisfait ou remboursé, Débit carte bancaire à l'expédition

Dans la même catégorie