Les desastreuses aventures des orphelins baudelaire t.3 ; ouragan sur le lac

SNICKET, LEMONY

EDITEUR : NATHAN
DATE DE PARUTION : 28/05/09
LES NOTES :

à partir de
4,49 €
EXISTE EN
Ebook

SYNOPSIS :

M. P ? confie les enfants à leur tante Joséphine, passionnée de grammaire. Joséphine tombe très vite sous le charme d'un certain capitaine Sham...
et disparaît bientôt, laissant derrière elle une lettre d'adieu pleine de fautes de français : étrange pour une personne douée en orthographe...
6 personnes en parlent

Un nouvel opus des Orphelins est toujours synonyme de nouveaux malheurs dans leur vie ! Cette fois, ils se rendent sur le lac Chaudelarme pour vivre avec une vieille tante excentrique - Agrippine - obsédée par la grammaire et l'orthographe, et accessoirement effrayée par tun peu et n'importe quoi (pensez ! Un paillasson peut devenir une arme destructive, le téléphone est une invention destinée à nous électrocuter, sans parler du fourneau, des poignées de porte et des cambrioleurs !...)Mais leur séjour dans cette maison grise et triste pleine de courants d'air n'est pas de tout repos puisque le comte Olaf les retrouve, déguisé cette fois en loueur de voiliers ! Affublé d'une jambe de bois et d'un de ses nombreux complices, il cherche toujours le moyen de s'emparer de la fortune des orphelins.Chaque nouveau tome nous permet d'explorer de nouveaux lieux, de nouvelles bibliothèques, de nouveaux déguisements d'Olaf, mais surtout, toutes les épreuves subies rapprochent de plus en plus le frère et les deux soeurs ! Malgré leur poisse, ils prennent peu à peu conscience du maigre bonheur qui leur reste : rester ensemble et soudés malgré la tournure désastreuse des évènements et les harcèlements d'un comte Olaf vraiment très imaginatif !J'ai particulièrement aimé ce tome-ci. Je ne sais pas si ça tient à l'aspect de plus en plus triste et sombre de leur destin, mais j'ai aussitôt attaquée la suite : Cauchemars à la Scierie (désolée Syl !) et j'ai bien l'impression que l'histoire va prendre une nouvelle tournure...Et j'aime toujours autant les fréquentes incursions de l'auteur qui apportent une note d'humour et d'excentricité supplémentaire à son récit. J'ai entendu dire que plus on avance dans la série et plus l'histoire est prenante, et c'est bien mon impression pour l'instant !...

un flyer
09/11/11

Encore une aventure à dévorer des six compagnons ... Vers où seront-ils menés par leurs enquêtes ? A vous de le découvrir dans cette nouvelle escapade des Six compagnons, Les 6 compagnons de la Croix- Rousse !!! Arthur

TiReader
12/04/10

Ouragan sur le lac, tome 3 : après avoir laissé les orphelins Baudelaire dire adieu au Laboratoire des serpents de leur oncle Montgoméry, ils débarquent chez la lointaine tante Agrippine qui vit dans une demeure sur pilotis au-dessus du lac Chaudelarmes. Surprenante introduction de cette veuve qui souffre de mille précautions à force d'être peureuse de tout et de rien ! Pourtant, ce qu'elle aime par-dessus tout c'est l'orthographe et la grammaire. Et dans ce tome 3, cette passion sera la clef déterminante pour l'intrigue générale. Car on se doute que les enfants Baudelaire vont de nouveau affronter leur redoutable ennemi, le comte Olaf, déjouer ses plans machiavéliques et démasquer ses supercheries, ses costumes, etc. Et comme toujours ils ne devront compter que sur eux-mêmes pour se sauver des mauvais pas ! Entourés de l'ami de la famille, Mr Poe, toujours aussi incompétent de clairvoyance, Violette, Klaus et Prunille Baudelaire ne vont pas hésiter d'avaler des bonbons à la menthe, de souffrir d'allergie, d'emprunter un bateau à voile et de naviguer sur le lac par avis de tempête... dans le but d'échapper au comte Olaf qui veut mettre la main sur leur héritage. C'est décidément à craindre de recueillir ces trois enfants aux mésaventures de plus en plus sordides car les tuteurs ne cessent de se suivre, de ne pas se ressembler, sauf pour leur incrédulité. Les adultes, vus par Lemony Snicket, n'ont vraiment pas le beau rôle ! Ou bien ces trois enfants Baudelaire sont finalement trois génies qu'on ne présente plus. L'auteur feint d'être peiné de narrer leurs désastreuses aventures, alors qu'on le soupçonne bien de se bidonner derrière son pupitre. Et nous aussi !

Clarabel
23/02/09

Cette couverture est aussi belle que celles des deux tomes précédents.Sur celle-ci, on y voit sur un fond violet foncé un cadre où en premier plan on y voit une jeune fille, qui peut s’apparenter à Violette, tenant un bébé dans ses bras que nous pourrions deviner aisément comme étant Prunille. En second plan nous voyons un jeune garçon dans un siège de salon en train de lire un livre et au troisième plan on distingue un ouragan arrivant tout droit sur ces trois jeunes enfants.Pour ce qui est du livre :Les chapitres sont assez courts tout comme les deux autres tomes précédents et il y a toujours de jolies illustrations qui ornent à chaque fois le début de ceux-ci.L’écriture est très aérée et très facile à lire.Nous aimons que l’auteur fasse quelques annotations personnelles qui nous font bien rire à chaque fois.C’est un livre très bien conçu où nous voyons encore un avenir tourmenté pour les enfants Baudelaire.Tout commence bien, les enfants sont très vite recueillis par une autre personne leur famille mais la suite de l’histoire va se gâter. Il y a toujours de mauvaises et de bonnes personnes tellement naïves qu’elles ne veulent pas croire les orphelins et en deviennent vite pénibles. Sinon tout l’histoire est très bien conçue, nous nous doutons que ces orphelins n’auront encore pas une minute de répit dans ce roman mais, nous avons la joie de les retrouver encore plus fort et plus combattant que dans le tome précédent.L’auteur nous plonge dans un univers assez sombre cette fois-ci. Nous nous représentons un endroit assez obscure remplit de nuages, mais les enfants Baudelaire redonnent de la lumière et de la couleur à ce roman fabuleux.Est-ce que j’ai aimé ce livre ?Encore une fois j’ai adoré cette suite. Bon, pour moi il est un peu moins bon que le tome précédent mais au final j’ai quand même hâte de lire la suite. J’aime beaucoup les descriptions de l’auteur et le fait aussi qu’il nous plonge vraiment au cœur de l’histoire c’est comme si nous y étions pour de vrai en compagnie de ces chers orphelins Baudelaire. Donc c’est pour moi, une histoire très plaisante à lire même si nous voyons que les orphelins n’ont pas finis d’en baver. Méli

lesangdeslivres
26/10/13
 

Ces livres sont toujours aussi génial même si on sait comment va se terminer la fin du livre. Malgré tout, je veux lire tous les tomes de cette série, surtout qu'il y en a beaucoup.

annabook
04/07/13
 

Avec ce troisième tome des Aventures des Orphelins Baudelaire (le titre français), j’avance doucement mais surement dans plusieurs de mes challenges (lecture en vo, ABC imaginaire et surtout, celui des séries !) et je suis très fière de moi. Et j’ai apprécié ma lecture, qui plus est, ce qui n’est pas négligeable. Je lui préfère peut-être le tome précédent (côté intrigue) et pourtant, c’est sans doute ce troisième opus qui me marquera le plus depuis le début… Etrange. Je ne possède malheureusement pas la suite mais j’espère bien la trouver un jour en anglais, pour continuer dans ma lancée ! En revanche, je vous épargne la chronique dans la langue de Shakespeare (de toute façon, je ne crois pas que ce serait particulièrement lisible…).Qui dit troisième tome dit troisième aventure. En effet, le schéma narratif se construit sur le modèle du livre précédent. Nous retrouvons les trois enfants Baudelaire : Violet, Klaus et Sunny, à nouveau complètement orphelins, à nouveau placés par Mr Poe, chez un nouveau tuteur. Cette fois, il s’agit d’une femme, une tante éloignée : Aunt Josephine. Alors que les trois orphelins s’accommodent tant bien que mal des peurs et maniaqueries de leur nouvelle tutrice, le Comte Olaf, leur pire ennemi, revient dans le paysage, déguisé mais reconnaissable et parvient à embobiner tous les adultes pour s’accaparer les enfants (et donc leur fortune). Rien de bien extraordinaire comme vous pouvez le voir, mais ce qui fait l’intérêt de ce troisième tome, c’est l’originalité et la force des personnages, notamment la vieille tante un peu loufoque. Récemment veuve, Aunt Josephine vit au sommet d’une colline, dans une maison branlante, juste au dessus du lac aux sangsues (Lake Lachrymose). Terrifiée par tout et n’importe quoi (le téléphone qui peut électrocuter, la gazinière qui peut exploser, les agents immobiliers qui peuvent… on ne sait quoi…) et complètement obnubilée par la grammaire et l’orthographe, la vieille dame n’est pas méchante mais n’est pas d’un très grand réconfort. Et lorsque le Comte Olaf, déguisé sous les traits d’un marin du nom de Captain Sham, débarque en ville et lui fait les yeux doux, elle tombe dans le panneau, malgré la mise en garde des enfants qui eux, ont bien reconnu leur ennemi derrière la jambe de bois et l’œil bandé. Celui-ci, cruel comme jamais, est prêt à tout pour récupérer la fortune des Baudelaire, n’hésitant pas à pousser la tante Josephine au suicide…Encore une fois, et je trouve que c’est vraiment très présent ici, il y a un véritable décalage entre les adultes et les enfants. Ces derniers, conscients de tous les dangers et débrouillards, ne peuvent compter que sur eux-mêmes car leurs aînés, bornés et complètement aveugles, ne se rendent compte de rien et se noient dans leurs manies et tics. Mr Poe passe son temps à tousser dans son mouchoir et ne se rend jamais compte de la gravité d’une situation (ou alors quand le mal est fait et réparé). Quant à la tante Josephine, peureuse et tête en l’air, elle ne remarque que les fautes de langage et rien ne revêt plus d’importance que la grammaire dans sa vie. Pauvres Violet, Klaus et Sunny… tous trois sont encore une fois bien lotis. Et malgré tout, ils restent fidèles à eux-mêmes : déterminés, intelligents, solidaires. Violet et ses cheveux attachés lorsqu’elle réfléchit pour inventer un système, Klaus et ses livres, Sunny et ses dents affûtées qui ne ratent jamais leur cible ! Ils connaissent parfois des moments de profonde tristesse et mélancolie (mais, qui n’en connaîtrait pas après avoir perdu ses parents et en étant traîné de foyer en foyer chez des tuteurs plus incapables les uns que les autres ?) mais savent toujours rebondir et attraper la lueur d’espoir qui passe.Et Lemony Snicket met très bien en scène cette dualité : le fond (l’histoire) est particulièrement grave et déprimante, mais il évite de peser trop sur le moral du lecteur en traitant la forme de façon humoristique, avec beaucoup d’ironie. Le ridicule et la bêtise des adultes sont tellement prononcés qu’il est difficile de ne pas sourire devant leurs (absences de) réactions. Vous pouvez donc y aller (et les plus jeunes lecteurs également), vous ne vous tirerez pas une balle après cette lecture.J’ajouterai que, ceux qui souhaitent tenter la lecture en vo, peuvent tout à fait se lancer dans cette saga certes longue (13 tomes) mais très abordable niveau vocabulaire et syntaxe. Il reste quelques termes un petit peu difficiles, mais l’auteur les explique, la plupart du temps (et oui, ce sont des livres pour enfants au départ…). Même si vous n’êtes pas bilingues (ce que je ne suis assurément pas), vous comprendrez tout de même l’ironie mise en place par Lemony Snicket et apprécierez son style.Dans la continuité des deux premiers, ce troisième tome reprend le même schéma narratif mais se distingue par l’arrivée d’un nouveau personnage marquant et haut en ridicule. Un fond grave intelligemment atténué par une forme humoristique maîtrisée. Une fin à nouveau ouverte… mais que va-t-il se passer pour les trois orphelins dans le tome suivant ?

DameMeli
22/09/12
 

Format

  • Hauteur : 18.00 cm
  • Largeur : 10.00 cm
  • Poids : 0.18 kg

Mes garanties furet.com

5% sur tous les livres, Paiement Sécurisé, Réservation gratuite, Satisfait ou remboursé, Débit carte bancaire à l'expédition

Dans la même catégorie