Les falsificateurs

BELLO, ANTOINE

EDITEUR : GALLIMARD
DATE DE PARUTION : 22/05/08
LES NOTES :

à partir de
5,99 €
EXISTE EN
Ebook

SYNOPSIS :

C'est l'histoire d'une organisation secrète internationale, le CFR (Consortium de Falsification du réel) qui falsifie la réalité mais dont personne ne connaît les motivations. C'est l'histoire de quelques une des plus grandes supercheries de notre époque : de Laïka, la première chienne dans l'espace, qui n'a jamais existé, de Christophe Colomb

qui n'a pas découvert l'Amérique, des fausses archives de la Stasi. C'est l'histoire d'un jeune homme, embauché par le CFR, qui veut comprendre pourquoi et pour qui il travaille. C'est l'histoire d'une bande d'amis qui veulent réussir leur vie, sans trop savoir ce que cela veut dire. C'est, d'une certaine façon, l'histoire de notre siècle.

10 personnes en parlent

Formidable !Amis des histoires de l'ombre, ce livre est pour vous.Sliv Dartunghuver est un jeune diplômé en géographie de l'université de Reykjavik. Alors qu'il cherche du travail, il se fait recruter par une bien curieuse organisation ultra secrète, le CFR ou Consortium de falsification du réel, dont les membres "s'amusent" à modifier la réalité et ce pour des raisons bien mystérieuses.Antoine Bello signe ici le premier volet d'un diptyque qui se poursuit avec "Les éclaireurs".L'auteur ne perd pas de temps et entre très rapidement dans le vif du sujet. Et au fur et à mesure du roman, le lecteur découvre une réalité parallèle des plus surprenantes. En effet, des hommes et des femmes se chargent de changer la réalité en lui incorporant des faits de toutes sortes, économiques, politiques, artistiques, ethnologiques... qui vont venir se greffer sur des faits existants.Antoine Bello met ainsi en place un vertigineux voyage dans le monde de la fiction, développant certains des scénarios de ses personnages et nous plongeant dans une réalité parallèle qui amène forcément à la paranoïa.C'est véritablement toute la perception que l'on peut avoir du monde qui est ici remise en cause. Et le pouvoir démiurgique que certains peuvent se permettre de manifester à son égard.L'auteur fait également preuve d'érudition et de savoir-faire en matière d'utilisation de l'information, tout comme il se montre parfaitement lucide face à l'état du monde, à l'humanité, à la société en général, et notamment au monde de l'entreprise (car finalement, le CFR fonctionne, semble-t-il, comme une multinationale).Bref, une formidable machine fictionnelle, aux personnages parfaitement crédibles.Je remarque au passage que le précédent roman d'Antoine Bello, "Eloge de la pièce manquante", ressemble assez bien à un dossier monté de toute pièce par les hommes du CFR.Maltese

Maltese
15/06/09
 

Un livre trés abordable, qui donne envie de connaitre la suite, on se laisse vite prendre à l'historie que je vous laisse le plaisir de découvrire par vous même, un suspens bien utilisé, une intrigue qui fonctionne, un bon thriller si on peut le définir comme tel, le seul petit bémol serait d'ordre "ethique", il faut bien lire ce roman comme un fiction, au risque de tomber dans un paranoia "comploiste" néfaste.

Lyrz
14/01/09
 

J’aime la plume d’Antoine Bello qui m’avait déjà charmé avec « Roman américain« .Cette fois-ci, il s’agit d’une trilogie dont la première partie m’a passionnée. Même si parfois, l’auteur me parle de façon un peu trop détaillée à mon goût de finance (passages que j’ai lu en diagonale, il faut le dire).J’ai aimé cette organisation mystérieuse dont les buts et les financements restent encore opaques.J’ai aimé découvrir les falsifications mondiales dont l’auteur se fait écho. Même si cela a déclenché en moi une espèce de paranoïa vis-à-vis des informations nationales et internationales.La seconde partie m’attend déjà.L’image que je retiendrai :Celle de la neige et de la foret à Krasnoyarsk dans lesquels le héros part faire de longues promenades solitaires. Alex-Mot-à-Motshttp://alexmotamots.wordpress.com

AlexMotaMots
28/08/15
 

Sliv Dartunghover accepte, via une petite annonce, un emploi au CFR (Consortium de Falsification du Réel) qui déploie ses antennes à travers le monde entier et emploie des milliers d’agents. Sa tâche est simple : falsifier, modifier, changer quelques événements historiques, politiques ou culturels sans autre but avoué que de suivre les directives du Plan, organisme centralisateur du CFR. Sliv se pique au jeu et commence alors une ascension professionnelle fulgurante au sein du CFR. Le lecteur suit donc son parcours, ses missions, sa vie, ses relations avec ses collègues tous particulièrement bien campés et avec des personnalités étonnantes. Mais, au fur et à mesure de son travail, Sliv veut absolument découvrir la finalité du CFR, s’engageant à corps perdu à résoudre cette énigme. Avec un humour et un style fluide, Antoine Bello nous entraîne vers l’autre côté du miroir (pour paraphraser Lewis Carroll), vers un monde falsifié dans lequel chaque source de référence est manipulée, réécrite afin de former une nouvelle vérité, un nouveau réel. La trame narrative est si bien ficelée que le lecteur, parfois, bascule dans l’histoire à tel point qu’il croit réellement ce qu’il lit : Laïka n’aurait jamais été le premier être vivant dans l’espace, le massacre de Timisoara aurait été orchestré par un agent du CFR, les vikings seraient les premiers à avoir découvert l’Amérique. La suite des aventures de Sliv est parue sous le titre Les éclaireurs, bien que ce dernier puisse être lu indépendamment des falsificateurs.

SophieC
09/08/14
 

Sliv Dartunghuver, jeune géographe islandais, se retrouve embauché par une organisation secrète internationale, le CFR – Consortium de Falsification du Réel, qui falsifie la réalité, mais dont personne ou presque ne connaît les réels objectifs.On apprendra au cours du roman qu'il y a plusieurs archétypes d'agents du CFR. Les joueurs, qui prennent des risques pour produire le meilleur scénario, les idéalistes qui veulent pointer les dysfonctionnements et changer le monde, et les gardiens du temple, excellents falsificateurs, spécialistes des pièces à conviction, qui produisent des dossiers très solides.Antoine Bello, avec « Les falsificateurs », est un agent hors classe, tant il cumule dans ce roman les qualités des trois archétypes d'agents du CFR.Le scénario des falsificateurs est très audacieux– une organisation internationale, le CFR, qui falsifie la réalité (la conquête spatiale russe, le sort des bochimans, les mémoires de la Stasi, etc.) pour des buts qui semblent nobles, mais le sont-ils vraiment ? Antoine Bello est un idéaliste qui pointe nos peurs – la conspiration et la manipulation du monde tel que nous le percevons, mais qui offre aussi une caisse de résonance à nos idéaux – vivre une vie hors normes, une vie en harmonie avec ses valeurs, acquérir une culture encyclopédique et universelle, laisser une trace.Et enfin, malgré l'ambition du sujet, le scénario est en béton armé, laissant dans la mémoire et la rétine une vision en cinémascope de cette folle histoire. Mais, cette histoire est-elle vraiment si folle ?

MarianneL
09/07/13
 

Avec ces livres, nous sommes plongés dans une société ou pratiquement tous les faits importants tant politiques, sociaux ou économiques sont faux, fabriqué de toutes pièces par le CRF (Consortium de falsification du réel), société secrète dont personne à part ses hauts dirigeants ne connaissent la finalité. Dans le premier tome (et le deuxième aussi) on suit Sliv, homme tout à fait ordinaire jusqu’à ce qu’il soit recruté par Gunnar, son chef dans la société où il travaille officiellement. Cette société échafaude des histoires, des “scénarios”, qui chacun doivent être appuyé par des preuves. On a donc deux catégories de personnes qui se distinguent : les scénaristes et les falsificateurs. Sliv fait parti des scénaristes, et il en deviendra un de talent. Je ne sais pas trop quoi dire sur ces livres, j’ai adoré mais je ne serai pas vous dire pourquoi, je vais essayer. Je me suis attachée aux personnages, je voulais moi aussi connaître la finalité du CRF, les scénarios mis en place m’interessaient beaucoup… On suit les différents dossiers que Sliv fait, ses erreurs, sa manière de falsifier. Et tout ça m’a beaucoup plu. On entre dans un monde qui est le notre mais dans lequel toutes nos bases sont fausses. J’ai trouvé cette idée très intéressante, on apprend pas mal de choses à la lecture de ce livre, on se pose des questions, on se demande ce qu’on aurait fait à la place du héros, etc… Le premier tome se centre beaucoup sur l’intégration de Sliv dans le CFR, la hiérarchie de cette complexe organisation. On navigue avec Sliv dans l’incertitude de travailler pour un but qui est contre notre idéologie. Les dossiers de Sliv sont très différents les uns des autres, on prend donc plaisir à découvrir chacun. Dans le deuxième tome, nous commençons le récit en septembre 2001, tout le livre est donc centré uniquement ou presque sur les attentats du 11 septembre, sur Al-Quaida, la gouvernance de Bush… Et toutes les actions que mène le CRF dans cette affaire. Sliv s’interroge, et si le CFR était à l’origine de cet attentat ? Une bonne partie du livre se construit donc selon cette interrogation.Je suis pas sûre que ça se ressente dans ce que j’ai écrit ci-dessus, mais ces deux livres sont des coups de coeur ! Avec peut être une préférence sur le deuxième qui pousse la réflexion plus loin, et qui creuse un peu plus.

Elinor
28/02/12
 

L’écrivain nous présente Sliv, un jeune homme, qui va être employé par une société : le CFR (Consortium de Falsification de la Réalité il me semble…). C’est une organisation top secrète qui a pour but de falsifier l’information et l’Histoire. Sliv prend cela comme un jeu et s’investit énormément. Il se fixe pour but de découvrir le but de ces manœuvres d’altération de faits réels que seuls les dirigeants suprêmes connaissent.Pour moi, le roman se divise en deux parties qui se scindent exactement au milieu du livre.La première pose le décor et il ne se passe pas grand chose. Je l’ai trouvée un peu longue car c’est assez répétitif. Au bout d’un certain temps, nous n’apprenons rien de nouveau sur le CFR et sur les personnages. Je n’ai pas entièrement adhéré.Au milieu de l’écrit, il y a le véritable élément perturbateur (que j’ai d’ailleurs vu venir) que j’attendais. Celui qui fait basculer l’histoire.La deuxième partie est très dynamique et je l’ai préférée de loin à la première. Il se passe plus de choses, il y a du changement dans la “carrière” de Sliv. Cette moitié est très entraînante. On a envie de continuer et de dévorer les pages.Il y a plusieurs points positifs qui sont valables pour tout le roman. J’ai trouvé très intéressant que l’auteur se place dans notre monde car tout ce qui est raconté en devient plus réaliste. De plus, il y a beaucoup de évènements, organisations… du monde entier qui sont cités. C’est un gros plus car ça permet d’étoffer sa culture générale. La manière de falsifier est tout aussi attrayante.Mais il y a aussi des points négatifs… Je ne suis pas arrivé à m’attacher aux personnages et notamment à celui de Sliv qu’on suit pourtant tout au long de l’histoire. C’est quelque chose qui m’a beaucoup manqué. Léo Elfique

un flyer
26/02/12

Sliv, jeune diplômé Islandais trouve un premier emploi dans un cabinet qui effectue des études d'impact sur l'environnement de projets indsustriels ou d'infrastructure. Après quelques temps de ce travail peu enthousiasmant, la rélaité étant beaucoup plus terne que ses rêves de blanc chevalier sauveur du monde, il se rend petit à petit compte que ce cabinet n'est qu'une couverture pour les activités d'une organisation occulte : le CFR.Nous suivons Liv, ce jeune homme dans son ascension dans les échelons du Consortium de Falsification de la Réalité. Motivé par sa soif de connaître les tenants et les aboutissants de cette organisation incroyable, il découvre petit à petit que le monde n'est jamais ce qu'il paraît être et que le mensonge est partout...suite sur le blog

skorpionnan
19/10/10
 

Dans une société où l'on a souvent l'impression d'être manipulé, ou en tout cas que l'information n'est pas toujours objective, ce livre fiction pourrait être vrai. En tout cas l'intrigue est plausible et on se prend au jeu. J'ai envie de lire la suite. Une bonne lecture qui nous amène aussi à réfléchir. Et si le monde dans lequel nous vivons n'était pas qu'une grande manipulation?

cfons
28/06/10
 

Franchement? Je ne l'ai pas terminé. Parfois, quand j'en prenais la lecture, il réussissait à m'amuser. Mais quoi? c'est tout? oui léger, alors oui pour s'alléger un dimanche après-midi de pluie et partir un peu dans un ailleurs nécessaire, alors oui petit dimanche après-midi. Mais pas de panache, pas de fougue, pas de style, pas d'élégance. Pourtant il y avait tant de matière... Presque du gâchis je trouve. Mais bon, je ne l'ai pas terminé, alors... Aller leur prêter vos jambes et vos bras: La Cimade: http://www.cimade.org/Les Embrassés: http://les-embrasses.blogspot.com/

Thetique
11/10/09
 

Format

  • Hauteur : 17.80 cm
  • Largeur : 10.80 cm
  • Poids : 0.29 kg

Mes garanties furet.com

5% sur tous les livres, Paiement Sécurisé, Réservation gratuite, Satisfait ou remboursé, Débit carte bancaire à l'expédition