Les echelles du levant

MAALOUF, AMIN

EDITEUR : LGF
DATE DE PARUTION : 01/04/98
LES NOTES :

à partir de
5,49 €
EXISTE EN
Ebook

SYNOPSIS :

Amin Maalouf Les Echelles du Levant «Echelles du Levant», c'est le nom qu'on donnait autrefois à ce chapelet de cités marchandes par lesquelles les voyageurs d'Europe accédaient à l'Orient. De Constantinople à Alexandrie, en passant par Smyrne, Adana ou Beyrouth, ces villes ont longtemps été des lieux de brassage où se côtoyaient langues, coutumes et croyances. Des univers précaires que l'Histoire avait lentement façonnés, avant de les démolir. Brisant, au passage, d'innombrables vies. Le héros de ce roman, Ossyane, est l'un de ces hommes au destin détourné. De l'agonie de l'Empire ottoman aux deux guerres mondiales et aux tragédies qui, aujourd'hui encore, déchirent le Proche-Orient, sa vie ne pèsera guère plus qu'un brin de paille dans la tourmente. Patiemment, il se souvient, il raconte
son enfance princière, sa grand-mère démente, son père révolté, son frère déchu, son séjour en France sous l'Occupation, sa rencontre avec Clara, leurs moments de ferveur, d'héroïsme et de rêve ; puis la descente aux enfers. Dépossédé de son avenir, de sa dignité, privé des joies les plus simples, que lui reste-t-il ? Un amour en attente. Un amour tranquille, mais puissant. Peut-être, en fin de compte, plus puissant que l'Histoire. Il est des personnages de roman qui s'imposent par l'universalité de leur histoire. Leur destin particulier porte témoignage de millions d'autres ; à travers leurs amours, leurs drames, leurs espérances, des peuples se reconnaissent... Ossyane est de ces héros romanesques qui ont la présence des personnages mythiques. Pierre-Robert Leclercq, Le Monde.
2 personnes en parlent

Un titre qui invite au voyage, un auteur qui me donne à chacune de mes lecture un plaisir différent...la certitude de passer de belles heures de lecture. Il n'en fallait pas plus pour me tenter..Un jeune homme amoureux d'histoire reconnait sur un trottoir parisien le regard d'un homme dont la photo figurait dans la partie "Libération de Paris"d'un de se livres d'histoire ...L'homme était alors bien plus jeune...il cherche sa voie sur un plan, le jeune homme le renseigne, l'accompagne...L'homme n'est pas banal : ancien résistant, il cherche à parcourir les trente-neuf rues ou avenues parisiennes qui portent le nom de héros de la Résistance décédés lors de la Libération de Paris...ses amisL'amoureux d'histoire demande à celui qui a participé à l'Histoire de raconter sa vie. Il s'appelle Ossyane, ce qui veut dire rébellion, insoumission. Un prénom qui le définit si bien.Réticent, l'homme accepte de raconter son histoire....c'est le début de quelques veillées de souvenirs, il a trois jours à passer à Paris, trois jours d'attente avant un rendez-vousJe laisse à chacun le plaisir de ce voyage dans l'Orient qui va de la Turquie au Liban en passant par Israël ...Un voyage dans le temps qui va nous transporter du 19ème siècle dans des familles royales turques, au génocide arménien, en passant par les guerres contemporaines du Liban et l'occupation allemande, la difficile construction d'Israël..Un grand roman d'amours, roman d'amour d'un homme pour son pays, sans aucun doute l'Amour et la nostalgie de l'auteur pour son pays, roman d'amour filial et d'admiration d'un fils pour son père, un fonds autobiographique sans aucun doute, mais aussi roman d'amour entre un homme de culture musulmane et une jeune femme juive, sans la mièvrerie habituelle qu'on trouve souvent dans cette littérature, ...et aussi roman d'un autre homme qui toute sa vie manqua d'amourUn roman sur l'Amour qui permettrait de résoudre bien des conflits générationnels, familiaux, culturels, ethniques, religieux...l'amour d'un sage pour la paix.Un message de PaixJe n'en dirai pas plus.Chaque lecture d'Amin Maalouf est une découverte; chacune nous interroge, et toutes apportent la certitude de longues heures de plaisirJe n'ai pas fini de vous en parler ... JPV

JPV11
07/04/16
 

Lorsque je rédige un billet sur une de mes lectures, je n'ai jamais écrit de partie spécifique à l'auteur. Pourtant dans ce roman, cela m'apparaît presque indispensable tant cela peut compléter la connaissance de l'oeuvre elle-même. Amin Maalouf, naît à Beyrouth en 1949, d'un père journaliste, mais aussi peintre et poète, de confession protestante, et d'une mère francophone et catholique dont la famille a vécu à Istanbul. Lorsque la guerre au Liban éclate en 1976, Amin Maalouf vient s'installer en France avec toute sa famille. C'est ce côté multi culturel qui m'a frappé dans sa biographie après la lecture du roman. J'ai compris pourquoi il avait fait d'Ossyane un être profondément tolérant, profondément humaniste.Mon avisCette histoire est celle d'Ossyane Ketabdar, dit Bakou. Elle nous est contée via la plume du narrateur, qui peut être Amin Maalouf lui-même. En effet la narration commence à Paris, en 1976, date à laquelle l'auteur s'installe en France. Le narrateur nous apprend que l'homme qu'il vient de rencontrer avait sa photo dans son livre d'histoire, qu'il faisait partie des hommes du Vieux Pays qui étaient allés se battre, en Europe, dans les rangs de la Résistance. C'est précisément parce qu'il est féru d'histoire, que le narrateur décide de suivre le vieil homme et de faire en sorte qu'il lui raconte sa vie. La narration se déroule sur cinq jours, du mercredi, jour de la rencontre entre les deux hommes, au dimanche.Son histoire familiale commence à Istanbul, cinquante ans avant sa naissance. On y apprend qu'Ossyane est le descendant d'une famille régnante d'Orient. Sa grand-mère Iffett a été prise de folie lorsqu'elle a découvert son propre père, déchu de son trône, mort dans sa chambre. Cette folie ne la quittera plus même lorsqu'elle devient la femme de son médecin, le docteur Ketabdar, et qu'elle a un fils, le père d'Ossyane. Celui-ci reçoit une éducation dispensée par des précepteurs. S'ensuit à l'adolescence du jeune homme, et à la mort du docteur, une sorte de salon où il est de bon ton de discuter, et d'échanger, notamment autour des progrès scientifiques de l'époque. Ce foyer d'échange modèlera profondément le père d'Ossyane. Il est d'ores et déjà entouré d'étrangers, de minorités ethniques. Lui-même est Turc et son meilleur ami, Noubar, est Arménien à une époque où ces échanges sont d'ores et déjà malvenus. De cette amitié naîtra une famille puisque le père d'Ossyane épousera la fille de Noubar. C'est de cette union, que naîtra Ossyane.Avec le récit de sa vie, Ossyane nous entraînera du Liban à Montpellier puis à Paris où il rencontrera celle qui deviendra sa femme des années plus tard. Ils décident de s'installer au Levant, entre Haïfa et Beyrouth. Jusqu'au moment où ils vont être rejoints par l'Histoire.Ce récit est profondément marqué par la tolérance: tolérance religieuse, tolérance envers les différents peuples et leurs croyances, leurs coutumes, tolérance envers la folie.BilanJ'ai pris un énorme plaisir avec cette rencontre littéraire. Il est certain que je poursuivrai la découverte des écrits de l'auteur. Je suis d'autant plus ravie que mon fils l'a apprécié également, ce qui lui permet de découvrir d'autres textes que les écrits d'héroïc fantasy qu'il affectionne particulièrement.

scor13
04/03/11
 

Format

  • Hauteur : 17.80 cm
  • Largeur : 11.00 cm
  • Poids : 0.14 kg

Mes garanties furet.com

5% sur tous les livres, Paiement Sécurisé, Réservation gratuite, Satisfait ou remboursé, Débit carte bancaire à l'expédition