Les invites de l'ile

VAN DER MEER, VONNE

livre les invites de l'ile
EDITEUR : 10/18
DATE DE PARUTION : 05/06/07
LES NOTES :

à partir de
7,50 €

SYNOPSIS :

située sur une île au large des côtes hollandaises, la rose des dunes accueille chaque été de nouveaux occupants. les vacanciers se succèdent, leurs histoires défilent et transforment la maison en théâtre de vie. un couple répare son amour, une femme en
pleine convalescence retrouve goût à la vie. les destins se construisent ou se déchirent sous la pulsion des embruns. en véritable metteur en scène, vonne van der meer fait jouer au fil des pages une comédie sensible et épurée sur la nature humaine.
5 personnes en parlent

Le fil conducteur donné par la maison : les histoires ne sont pas isolées les unes des autres puisque La Rose des Dunes forme un mince lien qui le réunit. C’est une idée originale qui fonctionne bien.- L’atmosphère nébuleuse, le calme que communique comme par magie l’environnement, comme si la mer murmurait des réponses secrètes aux êtres qui la questionne. « Ce coup d’éclat éclaira le ciel et, peu après, elle put lui dire qu’il n’avait plus à se racheter de quoi que ce soit. Que ça s’arrangerait, un jour. Que le temps ferait le reste, le temps, le vent et le sel. » (p. 43) « Tandis qu’elle regardait par la fenêtre le ciel qui s’assombrissait, où ne perçaient plus que quelques traînées de lumière, elle eut l’impression que quelqu’un venait derrière elle et posait une main sur sa tête. Regardait par-dessus son épaule et tendait le doigt vers les premières étoiles, vers quelque chose qui était plus vieux que la douleur qu’elle ressentait. » (p.156) - L’évocation pleine de charme de ces tranches de vie prises sur le vif. Lecturissime

Lecturissime
29/05/13
 

Publié une première fois aux éditions Héloïse d'Ormesson en 2005 sous le titre La maison des dunes, ce court ouvrage regroupant des instants de vie de personnages qui ne se connaissent pas, a donc pour lieu unique la maison des dunes, Duinroos.Le livre ouvre sur les dernières préparations faites par la femme de ménage qui aprête la maison pour les premiers touristes de la saison. S'ensuivent plusieurs récits, tous très différents, sur des personnages qui passent là quelques jours ou quelques semaines. Une femme avec la fille enceinte de son amie, un couple fragilisé par l'incartade berlinoise du mari, un homme qui souhaite se suicider tout en laissant croire à un accident, une femme atteinte d'un cancer qui vient s'isoler pour respirer etc. Tous viennent là sciemment pour se ressourcer, examiner leur vie, d'autres verront leurs vacances chamboulées par l'imprévu, l’inattendu. Pour le pire et le meilleur.J'ai trouvé tous ces textes emplis de douceur très touchants. Le style de l'auteure est très simple mais sait nous faire entrer immédiatement dans les pensées des personnages, dévoiler par petites touches leurs doutes, leurs envies. C'est souvent émouvant, parfois frustrant, mais toujours très juste. Certes, ce n'est pas très original, rien de nouveau sous le soleil, mais c'est bien fait.Je découvre avec cet ouvrage une auteure qui mérite le détour, pour sa prose limpide, la sensibilité qui habite de ce texte, ses personnages tout en nuances.

Choupchoup
09/04/13
 

Une maison de location sur une île (ainsi que différents objets que l'on va retrouver d'un texte à l'autre) , tel est apparemment le seul point commun entre les différents locataires de cette demeure. L'auteure, avec beaucoup de sensibilité, nous peint les portraits de ses personnages et de leurs fêlures. un petit chef d’œuvre ! cathulu

cathulu
22/08/12
 

Située sur une île, au large des côtes hollandaises, une maison nommée Duinroos (Rose des vents) accueille chaque année de nouveaux occupants, du mois de Mars à la fin de septembre. Les vacanciers se succèdent et leurs histoires personnelles nous sont livrées au fil des pages : un couple tente de réparer son amour, une jeune fille et une femme plus mûre confrontent leur désir de maternité, un veuf reprend goût à la vie, une famille évite le pire et trouve le meilleur, un couple se forme pendant qu' un autre se délite, une femme convalescente renoue avec elle-même et ses souvenirs... Près d'eux, une femme de ménage, les surveille, prend soin d'eux, en secret, puis referme la porte, après leur passage, et ramène les coquillages sur la plage. J'ai lu ce livre avec beaucoup d'émotions au coeur du gîte breton. C'est une manière très originale de camper des personnages avec cette unité de lieu: la Rose des vents.Chaque histoire, si singulière, nous révèle toutes les facettes d'une personnalité.La maison devient de plus en plus familière au fil des récits. Certains personnages m'ont plu davantage, notamment la femme convalescente qui saisit le bonheur dans l'instant présent.La plume de Vonne Van Der Meer est très sensible. Ce roman est comme un livre de nouvelles dont le personnage principal reste la Rose des Vents. Elle nous offre de très beaux moments qui ponctuent la vie:amour, couple, naissance, maladie, deuil. On a beaucoup de mal à quitter ce lieu.Une très belle lecture pour saisir l'importance de l'instant présent, de tous ces moments anodins qui font notre vie.

Mirontaine
07/03/12
 

C'est le roman d'une maison de vacances située sur une île. Chaque nouveau locataire détient un chapitre de l'histoire. La maison est la seule constante, stable, fixe, face à la mer. Les hôtes se succèdent avec leurs fêlures, leurs rêves brisés, leurs espoirs et leurs choix. Le livre d'or et son marque page improvisé leur serviront de guides improvisés.J'ai découvert cette auteure avec grand plaisir. La lecture est cotonneuse, douillette comme un nid qui vous protège. Le titre se révèle juste : c'est l'île qui invite et non le contraire.Une écriture et une couverture très belle pour un livre à savourer dans une ambiance feutrée, entouré de coussins, devant un feu de cheminée ou encore mieux à la plage, bercé par le bruit de vagues.Extrait« Si une communion des morts existe, peut-être existe-t-il aussi une communion des êtres souffrant de solitude. Des êtres qui vous tiennent compagnie si vous pensez à eux. Tandis qu'elle regardait par la fenêtre le ciel qui s'assombrissait, où ne perçaient plus que quelques traînées de lumière, elle eut l'impression que quelqu'un venait derrière elle et posait une main sur sa tête. Regardait par-dessus son épaule et tendait le doigt vers les premières étoiles, vers quelque chose qui était plus vieux que la douleur qu'elle ressentait. »

Theoma
01/12/09
 

Format

  • Hauteur : 17.90 cm
  • Largeur : 11.00 cm
  • Poids : 0.15 kg
  • Langage original : NEERLANDAIS
  • Traducteur : DANIEL CUNIN

Mes garanties furet.com

5% sur tous les livres, Paiement Sécurisé, Réservation gratuite, Satisfait ou remboursé, Débit carte bancaire à l'expédition