Les marges a droleries dans les manuscrits gothiques (1250-1350)

WIRTH, JEAN

livre les marges a droleries dans les manuscrits gothiques (1250-1350)
EDITEUR : DROZ
DATE DE PARUTION : 13/08/08
LES NOTES :

STOCK : Sur commande, livré sous 13 à 15 jours ouvrés

SYNOPSIS :

On a longtemps pensé le XVIIIe siècle à travers l'affrontement exclusif de deux mouvements: les Philosophes exaltant la raison critique et leurs adversaires représentants des anti-Lumières. Cet ouvrage vise à étudier les marges de ce noyau dur, objet privilégié de la tradition historiographique. Le mot marges est pris dans toutes les acceptions du terme: limites, seuils, zones grises, incertaines et problématiques. Il désigne les courants de pensée les plus divers qui se situent à la frontière des mouvements philosophiques, sans basculer pour autant dans l'antiphilosophie ou les anti-Lumières. Il montre d'abord comment les Lumières
elles-mêmes pensent les limites extrêmes de la validité de leur démarche, puis examine des courants intellectuels, à l'origine divergents ou opposés, qui se rencontrent ou coexistent, dans un état de tension et d'instabilité. Dans les trente années précédant la Révolution, on a souvent recours au vocabulaire philosophique, alors qu'on adopte des positions vaguement ou ouvertement antiphilosophiques. Fruit d'un colloque international tenu à l'Université de Tours en 2001, cet ouvrage nous rappelle que l'histoire culturelle de la deuxième moitié du XVIIIe siècle est faite de contradictions et de chevauchements, parfois paradoxaux.
2 personnes en parlent

Les marges à drôleries des manuscrits gothiques Au début du XIIIe siècle, se développent les marges à drôleries : des motifs profanes et humoristiques, souvent animaliers, viennent alors entourer le texte et remplir les espaces vierges de la page. Les explications de Jean Wirth sont fort précieuses pour appréhender la constitution de ces ornementations en lien avec les codes de la noblesse médiévale. De magnifiques reproductions de manuscrits gothiques illustrent le texte.

beraud@archimed.fr
13/12/15
 

Les marges à drôleries des manuscrits gothiques Au début du XIIIe siècle, se développent les marges à drôleries : des motifs profanes et humoristiques, souvent animaliers, viennent alors entourer le texte et remplir les espaces vierges de la page. Les explications de Jean Wirth sont fort précieuses pour appréhender la constitution de ces ornementations en lien avec les codes de la noblesse médiévale. De magnifiques reproductions de manuscrits gothiques illustrent le texte.

Format

  • Hauteur : 29.70 cm
  • Largeur : 2.10 cm
  • Poids : 1.80 kg