Les fourmis

WERBER, BERNARD

EDITEUR : LGF
DATE DE PARUTION : 01/04/93
LES NOTES : Laissez une critique sur ce livre
à partir de
6,60 €

SYNOPSIS :

>Bernard Werber Les Fourmis Le temps que vous lisiez ces lignes, sept cents millions de fourmis seront nées sur la planète. Sept cents millions d'individus dans une communauté estimée à un milliard de milliards, et qui a ses villes, sa hiérarchie, ses colonies, son langage, sa production industrielle, ses esclaves, ses mercenaires... Ses armes aussi. Terriblement destruc- trices. Lorsqu'il entre dans la cave de la maison léguée par un vieil oncle entomologiste, Jonathan Wells
est loin de se douter qu'il va à leur rencontre. A sa suite, nous allons découvrir le monde fabuleusement riche, monstrueux et fascinant de ces «infra- terrestres», au fil d'un thriller unique en son genre, où le suspense et l'horreur reposent à chaque page sur les données scientifiques les plus rigoureuses. Voici pour la première fois un roman dont les héros sont des... fourmis ! LA SAGA DES FOURMIS : Les Fourmis Le Jour des fourmis La Révolution des fourmis
14 personnes en parlent
Un roman très intéressant qui fait aussi documentaire sur la vie des fourmis. Très prenant !
EleCor Mlle
Un roman aux abords scientifiques, qui, loin de nous barber, pousse notre curiosité bien au dela des frontières de notre réalité de simple être humain, nous ouvre sur une perception nouvelle, et nous sensibilise sur l'environnement que nous avons trop longtemps ignoré et sous estimé.
Elodie Mlle

Un suspense à couper le souffle pour suivre la vie des fourmis, cela parait à peine croyable, mais on est tenu en haleine de bout en bout par ce roman passionnant qui décrypte les rouages d'une société complexe et cruelle. Liliba

liliba
29/01/10
 

Un couple avec un enfant hérite d'un appartement dans Paris. Dans le testament, l'oncle décédé insiste sur le fait de ne pas pénétrer dans la cave, mais la curiosité l'emporte. Dans le même temps, nous découvrons le réveil de l'hibernation dans une cité de fourmis rousses.Alternant le récit entre les personnages qui découvrent le contenu de la cave mystérieuse et la vie dans une fourmillière, l'auteur propose ici un récit original et instructif. La vie d'une fourmi est rendue passionnante grâce à une écriture facile et fluide, mais aussi grâce aux explications scientifiques qui parsèment le roman nous donnant des éléments pour comprendre le travail et la passion des entomologistes, pour comprendre un peu plus ce qu'est une fourmi, un insecte assez banal, et pourtant extrêmement complexe.Dès les premières pages, il est aisé de comprendre le succès que le roman a eu et a toujours par son écriture et la construction du récit bien réalisé.L'histoire des fourmis est d'un réel intérêt et nous permet d'en apprendre un peu plus sur ces insectes qui peuplent chaque partie du monde, enfouis sous terre et possédant des milliards de milliards d'individus et possédant quasiment pour chaque espèce un mode de fonctionnement sociétal différent.Un roman alliant une quête autant humaine que myrmicéenne, reliée par cet oncle décédé, un pacte entre l'homme et l'insecte ou comment apprendre tout en prenant du plaisir. Un roman qui mérite son succès.

Skritt
19/02/14
 

Le temps que vous lisiez ces lignes, 700 millions de fourmis seront nées sur la planète.Quand Jonathan Wells entre dans la cave de la maison léguée par un vieil oncle, il ne se doute pas qu'il va à la rencontre du monde fascinant, riche et monstrueux de ces infra-terrestre.Un thriller unique, premier d'une trilogie captivante...

poivredekayenne
16/10/13
 

La première fois que j'ai prêté attention à ce roman, c'est lorsque l'un de mes élèves me l'a prêté, me disant qu'il l'adorait. C'était il y a un moment, j'ai tenté de le lire et je n'ai pas réussi à aller très loin. Je me suis dit que ça passerait peut-être mieux en version audio et j'ai donc fait un second essai qui s'est révélé aussi désastreux que le premier, sauf que cette fois, je suis arrivée au bout. Mais j'ai souffert, ou pour être honnête, je n'ai pas toujours gardé ma concentration. Ces histoires de fourmis m'ont ennuyée mais je peux comprendre que ça plaise à des ados passionnés d'insectes. Ce roman ayant connu un grand succès, je serais très curieuse d'avoir les commentaires de ceux qui l'ont beaucoup aimé. Je me souviens très bien de la ferveur que la présence de l'auteur au Salon du livre engendrait chez les plus jeunes il n'y pas si longtemps. http://vallit.canalblog.com/archives/2012/07/25/24675519.html#comments

cocalight
14/09/13
 

Jonathan emménage dans le sous-sol légué par son oncle, célèbre scientifique, et c'est là qu'il va faire la découverte d'un monde insoupçonné... celui des fourmis.Les fourmis sont numérotés et normalement ne communiquent que par les antennes mais certaines d'entre elles ont un nouveau mode d'échange, les phéromones et celles-ci sont très agressives.La fourmi n°327 va essayer de percer ce mystère à Bel-O-Kan....Un roman comme une enquête policière et un documentaire à la fois.C'est passionnant !

saomalgar
08/09/13
 

On a beau savoir de quoi ça parle, on est quand même surpris ... il faut dire que je ne connaissais rien aux fourmis...Certains moments sont accrocheurs grâce entre autre à l'alternance entre humains/fourmis/extraits de l'encyclopédie.Je me pose des questions sur les raisons des différents personnages humains à ce couper du monde humain... sur leur devenir dans cette communauté pas très équilibrée : 1 enfant, 2 femmes (la mère et l'arrière grand-mère, les hommes d'âges divers...vous me direz que c'est normal qu'on reste avec des questions puisqu'il y a d'autres tomes.. http://ramettes.canalblog

ramettes
01/09/13
 

Un scientifique spécialisé dans l'étude des fourmis a légué à son neveu une maison dont la cave recèle des secrets qu'il lui interdit d'aller découvrir. Par ailleurs, dans une fourmilière, quelques fourmis font des découvertes inquiétantes pour la survie de leur colonie. Ces deux histoires vont se rejoindre, elles alternent dans le récit, entrecoupées de considérations scientifiques brèves et simples.J'ai découvert la trilogie des "Fourmis" lors de la sortie des ouvrages, et j'avais alors beaucoup apprécié, malgré la naïveté des rapports entre les humains présentés. Souhaitant faire connaître cette série à mon fils ado, j'ai relu ce premier tome pour pouvoir en discuter avec lui. J'ai de nouveau savouré l'originalité de l'intrigue et des propos, les anecdotes scientifiques, les énigmes, sans être trop rebuté par la naïveté dont je me souvenais.Une relecture vraiment agréable. Apikrus

Apikrus
27/05/13
 

J'ai beaucoup aimé cette lecture qui est assez originale.Suivre des fourmis de plusieurs classes est une expérience nouvelle pour moi qui m'a énormément plu. On apprend beaucoup de choses, c'était vraiment très intéressant. Cependant, les fourmis n'ayant pas de nom mais des numéros, pour s'y retrouver il faut rester concentré.On trouve deux trois passages assez durs lorsqu'elles se nourrissent, cela reste beurk quand même.Les humains que nous sommes ont également leur place dans ce roman, en effet nous suivons une famille qui va avoir son importance dans l"univers des fourmis.Des chapitres vraiment longs, une centaine de pages par exemple pour le premier. Un livre instructif qui a su me charmer mais je redoute un peu les suites, j'ai peur que cela devienne un sujet un peu lourd à force.

bookworm02
24/09/12
 

« L'insecte, c'est une autre philosophie, un autre espace-temps, une autre dimension. » J'ai découvert Bernard Werber dans la trilogie des dieux (enfin, les tomes 1 et 2) suivie des Thanatonautes, roman qui m'avait un peu déçue. Les Fourmis dormaient dans ma bibliothèque lorsque je les ai aperçues dans la PAL d'Amethyste-Sweet. Nous avons donc décidé de le lire pour le 30 juin.Ce roman, qui reste à ce jour le plus grand succès de Bernard Werber, m'a bluffée par son originalité et surtout, sa faculté de tenir le lecteur en haleine pendant trois cent pages pour suivre les mésaventures... des insectes, un sujet qui a priori, ne m'attirait guère.Le style simple et en même temps instructif permet de s'installer immédiatement dans l'action et dans l'esprit des personnages, y compris dans celui des fourmis ! En effet, le narrateur nous fait adopter le point de vue des insectes et de ce fait, leurs inquiétudes, leurs quêtes, leurs rencontres, toujours dans un langage clair mais en même temps spécifique à l'univers de ces petites bêtes. Anthropomorphisme et science s'associent pour nous permettre de les comprendre.Le récit débute avec l'emménagement de Jonathan dans un appartement en sous-sol légué par son oncle Edmond, un entomologiste original, auteur de la très convoitée Encyclopédie du savoir relatif et absolu. Très vite la cave devient le lieu de tous les dangers ; quiconque y pénètre n'en ressort plus. En parallèle, les fourmis rousses de la cité de Bel-o-kan sortent de leur phase d'hibernation. Le 327° mâle découvre bientôt des phénomènes anormaux : des fourmis dégageant une odeur de roche ne répondent pas au langage habituel, la communication antennaire, et tentent même de le tuer. La 56° femelle de son côté, attend le « vol » qui lui permettra d'être fécondée et de fonder sa propre cité.Si certaines hypothèses, présentées dans d'autres romans, ne sont pas toujours accréditées par la communauté scientifique, Les Fourmis sont basées sur une importante documentation qui m'a fait découvrir un univers à l'organisation, la complexité et la sophistication insoupçonnées : les fourmis constituent une véritable civilisation avec son mythe fondateur : « C'est une jeune fédération dont la dynastie originelle a été fondée il y a cinq mille ans. Selon la mythologie locale, ce serait une fille égarée par une terrible tempête qui aurait jadis échoué ici. Ne parvenant pas à rejoindre sa propre fédération, elle aurait créé Bel-o-kan... »Les fourmis communiquent non seulement par le contact des antennes mais aussi grâce aux phéromones, capables d'exprimer l'agressivité, la peur, l'amitié, l'origine. Il existe aussi des phéromones « passeport » permettant de voyager librement d'une cité à l'autre.Le point de vue des insectes a parfois quelque chose de cocasse, chez cette araignée victime d'un coup de foudre par exemple : « Cette façon de vibrer, le mâle n'a jamais rien senti d'aussi érotique. Tip tip tiptiptip. Ah, il n'y tient plus, il court vers sa bien-aimée (une jeunette de quatre mues, quand on lui en compte déjà douze) ». Leurs « mœurs » sont parfois effrayantes : p. 196 « Lorsque ses dizaines de petites auront éclos, leur plus grande hâte sera de manger leur mère. On est comme ça chez les araignées, on ne sait pas dire merci. »J'ai suivi avec beaucoup d'intérêt les tribulations des fourmis au même titre qu'une enquête policière. Ce roman est donc une bonne surprise, une lecture agréable, enrichissante et distrayante à la fois.

LeCottagedeMyrtille
25/08/12
 

Premier tome d'une triloge géniale, les chapitres alternent l'histoire des humains, celle des fourmis et la fabuleuse encyclopédie du savoir relatif et absolu.

fdm77
22/06/12
 

C'est avec Les fourmis que j'ai découvert l'univers de Bernard Werber, et depuis j'aime me plonger dans ses romans. Ce premier livre de la trilogie des fourmis est réellement bien écrit. La qualité des informations sont essentielles et elles sont parfaitement distillées pour le lecteur n'ait pas l'impression non plus de lire un documentaire. Grâce à ce livre j'ai aussi découvert le milieu de la fiction et du pseudo-thriller.

seriephile
24/11/11
 

L'histoire débute alors que Jonathan Wells hérite de la maison de son oncle entomologiste, Edmond Wells, dans laquelle il s'installe avec sa famille. Petit à petit, il va mettre au jour les découvertes révolutionnaires des études de son oncle sur les fourmis... julien

julien
12/05/09
 

Format

  • Hauteur : 17.80 cm
  • Largeur : 11.00 cm
  • Poids : 0.16 kg