Les humeurs d'une chatelaine anglaise

DEVONSHIRE, DEBORAH

livre les humeurs d'une chatelaine anglaise
EDITEUR : RIVAGES
DATE DE PARUTION : 09/05/07
LES NOTES :

à partir de
7,65 €

SYNOPSIS :

Née en 1920, Deborah Devonshire est la cadette et la dernière représentante des six légendaires soeurs Mitford, qui défrayèrent la chronique en Grande-Bretagne. Devenue duchesse de Devonshire et châtelaine de Chatsworth, elle se chargea de restaurer ce Versailles anglais. Ses chroniques, qui ont enthousiasmé la presse française, distillent le must de l'humour Mitford.
La duchesse douairière vous parle avec la même verve de son enfance excentrique, de ses poules bien vivantes ou en porcelaine, de son dieu Elvis Presley, des vêtements inusables qu'elle achète dans les foires agricoles, de son sac à main bourré de rations de survie ou encore de ces visiteurs de Chatsworth qui croient qu'elle porte un diadème du matin au soir.
2 personnes en parlent

Dans la famille des extravagantes soeurs Mitford,* je demande la dernière en vie: Deborah Devonshire qui nous présente Les humeurs d'une châtelaine.Ces chroniques qui parlent de son enfance si particulière , de sa vie, de ses rencontres,des emballages (on se croirait dans un sketch de Desproges !) , de la chasse au renard (ou aux enfants), des animaux, des plantes, sont à déguster dans une solitude absolue si vous ne voulez pas passer pour une folle comme moi qui ai hoqueté de rire en dévorant ce recueil ,hélas trop court .Avec un humour délicieux, l'auteure nous fait partager sa vie et ses pensées. Elle élève des poules, les nourrit en robe de soirée et les utilise ,vivantes, en décoration de table. Pendant la 2nde guerre mondiale, devant quitter la petite île sur laquelle elle habitait, elle part avec chiens, chèvre et bagages, pour l'Oxfordshire et nous raconte avec le plus grand naturel son épopée en bateau, train et taxi,concluant son Odyssée dans un jardin rempli de roses:"Au bout de deux heures,il n'y avait plus rien à tailler avant très longtemps. Tous les propriétaires de chèvres et de jardins me comprendront". La duchesse apprécie ceux qui s'adressent à tous de la même manière,sans faire de distinction sociale, gageons qu'elle fait partie de ceux-là, car elle discute sans chichis avec tous les ouvriers qui restaurent le Versailles anglais dont elle a hérité mais brocarde les consultants de tout poil.Pour elle le luxe consiste en "un feu de cheminée, un quart d'hectare et une demi-vache" et si quelques jours après la publication d'un billet dont je vous laisse deviner le contenu , elle reçoit un scalpel anonyme par la poste , elle déclare: " avec lui le bonheur est dans la maison".Saluons au passage la traduction et la présentation de Jean-Noël Liaut qui a su nous faire partager toute la sympathie que visiblement Deborah Devonshire lui a inspirée.Je pourrais multiplier à l'envie les citations mais ce billet fait déjà offense à ma volonté affichée de brièveté, donc précipitez-vous sur ce livre et régalez-vous ! cathulu

cathulu
11/07/12
 

Si vous aimez l’Angleterre, son humour, n’hésitez pas et lisez ce livre, d’une drôlerie constante.Si Deborah Devonshire se retourne sur son passé, ce n’est en aucun cas pour régler des comptes avec diverses personnes ou se plaindre. Et certains auteurs de mémoires larmoyants (j’ai quelques noms en tête) feraient bien d’en prendre de la graine. C’est avec un regard aimant qu’elle parle de son père, de sa mère, à qui elle est reconnaissante de ne jamais l’avoir forcé à finir son assiette, de son frère, mort au combat en 1945, et de ses soeurs. La cadette des fantasques soeurs Mitford nous parle avec tendresse de Nancy, l’aîné, de Diana, la plus belle, mais aussi d’Unity, grande admiratrice d’Hitler. C’est avec beaucoup de pudeur qu’elle parle de cette soeur – qu’elle n’accable pas. Unity a résolu d’une manière atroce en 1939 la contradiction entre son admiration et son attachement pour son pays. La gommer de ses souvenirs ne changera rien aux horreurs qui se sont déroulées.Même les pires moments peuvent être traités avec humour – quand la fin est heureuse. L’épopée de Déborah pour rejoindre sa soeur Nancy pendant la guerre est impayable – surtout que cette grande amoureuse des animaux a emmené avec elle ses deux chiens et sa chèvre. Il est des compagnons de voyage plus conventionnels. Les animaux tiennent une grande place dans la vie quotidienne de la duchesse : Le matin et le soir, il n’y a aucun visiteur ; moutons et daims sont alors les paisibles hôtes du parc. Les jours de tempêtes, ces ruminants sont comme des girouettes ; ils vous indiquent la direction du vent en allant s’allonger dans telles ou telle prairie. Dès les premières chaleurs, les brebis se rassemblent à l’ombre d’un arbre comme des vieilles dames lors d’une réunion pieuse, et vous savez alors que le printemps est vraiment installé.Duchesse ? Elle l’est quand elle se bat pour restaurer Chatsworth, entretenir le domaine pour le léguer en (presque) bon état à ses descendants. Guindée, elle ne l’est pas quand elle évoque le contenu de son sac à main, son absence de goût pour la lecture et sa passion pour les poules et autres poulettes. Des grandes de ce monde qu’elle a cotoyé (elle était parente par alliance de John Fitzgerald Kennedy), elle nous parle avant tout de ce qui fait d’eux des êtres humains ordinaires, ses qualités, ses petits attentions qui les rendent à la fois attachants et uniques.Les humeurs d’une châtelaine anglaise est un recueil de chroniques hautement recommandable, à déguster avec une bonne tasse de thé.

Sharon
28/06/13
 

Format

  • Hauteur : 17.00 cm
  • Largeur : 11.00 cm
  • Poids : 0.15 kg
  • Langage original : ANGLAIS
  • Traducteur : JEAN-MICHEL LIAUT