Les grandes blondes

ECHENOZ, JEAN

EDITEUR : MINUIT
DATE DE PARUTION : 15/09/95
LES NOTES :

à partir de
6,99 €
EXISTE EN
Ebook

SYNOPSIS :

Vous travaillez pour la télévision. Comme vous souhaitez produire une série sur les grandes filles blondes au cinéma, mais aussi dans la vie, vous pensez faire appel à Gloire Abgrall qui est un cas particulier de grande blonde. On l'a vue traverser, dans
les journaux, les pages Arts et spectacles puis les pages Faits divers du côté des colonnes Justice, il y a quelques années. Ce serait bien, pensez-vous, de lui consacrer une émission. Certes. Malheureusement, Gloire est un peu difficile à joindre.
4 personnes en parlent

Ce qui est agréable avec Echenoz, c'est qu'il arrive ici, avec un histoire somme toute très rocambolesque, à garder l'attention du lecteur grâce à son style. Il faut dire qu'on est pris à parti dès le début du roman, avec une phrase qui donne le ton :"Vous êtes Paul Salvador et vous cherchez quelqu'un"Ce tutoiement ne sera pas constant dans le roman, placé sous le signe d'un narrateur omniscient qui s'amuse à émettre des hypothèses, à parfois revenir en arrière pour modifier le sens de l'intrigue. Cette narration flottante, qui me fait inévitablement penser à celle de François Vallejo, est un grand plus du roman.Mais venons-en un peu à l'intrigue. L'histoire est donc celle de Paul Salvador, producteur d'émissions de télé. Son prochain projet est un documentaire consacré aux blondes, de toutes sortes. Pour étayer son sujet, il essaie de reprendre contact avec une blonde disparue, Gloire Abgrall. Du temps de sa splendeur, cette blonde qui a défrayé la chronique judiciaire était une chanteuse de variété. Quelques tubes et puis s'en va. Un retrait du monde volontaire, pour essayer de couper avec ceux qui l'ont jugé, regardé de travers. Quand Salvador met sur ses traces un détectiive privé pour la retrouver, Gloire va tout faire pour rester cachéeL'intrigue, qui peut paraitre au premier abord assez logique, est totalement folle. On voyage beaucoup, en Bretagne, Normandie, Australie, Inde. On rencontre des personnages étranges, comme un millionaire indien qui fait du trafic par l'intermédiaire de chevaux. Certains personnages font des plongeons involontaires de hauteurs telles que la mort est assurément au bout. Et puis, il y a le personnage de Béliard, l'homoncule comme il est appelé. Petit être, il vit sur l'épaule de Gloire et ne se manifeste que l'orsqu'elle est seule. A moitié âme soeur et guide spirituel, il a une influence non négligeable sur la vie de la narratrice.Si l'ensemble est au final assez décousu, avec une fin tellement positive que c'en est drôle, Jean Echenoz gagne son pari grâce à son écriture

Yohan59
10/09/12
 

Jean Echenoz, c’est le maître avec son laser, le lecteur c’est le chat émoustillé qui bondit de surprise à chaque page tournée. Et quelles surprises ! Le roman met en scène des personnages, tous uniques et drôles, parfois pathétiques ou surréalistes, placés chacun sur une trajectoire qu’Echenoz s’amuse à brouiller de façon abracadabrante.Paul Salvador, producteur d’émissions télévisées en manque d’inspiration, engage une équipe d’espions pour sortir une ancienne chanteuse (blonde) du désert médiatique. Il veut parler des blondes, grandes de préférence, parce qu’elles sont une catégorie humaine à part, ou parce qu’elles sont génétiquement différentes, ou simplement parce qu’elles arborent tantôt un blond vénitien, cendré, cuivre ou sable. Perdu dans son approche et pas très professionnel, Salvador s’entête à retrouver cette célébrité du passé pour illustrer son émission...La suite de la critique sur mon blog :http://www.bibliolingus.fr/les-grandes-blondes-jean-echenoz-a80136656

Lybertaire
25/02/12
 

blondeur et décadence Toute la légèreté et la finesse d’Echenoz se retrouvent dans ce court roman où règne un joyeux chaos. Gloire, ex-star du petit écran, et blonde platine de surcroit, est activement recherchée pour participer à une émission télévisée sur les blondes. Traquée au fin fond de la Bretagne, elle s’enfuit en Inde aidée de son ami Belliard, créature fantastique qui apparaît et disparaît comme bon lui semble. Echenoz met en scène une palette de personnages hauts en couleur et s’amuse à détourner les codes du polar traditionnel : policiers véreux, mafieux indiens…Malgré la simplicité apparente de l’histoire, ce roman suscite une véritable jubilation à la lecture. Le farfelu se mêle au rocambolesque pour surprendre le lecteur, l’égarer au milieu de personnages agités de mouvements anarchiques. Un critique a dit : « Chez Echenoz, une page sur deux, on dirait que le narrateur est parti boire un café ». Et c’est tant mieux !

beraud@archimed.fr
29/11/15
 

blondeur et décadence Toute la légèreté et la finesse d’Echenoz se retrouvent dans ce court roman où règne un joyeux chaos. Gloire, ex-star du petit écran, et blonde platine de surcroit, est activement recherchée pour participer à une émission télévisée sur les blondes. Traquée au fin fond de la Bretagne, elle s’enfuit en Inde aidée de son ami Belliard, créature fantastique qui apparaît et disparaît comme bon lui semble. Echenoz met en scène une palette de personnages hauts en couleur et s’amuse à détourner les codes du polar traditionnel : policiers véreux, mafieux indiens…Malgré la simplicité apparente de l’histoire, ce roman suscite une véritable jubilation à la lecture. Le farfelu se mêle au rocambolesque pour surprendre le lecteur, l’égarer au milieu de personnages agités de mouvements anarchiques. Un critique a dit : « Chez Echenoz, une page sur deux, on dirait que le narrateur est parti boire un café ». Et c’est tant mieux !

Format

  • Hauteur : 18.30 cm
  • Largeur : 13.60 cm
  • Poids : 0.32 kg

Mes garanties furet.com

5% sur tous les livres, Paiement Sécurisé, Réservation gratuite, Satisfait ou remboursé, Débit carte bancaire à l'expédition