Les feuilles mortes

COOK, THOMAS H.

EDITEUR : GALLIMARD
DATE DE PARUTION : 04/09/08
LES NOTES :

STOCK : Sur commande, livré sous 10 jours ouvrés
à partir de
7,49 €
EXISTE EN
Ebook

SYNOPSIS :

Eric Moore a toutes les raisons apparentes d'être heureux : propriétaire prospère d'un magasin de photos et d'une jolie maison dans une petite ville sans problème de la côte Est, il mène une vie de famille épanouie auprès de sa femme Meredith et de son fils Keith, un adolescent de quinze ans. Cet équilibre parfait va pourtant voler en éclats à jamais... Un soir comme les autres, ses voisins demandent à Keith de garder Amy, leur fille de huit ans. Au petit matin, Amy est introuvable. Très vite, l'attention de la police se porte sur Keith et ce dernier, pataud et mal dans sa peau, se défend maladroitement. Du jour au lendemain, Eric
devient l'un de ces parents qu'il a vus, à la télévision, proclamer leur foi dans l'innocence de leur enfant. Alors que l'enquête de la police se recentre autour de Keith, Eric doit lui trouver un avocat et le protéger contre les soupçons croissants de la communauté. Mais est-il tout à fait sûr de l'innocence de son fils ? Si Keith était coupable, et s'il était prêt à répéter son geste... Quelle devrait être alors la responsabilité d'un pèreoe Les feuilles mortes est le récit d'une confiance brisée et celui des efforts héroïques d'un homme pour retenir coûte que coûte les liens qui l'unissent à tous ceux qu'il aime.
10 personnes en parlent

J'ai emprunté ce livre à la bibliothèque dans le cadre de la session noire du challenge Bookineurs en couleurs de Liyah mais aussi dans celui de la session adjectif du challenge Jacques à dit de Metaphorebookaddict.J'ai vraiment passé un très bon moment avec Les feuilles mortes : j'ai été assez bluffée par cette histoire !L'histoire en elle-même n'est pas forcément exceptionnelle : il y a d'autres livres qui traitent du même sujet, mais celui-ci à vraiment le mérite de bien le faire et d'une manière très originale. Ce qui est très bien fait dans ce livre, c'est que l'on passe par toutes les émotions possibles tantôt en étant convaincu de l'innocence de l'ado, tantôt en doutant de Keith. Cette dualité m'a beaucoup plu, d'autant plus qu'elle est exprimée par le père de Keith, et que l'on sent que, même si il a confiance en son fils, il ne le comprends pas toujours et du coup, quand toutes les preuves s'accumulent autour de lui, il a du mal à ne pas se poser les questions qui fâchent... C'est assez horrible comme situation, mais, personnellement, je l'a trouve plutôt juste : ce n'est pas parce qu'on aime quelqu'un qu'on ne peut pas se poser certaines questions quand tout devient sombre et semble aller dans le même sens...La fin m'a beaucoup plu : bizarrement même si ça ne se termine pas très bien, il y a beaucoup d'espoir dedans et de compréhension. Personnellement, je trouve ça positif et ça me plait beaucoup.Le personnage d'Eric m'a bien plu même si certains de ses côtés m'ont dérangée notamment du point de vue de sa relation avec son fils. Je trouve qu'ils sont passés à côté de beaucoup de choses tous les deux et que c'est dommage.Keith m'a beaucoup aimé par certains côtés : il connait les regrets de son père vis à vis de lui et arrive à passer plutôt outre. Personnellement, ça m'a impressionnée : on ne dirait pas forcément comme ça, mais il doit avoir énormément de caractère pour ne pas se laisser abattre par tout ça...L'écriture de Thomas H. Cook est très agréable : Les feuilles mortes est un roman plutôt court mais beaucoup de choses s'y passent. C'est dynamique, bien écrit et je ne me suis pas ennuyée une seule seconde en découvrant cette histoire !Un thriller que je vous recommande chaudement.

MademoiselleLuna
02/03/14
 

Eric Moore, après une enfance difficile, est devenu un homme heureux. Il est propriétaire d'un magasin de photos, il est marié avec une charmante femme qui semble l'aimer et il a un fils, un adolescent de 15 ans, Keith.Mais voila que tout va basculer quand Amy, la petite fille que Keith garde épisodiquement ,disparaît . Le jeune adolescent mal dans sa peau devient alors le suspect principal pour la police. Eric prend la défense de son fils mais peu a peu le doute commence a s'installer et la confiance fondre.Il est marqué thriller sur la couverture mais, a mon avis , cela n'en est pas un car l'intrigue policière n'est pas l'intérêt principal de ce livre. L'intérêt c'est la psychologie du personnage principal Eric Moore qui voit son univers voler en éclat devant ce tragique fait divers où il se trouve, bien malgré lui, mêlé. Lui qui ne se posait jamais de question va commencer peu a peu a douter des personnes qui l'entourent et qui lui sont le plus chères. On assiste de son point de vue a la déliquescence de sa vie d'une manière qui semble inéluctable. Mais si les apparences étaient trompeuses ?Roman très sombre et très bien construit avec pour seul point de vue celui du père qui nous fait partager ses doutes. L'auteur nous oblige a porter un jugement. La fin du livre n'est pas surprenante et cela est voulu car l'auteur nous la laisse entrevoir a plusieurs moment du récit mais elle reste pourtant marquante.Ma note 7,5/10

Zembla
21/10/13
 

Une lecture facile et agréable, le style est très simple mais redoutable. On est très vite pris par l' histoire qui chemine entre l' enquête policière et les secrets de famille. Au fur et à mesure que le doute grandit les personnages évoluent, dans ce portrait de la famille idéal des failles se font jour. C'est l' environnement et la famille des personnages qui se fragilisent et basculentPeu de surprise cependant et un dénouement que j'ai trouvé presque trop rapide et facile.Parfait pour un après-midi pluvieux au coin du feu.

Lacazavent
30/04/13
 

Thomas H. COOK signe ici un polar très réussi. Un jeune homme de 15 ans, mal dans sa peau, est appelé par des voisins pour garder leur fillette de 8 ans pour la soirée ; mais le lendemain matin, la petite fille a disparu. Très vite, les soupçons de la police vont se porter sur le jeune homme. Son père va le défendre vigoureusement, puis lui aussi va commencer à se poser des questions. Ce livre est très bien fait ; on le dévore.

fdm77
03/07/12
 

Ce n’est pas un policier au sens classique, nous ne suivons pas d’enquêtes, ni de flics ou de détectives, il n’y a pas de rythme effréné comme on en trouve dans les thrillers.Face à la disparition d’Amy Giordano, Eric Moore s’interroge : son fils y est il pour quelque chose dans l’enlèvement d’Amy et quels sont ces squelettes dans le placard du passé de sa famille ?Au fil des pages, la cellule familiale des Moore se fragilise de plus en plus, le rêve vole en éclat et ce n’est pas une famille qui est détruite mais bien trois. Et tout comme Eric Moore, on a des doutes, on ne sait pas qui et que croire .Les feuilles mortes, est un roman noir et plus particulièrement, le portrait noir de familles. D’abord, la famille dans laquelle Eric Moore joue le rôle du père et du mari, la famille où ce dernier joue le rôle d’un fils et d’un frère et enfin une autre famille où Amy Giordano joue le rôle d’une petite fille disparue. C’est aussi une façon pour Thomas Cook de parler de la relation père-fils.Enfin, tous les personnages de ce roman sont attachants et humains sans exception. Eric Moore est un père inquiet pour son fils, mal dans sa peau, solitaire et sans ambition. Comme je le disais plus haut, ce livre laisse des traces car la fin est loin d’être joyeuse (mais ça, on s’en doute dès les premières pages) et le thème de la famille est quelque chose qui nous parle à tous.Bref, je ne regrette surtout pas cette lecture qui m’a permis de passer un excellent moment et de découvrir un auteur dont je vais sans aucun doute lire d’autres romans.

BambiSlaughter
22/07/11
 

Voilà un roman policier atypique : d'abord parce que l'histoire se déroule dans le huit-clos familial, ensuite parce que le narrateur est le père de l'accusé et enfin parce que les secrets de famille montrent que "tout le monde ment". Sans parler de la fin renversante et bien triste, malheureusement. J'ai adoré passer quelques heures dans cette petite ville américaine à la recherche d'Amy et du coupable ; j'ai beaucoup aimé également la vision de l'auteur de la famille. L'image que je retiendrai : le récit se déroule en automne, d'où la présence récurentes des feuilles mortes, symboles de ce roman. Alex-Mot-à-Mots

AlexMotaMots
10/10/10
 

J'hésitais à l'acheter car je le trouvais cher pour le nombre de pages. N'entendant que de bons avis, je n'ai pas pu résister longtemps! Et j'ai beaucoup apprécié ma lecture. Au final, je ne regrette pas mon achat!

lilcassie
29/05/10
 

J'ai trouvé l'écriture magnifique. Je crois que le fait que j'ai été si touchée, c'est parce que c'est le père qui raconte, on a plus l'habitude de voir les ressentis des mères concernant leurs enfants ou leur famille. Le ton est juste, les émotions aussi. On assiste à une vie de famille qui s'effrite à cause d'incertitudes qui se transforment en soupçons dévastateurs et qui amènent ce père à se questionner sur ses propres parents, pour finalement aboutir à des révélations.

Catoche24
14/03/10
 

Le jeune Keith a quinze ans lorsqu’il garde pour une soirée la fille de voisins. Banal baby-sitting si le matin au réveil, la fillette n’avait tout simplement disparu. Tous les soupçons vont se porter sur l’adolescent renfermé et secret. Mais le pire est le doute qui va s’immiscer dans l’esprit de son père : et si son fils était coupable ? L’enquête policière qui aboutira à la vérité passe au second plan d’un roman où le soupçon d’un père prend tout le devant, avec tout l’engrenage psychologique que cela implique. Il a beau croire son fils innocent, comment interpréter tel ou tel signe ? Il se remémorera sa propre histoire familiale, et mettra en doute des vérités qu’il avait prises pour comptant. Connaît-on jamais ses proches ? Une intrigue bien menée qui tient brillamment la route du roman noir psychologique, et qu’on ne peut s’empêcher de lire d’une traite pour dénouer le vrai du faux !

Jdhelene
18/07/09
 

Les feuilles mortes L’originalité du roman réside dans le fait que Thomas H. Cook ne se place pas du point de vue de l’enquêteur chargé de retrouver la petite ni même de celui du jeune accusé. Non, son narrateur est le père de l’accusé, et le roman est la description du processus d’introspection du narrateur chez qui le doute, comme un acide, s’installe peu à peu jusqu’à l’explosion de la cellule familiale.A travers ce roman, Thomas Cook explore avec talent les relations humaines, et plus précisément les liens filiaux, leur complexité et leur part de non-dits et de déceptions.Le livre vous happe dès les premières pages pour ne plus vous lâcher jusqu’au dénouement qui vous laisse un dérangeant sentiment de malaise.

Format

  • Hauteur : 22.50 cm
  • Largeur : 15.50 cm
  • Poids : 0.35 kg
  • Langage original : ANGLAIS (ETATS-UNIS)
  • Traducteur : LAETITIA DEVAUX