Les femmes du metro pompe

BANIER, FRANCOIS-MARIE

livre les femmes du metro pompe
EDITEUR : GALLIMARD
DATE DE PARUTION : 21/04/06
LES NOTES :

à partir de
16,50 €

SYNOPSIS :

« 1958. À la bouche de la station de métro "Rue de la Pompe" se réunissent, deux fois par jour, les Espagnoles qui font la loi dans le quartier. Aux heures les plus chaudes, elles sont une centaine sur le trottoir. Et moi, je suis là, au milieu de ces cercles, de ces infinis conciliabules, de ces calculs invraisemblables et de quelques confidences pas piquées des hannetons. Je me saoule à Bilbao, à Salamanque, à Madrid. Comme je ne peux tout traduire en même temps, chef d'orchestre au milieu de la mêlée, souvent, je bats la mesure. Je jongle avec les plus
beaux soleils d'Espagne. » Le jeune Sacha, fils et petit-fils d'agent de change à Paris, est devenu le confident d'une tribu de bonnes espagnoles qu'il place chez les uns et les autres. Parmi elles, la mystérieuse et très belle Pepita hante son coeur et son esprit. Il parcourt avec elle la ville, l'emmène pour la séduire chez la grande comédienne Bella d'Artois, il va en secret chercher des recettes de bonheur chez un diplomate japonais et se sert de toutes les clefs que lui offrent les femmes du métro Pompe pour parvenir à ses fins : l'amour éternel.
1 personne en parle

"Les rendez-vous avec notre passé sont les seuls auxquels on peut se rendre sans risque d'attendre."C'est l'histoire d'un jeune garçon vu par les yeux de l'homme qu'il est devenu. C'est ce passage sans conscience à travers l'adolescence, aveuglé par la beauté des soleils d'Espagne, le coeur chauffé à blanc. Plus tout à fait un enfant, pas encore vraiment un homme. Ses "soleils" (qui brûlent ses plus sombres pensées et dispersent leurs cendres au courant d'air du métro) prennent leurs distances avec celui qui n'est plus tout à fait innocent, mais pas encore prédateur.Sacha. Emerveillé devant toutes ces beautés, brunes, colorées, nombreuses et uniques à la fois. Qui décortique chaque silhouette, analyse chaque détail, jusqu'à Pépita.Pépita. "elle tombe dans mes bras, trop courts pour tant de chagrin", "des baisers, et encore des baisers", "des bribes de jarretelle framboise, comme si ils lui avaient murmuré de douces promesses dont il n'avait saisi que la moitié"... Pepita, c'est le coup de soleil de sa vie, le rayon le plus long, le plus puissant, qui le traverse, le bouleverse. Mais elle ne le voit pas. Pas comme lui la voit.Alors il use de tous les stratagèmes possibles, met en place des représentations dignes de la Commedia dell'Arte, il transforme un lit en pirogue, la chambre en océan. Mais surtout : l'appartement de ses parents en église et cimetières espagnols. Pour elle. Pour Pépita. Qu'elle puisse commencer le deuil, suivre à distance le cercueil de sa grand-mère. Malheureusement il "renonce. La mort est là. Cette mort qu'on a beaucoup fréquentée, cent fois mise en scèneaujourd'hui, [il] la touche." Sacha met en scène son propre rôle, ses émotions d'amoureux très épris, puis éconduit. Car la rue du métro Pompe, c'est son premier plancher, celui sur lequel il se brûlera le coeur. Et toutes ces Espagnoles, servantes, jeunes filles au pair, sont ses comédiennes au sang chaud, aux accents si particuliers, étranges, mais plus étrangers.Et puis il y a Pépita. Dont les yeux brillent comme de l'or, le coeur comme le soleil et le corps comme une perle. Indomptable. Inacessible Pépita, dont la soudaine froideur lui glacera le sang dans les veines, qu'aucun autre soleil ne pourra plus réchauffer. "Dans la marge de ce manuscrit, j'ai dessiné à l'encre rouge un homme à genoux, les ailes brisées, un boulet aux pieds"C'est le récit d'un homme qui se souvient de ses premiers battements d'amour, celui qui donne des ailes puis les reprend. C'est le coeur d'un homme qui sait que les "émotions voyagent, rencontrent dans leur dérive d'autres bonheurs perdus, côte à côte se comparent, se dévorent. Les pensées sont cannibales, laissez-les se manger entre elles. Ne vous invitez pas à leur festin avec vos souvenirs décalés, et vos raccourcis brutaux."Un homme qui n'entend plus que l'écho amoureux dans ce corps devenu silencieux. Alors il écoute...

absolu
08/03/09
 

Format

  • Hauteur : 20.50 cm
  • Largeur : 14.00 cm
  • Poids : 0.28 kg

Mes garanties furet.com

5% sur tous les livres, Paiement Sécurisé, Réservation gratuite, Satisfait ou remboursé, Débit carte bancaire à l'expédition