Les mille et une nuits 1 (ne)

XXX

livre les mille et une nuits 1 (ne)
EDITEUR : FLAMMARION
DATE DE PARUTION : 01/05/04
LES NOTES :

à partir de
6,40 €

SYNOPSIS :

En traduisant ce classique au XVIe siècle, A. Galland a récrit le texte original, supprimé ou modifié les épisodes scabreux et introduit de nouveaux contes. Le
dossier de ce tome retrace l'histoire de la traduction et de sa postérité : choix stylistiques, fascination pour l'Orient, goût du merveilleux, art du conte.
3 personnes en parlent

Ce premier tome des Mille et une nuits traduit par Galland introduit Shéhérazade qui conte auprès de son mari des contes merveilleux pour éviter la mort que lui a promis son époux le prince Shahriar. Cemella

Cemella
24/05/13
 

Il s’agit d’un livre reçu l’année dernière pour un swap mais que je n’avais encore jamais eu le courage d’ouvrir. Si le sujet me tentait beaucoup, j’avais peur qu’à la longue, cet enchainement de contes sur près de 500 pages soit un peu répétitif. J’ai finalement ouvert mon livre sur un coup de tête et grand bien m’en a pris !J’ai tout d’abord apprécié le récit introductif, par lequel on découvre comment Sheherazade est amenée à raconter chaque matin, juste avant le lever du soleil, une histoire, ou du moins une portion d’histoire, toujours plus merveilleuse au sultan. Ce bref récit apporte de la cohérence à l’ensemble du recueil et nous en donne le ton général.On est alors prêts à plonger dans le premier récit, et très vite on se laisse prendre au piège de la belle conteuse. Moi qui avais peur de me lasser, je me suis retrouvée comme Schahriar à toujours vouloir en savoir plus, toujours frustrée lorsque je voyais le récit interrompu par le lever du jour, et je ne pouvais m’empêcher de continuer à tourner les pages, malgré l’heure parfois monstrueusement tardive. Le personnage de Sheherazade est d’ailleurs très intéressant. Femme rusée et d’influence, j’aurais aimé des intermèdes plus développés qui nous permettent de réellement faire connaissance avec elle. Il est amusant de noter comment à l’opposé des histoires qu’elle relate, c’est ici elle qui dirige son époux, sans que celui-ci ne s’en rende compte.J’ai aimé la façon dont tous les contes s’enchainent et s’imbriquent les uns dans les autres, comme s’il ne s’agit que d’un seul et unique interminable récit dont on a pourtant bien du mal à dénouer le fil, tant il est riche en personnages et péripéties.Mais j’ai surtout été extrêmement surprise du ton de ces divers contes. S’ils font la part belle au merveilleux et nous enivrent de princes et de princesses toujours plus beaux, de palais toujours plus richement décorés, de descriptions de mets toujours plus fabuleux et alléchants ; ils sont également bien souvent assez crus sans pour autant que l’on puisse parler de vulgarité. Cela viole, pille, couche et massacre à tour de bras et pourtant on reste fascinés et on en redemande. On est bien loin de la version édulcorée que l’on nous présente lorsque l’on est enfant et cela donne de la texture, du piquant à ces histoires.Enfin, j’ai trouvé très intéressant le court dossier, présenté en début d’ouvrage et nous présentant l’histoire des contes, de leur canonisation et de leur compilation. Je ne lis généralement pas ce genre d’ajouts de l’éditeur, mais là j’ai trouvé ça plutôt bien fait et pas du tout rébarbatif. Les rédacteurs ont su aller à l’essentiel sans se perdre dans de longues considérations hautement pompeuses et intellectuelles.De même, j’ai aimé découvrir des extraits de la correspondance et du journal de Antoine Galland, le traducteur, en fin de volume. C’est absolument charmant !J’avoue, avoir quand même eu un petit coup de mou, vers le milieu de ce premier volume. En particulier lors de l’histoire de Sinbad, dont les sept voyages reproduisent un même schéma narratif, même si les créatures rencontrées sont à chaque fois différentes. L’on sait dès le départ comment tout se terminera, quelles sont les grandes étapes qui vont jalonner le récit…et sept fois de suite, j’ai eu un peu de mal. A noter, toutefois, parmi ces voyages, l’intéressante réécriture du mythe du cyclope.Mais j’ai globalement passé un excellent moment avec ce premier volume, qui offre les contes dans leur traduction du XVIIIème siècle. La langue est délicieusement désuette, ajoutant un charme supplémentaire au récit. Je vous encourage vivement à (re)découvrir ce trésor de la littérature et pour ma part, je lirais avec certitude les 3 volumes suivants. Je pense tout de même faire une pause avant de m’y attaquer, afin de ne pas risquer l’overdose.

un flyer
16/05/11

Un des plus grands classiques de la littérature persane! Tout le monde connait Shéhérazade, célèbre conteuse mariée à un sultan sanguinaire, qui a l'idée de lui raconter chaque soir une histoire qu'elle ne termine que la nuit suivante, échappant ainsi à une décapitation certaine. Une succession de récits imbriqués, dont sortent les célèbres Ali Baba, Aladdin, Sindbad... Une référence en matière de contes!

Mokona
22/11/10
 

Format

  • Hauteur : 17.80 cm
  • Largeur : 10.80 cm
  • Poids : 0.34 kg

Mes garanties furet.com

5% sur tous les livres, Paiement Sécurisé, Réservation gratuite, Satisfait ou remboursé, Débit carte bancaire à l'expédition